Afrique

Sénégal : Khalifa Sall condamné à cinq ans de prison ferme

Chargement du lecteur...
Commentaire Anthony Fouchard

Toujours pas de présidentielle en vue au Sénégal, d'autant que le principal opposant à Macky Sall, en prison depuis un an, n'en sortira pas. Khalifa Salla vient d'être condamné à cinq ans de prison ferme et une amende de 5 millions de francs CFA pour escroquerie, faux et usage de faux.

dans
A l'extérieur de la salle d'audience, les soutiens du très popuplaire maire de Dakar ne peuvent retenir leurs larmes et leur colère à l'énoncé du verdict. Déjà emprisonné depuis un an, Khalifa Sall va devoir passer quatre années de plus derrière les barreaux. "Nous avons honte pour notre pays. Nous avons honte pour la démocratie sénégalaise. Nous n'allons pas laisser faire ce simulacre de procès. On va se battre," affirme Abdou Biram Diop, soutien de Khalifa Sall.

Cette condamnation sonne comme un coup d'arrêt dans la fulgurante ascension politique de Khalifa Sall. Ancien ministre, puis maire et enfin député maire, il était considéré par beaucoup comme le premier opposant au président Macky Sall pour la future élection présidentielle prévue en 2019. 
 

Dissident du Parti socialiste, qui l'a exclu en décembre avec d'autres ténors de la "jeune garde" de cette formation de la coalition présidentielle pour "violences, indiscipline et activités politiques concurrentes" à celle de la direction, Khalifa Sall impute ses déboires judiciaires à son statut d'opposant au chef de l'Etat Macky Sall.

Depuis le début, tout est politique dans cette affaire. ​
Koureyssi Ba, avocat de Khalifa Sall

"Cette affaire ne pouvait que se terminer ainsi. Cette décision, si elle n'est pas innoncente, elle peut avoir des conséquences, à partir d'aujourd'hui, sur la présidentielle. Depuis le début, tout est politique", déclare Koureyssi Ba, avocat de Khalifa Sall, à la sortie du tribunal.

Preuve de sa popularité, au moins auprès des Dakarois, Khalifa Sall a été réélu député-maire de la capitale l'année dernière, alors qu'il était déjà en prison suite à cette même affaire. Ses soutiens affirment qu'il mènera campagne pour les présidentielles, même derrière les barreaux.

Le procès de Khalifa Sall en chiffres

Le parquet avait requis sept ans d'emprisonnement à l'encontre de Khalifa Sall, poursuivi, avec sept de ses collaborateurs, pour un détournement présumé de 1,83 milliard de FCFA (2,8 millions d'euros) entre 2011 et 2015. Le montant a été finalement ramené par le tribunal à 1,65 milliard de FCFA (environ 2,5 millions d'euros).