Afrique

Sénégal : le gouvernement annonce la tenue des élections législatives le 31 juillet

Macky Sall à Paris, lors du sommet France-Afrique le 18 mai 2021. Le gouvernement a annoncé la tenue d'élections législatives le 31 juillet 2022.
Macky Sall à Paris, lors du sommet France-Afrique le 18 mai 2021. Le gouvernement a annoncé la tenue d'élections législatives le 31 juillet 2022.
© Ludovic Marin, Pool via AP

Des élections législatives seront organisées au Sénégal le 31 juillet selon un communiqué gouvernemental. Six mois auparavant, les élections locales avaient été marquées par une défaite de la coalition au pouvoir dans plusieurs grandes villes dont la capitale Dakar.

Le scrutin législatif de juillet vise à renouveler le mandat des 165 députés de l'Assemblée nationale, largement contrôlée par la coalition au pouvoir depuis les dernières législatives en 2017.

Le président Macky Sall "a informé le conseil (des ministres) de la décision de fixer la date des élections législatives au dimanche 31 juillet 2022", indique le communiqué officiel publié dans la soirée du 2 février.

Six mois après la défaite du pouvoir aux élections locales.

Le scrutin est prévu six mois après les élections locales du 23 janvier marquées par des défaites de la coalition au pouvoir dans plusieurs grandes villes dont Dakar, Ziguinchor (sud), Thiès (ouest) et Kaolack (centre). Un résultat analysé différemment par Macky Sall qui lors d’une réunion avec des responsables de son parti, l’Alliance pour la République, a affirmé garder toujours le contrôle de la majorité des collectivités locales du pays. 

(RE)voir : Élections municipales et départementales au Sénégal : portrait de deux électeurs
 

Chargement du lecteur...

Le président a salué une "victoire à la fois nette et écrasante" de sa coalition. "Les chiffres apportent un éclairage heureux. Avec 38 départements (sur 46 dans le pays) et 438 communes (sur 553), le doute n'est plus permis. Nous pouvons dire fermement que notre parti et ses alliés ont maintenu intacte notre majorité", at-il affirmé lors de cette réunion le 2 février.

Plusieurs responsables de l'opposition ont appelé ces jours-ci leurs militants à mettre à profit les législatives pour obtenir une majorité à l'Assemblée nationale. Ils espèrent imposer au président Macky Sall une cohabitation et le forcer à renoncer à un éventuel nouveau mandat.

Les spéculations vont bon train sur la candidature de Macky Sall à un troisième mandat en 2024. Élu au second tour en 2012 face à Abdoulaye Wade et réélu en 2019, l’actuel président de la République entretient le flou sur ses intentions.