Afrique

Sénégal : le graffiti pour redonner des couleurs à un quartier de Dakar

Chargement du lecteur...
TV5MONDE / M. Chevance / C. Berthe / L. Sanchez / S. Alayrangues

Pour redonner un coup de fouet aux murs ternes et écaillés du quartier de la Médina à Dakar, des graffeurs sénégalais ont décidé d'exposer leur art au détour des rues et sur les habitations, en accord avec leurs propriétaires. Reportage. 

Au milieu de la Médina, le quartier populaire de Dakar, Diablos peint et graffe le mur d'une maison. A presque 30 ans, il veut redorer le cadre de vie du quartier où il a grandi. "L'art qu'on fait, ce n'est pas pour nous, c'est pour tout le monde. Et c'est ça Médina. Dans Médina, on voit que les murs sont peints, sont propres et ça ça donne envie de vivre. Ca donne envie de vivre quand on se lève le matin et qu'on voit de la couleur, et c'est à Médina seulement qu'on trouve ça!"  témoigne-t-il. 

Sa démarche est toujours la même : d'abord il rencontre les habitants de la maison qu'il veut peindre, leur explique son projet et lorsqu'ils le valident, il peint, sous le regard des passants. Khady Seck, habitante du quartier est satisfaite de ce projet : "A la Médina, tous les murs sont gâtés. Nous n'avons pas les moyens d'entretenir ou d repeindre. Alors, quand un artiste veut peindre, on le laisse. Et quand les gens passent dans le quartier, ils regardent, c'est joli." 

Le projet de Diablos attire d'autres créateurs comme Djibe Diawara, une créatrice de mode qui fait poser ses mannequins devant les graffitis du quartier car, pour elle, l'art est aussi un moyen de militer : "A travers l'art qu'il fait, on peut donner à ces jeunes qui sont dans le quartier l'opportunité de s'exprimer et d'avoir des exemples à suivre. C'est à dire de savoir qu'il y a des gens qui sont ici, qui vivent à travers l'art et qui n'ont pas besoin d'aller en Europe ou autre pour vivre leur vie."

Ce projet de réhabilitation a pris une telle ampleur que des artistes,
tous originaires du quartier, se sont regroupés en association pour répartir les murs entre les graffeurs volontaires.