Sénégal : les nouvelles autorités exhortées à agir pour la liberté de la presse par RSF

Reporters sans frontières exhorte le nouveau chef de l'État sénégalais à agir en faveur de la liberté de la presse après trois années d'agressions et d'arrestations de journalistes ou de suspensions de médias sous la présidence de Macky Sall.

Image
Bassirou Diomaye Faye

Le président Bassirou Diomaye Faye lors de son discours d'investiture le 2 avril 2024.

AP Photo/Sylvain Cherkaoui
Partager1 minute de lecture

"L’arrivée au pouvoir de nouvelles autorités le 2 avril 2024 est une opportunité pour que le visage balafré des médias au Sénégal cicatrise", dit l'ONG Reporters sans frontières (RSF) dans un rapport publié ce 6 juin et très critique à l'encontre de l'ancien pouvoir. 

(Re)voir Sénégal : des journalistes dénoncent les violences contre la presse

Bassirou Diomaye Faye a été élu au premier tour de la présidentielle après trois années de crise au cours desquelles "les conditions d'exercice du métier de journaliste se sont progressivement dégradées dans un pays longtemps considéré comme un bastion de la liberté de la presse en Afrique", dit RSF. En trois ans, le Sénégal a reculé de la 49e à la 94e place au classement mondial de la liberté de la presse de RSF, explique l'ONG.

Des entraves multiples à la liberté de la presse

"Avec plus de 20 interpellations ou arrestations de journalistes depuis le mois de mars 2021, avec des dizaines d'agressions de professionnels de l’information par les forces de l’ordre ou des individus lors des manifestations, et avec des vagues de cyberharcèlement, le constat est sans appel : les multiples entraves à la liberté de la presse et au travail des journalistes s'illustrent par leur caractère politique, notamment dans un contexte électoral", dit le rapport.

(Re)lire Sénégal : les libertés sous pression à un an de la présidentielle

Les autorités ont menacé le droit à une information plurielle "en suspendant de manière abusive l’accès à internet et aux réseaux sociaux, ainsi que celui de certains médias jugés critiques du pouvoir", ajoute-t-il. Ces faits illustrent l’urgence de garanties d’indépendance éditoriale pour les rédactions et d’une plus grande soutenabilité économique des médias, selon RSF.

Quelles sont les recommandations de RSF ?

  • L'ONG recommande de diligenter systématiquement des enquêtes et des poursuites en cas de violences sur les journalistes. 
  1. Elle demande la suppression, dans la loi, des peines de prison pour les infractions de presse. 
  • Elle relève que les charges de "diffusion de fausses nouvelles" ou "offense au chef de l'État", sujettes à interprétation, ont été "souvent instrumentalisées contre des journalistes perçus comme critiques du pouvoir".

(Re)voir Sénégal : Macky Sall face à la presse

Un militant politique et un prêcheur ont été condamnés lundi à trois mois de prison ferme pour "diffusion de fausses nouvelles" après des propos ciblant le Premier ministre Ousmane Sonko et ses récentes déclarations sur l'homosexualité.