Sénégal : Ousmane Sonko inculpé

Arrêté hier après-midi, l'opposant sénégalais Ousmane Sonko a été inculpé aujourd'hui 29 juillet pour appel à l'insurrection et autres crimes et délits, qui "n'ont rien à voir" avec l'affaire de mœurs pour laquelle il a été condamné en juin.

Image
Abdoul Karim Diop, procureur de la République, annonçant les chefs d'inculpation d'Ousmane Sonko, Dakar, le 29 juillet 2023

Abdoul Karim Diop, procureur de la République, annonçant les chefs d'inculpation d'Ousmane Sonko, Dakar, le 29 juillet 2023

© capture d'écran AFP TV
Partager1 minute de lecture

L'opposant, dont les péripéties judiciaires scandent la vie politique au Sénégal ces derniers mois, a été arrêté le 28 juillet à Dakar.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Ce 29 juillet, le procureur a lu la liste des charges retenues contre Ousmane Sonko, notamment sur la base de déclarations qu'il a faites et rassemblements auxquels il a participé depuis 2021.

Elle comprend l'appel à l'insurrection, atteinte à la sûreté de l'État, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, complot contre l'autorité de l'État, actes visant à compromettre la sécurité publique et à créer des troubles politiques graves et vol.

"Cette arrestation n'a rien à voir avec la première procédure dans laquelle (Sonko) a été jugé par contumace", a déclaré le procureur Abdoul Karim Diop.

Ousmane Sonko a été arrêté le 28 juillet pour avoir "volé avec violence le téléphone portable d'une femme gendarme" et pour avoir "aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt", selon le procureur.

Tweet URL

La version qu'Ousmane Sonko a publiée sur les réseaux sociaux avant son arrestation est toute autre: il a accusé des forces de sécurité présentes devant son domicile de l'avoir filmé, et a raconté avoir alors "arraché le téléphone et demandé à la personne (...) d'effacer les images qu'elle a prises", ce que cette dernière a refusé de faire.

"Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin", a-t-il conclu dans son message.

Ousmane Sonko avait été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l'état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l'opposition.

L'opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l'issue d'un procès en appel pour diffamation, une peine largement perçue comme le rendant inéligible pour l'élection. Mais il n'a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l'État le qualifient d'agitateur qui sème l'instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d'ambiguïté à ce sujet.