Afrique

Sommet de l'Union Africaine : coup d'envoi de la campagne pour la Francophonie

De gauche à droite : le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz, de la France Emmanuel Macron, du Tchad Idriss Déby, du Niger Mahamadou Issoufou et du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré. Nouakchott, Mauritanie, 2 juillet 2018.
De gauche à droite : le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz, de la France Emmanuel Macron, du Tchad Idriss Déby, du Niger Mahamadou Issoufou et du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré. Nouakchott, Mauritanie, 2 juillet 2018.
© AP / Ludovic Marin

Au menu du 31e sommet de l'Union Africaine : la guerre civile au Soudan du Sud, le conflit au Sahara occidental, l’indépendance financière de l’UA. La campagne pour la succession à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie a également été lancée lors de cette rencontre.

dans

Les dirigeants de l'Union africaine (UA) ont décidé de soutenir la candidature du Rwanda pour diriger la Francophonie. Pari réussi donc pour le président du Rwanda et président en exercice de l'Union Africaine, Paul Kagame, qui avait demandé à ses pairs de soutenir la candidature de sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

En tant que cheffe de la diplomatie du pays qui préside l'organisation panafricaine, Louise Mushikiwabo avait dirigé le Conseil exécutif de l'organisation jeudi 28 juin, un bon point pour sa candidature à la tête de l'OIF, la seule - pour l'instant - des États africains.
 

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE / L. FACHAUX, V. PEREZ

Le Conseil exécutif de l'Union Africaine a pour habitude de soutenir les candidatures du continent pour les postes au sein d'organisations internationales, quoique ce soutien n'est pas systématique. Lors du sommet de la Francophonie à Dakar en 2014, Michaëlle Jean s'était présentée face à plusieurs candidats africains, ce qui a pu contribuer à sa victoire.

La partie devrait être différente pour le Canada lors de l'élection du Secrétaire général de l'OIF au sommet de la Francophonie les 11 et 12 octobre à Erevan en Arménie, car face à Louise Mushikiwabo, soutenue par Paris, aucun adversaire africain déclaré. Et les pays du continent pèsent lourd dans l'OIF : plus de la moitié des membres de plein droit de l'OIF sont africains (29 sur 54).

Une candidature "disruptive"


Autre soutien de poids pour la ministre rwandaise cette année : celui de la France. Car l'élection de Louise Mushikiwabo permettrait de ramener la direction de l'OIF en Afrique, après quatre ans de mandat de la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession.

La candidature de Louise Mushikiwabo est disruptive. Car c'est une jeune femme d'un pays qui a tourné le dos à la francophonie et qui a même rejoint le Commonwealth. C'est peu habituel pour la francophonie.

Bruno Bernard, expert en francophonie économique

En 2009 l'ancienne colonie belge a rejoint le Commonwealth, un an après avoir remplacé le français par l'anglais comme langue d'enseignement obligatoire dans les écoles publiques.
 

Intérêt pour la francophonie économique


La France est en pleine séduction. Elle veut placer ses pions en Afrique avec un vrai partenariat économique.

Bruno Bernard, expert en francophonie économique

Le soutien de la candidature rwandaise est "un coup de poker" de la France, estime Bruno Bernard, pour essayer de "bloquer l'accès à la RDC au monde anglo-saxon".


Il suffit de voir en RDC le nombre de voitures avec un volant à droite et d'écouter dans les taxis des radios qui ne sont plus nécessairement en français mais parfois en anglais. La francophonie pourrait donc contrer cet impérialisme latent anglophone.

Bruno Bernard, expert en francophonie économique
 

Regain d'intérêt du Canada pour l'Afrique

Côté canadien, une délégation emmenée par l'ambassadeur du Canada en Éthiopie Philip Baker, s'est rendue au sommet de l'UA pour soutenir la réélection de Michaëlle Jean. Le Canada s'intéresse de près à l'Afrique :

 

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE / L. FACHAUX, V. PEREZ

L'Afrique est la Chine des années 80. Donc en replaçant l'Afrique au centre du jeu dans la francophonie, Justin Trudeau relance une dynamique commerciale, industrielle et culturelle.

Bruno Bernard, expert en francophonie économique

Et pour la première fois, la France et le Canada s'affrontent sur le choix de leur candidat:
 

C'est paradoxal : le Canada soutient une candidature traditionnelle, culturelle, tandis que le président Macron soutient une candidature plus anglo-saxonne et mondiale, basée sur la francophonie économique.

Bruno Bernard, expert en francophonie économique

Se rapprocher de l'Afrique anglophone


Tout comme le soutien de la candidature rwandaise, la visite de Emmanuel Macron au Nigeria ce mardi 3 juillet s'inscrit pleinement dans cette volonté de rapprocher la France de l'Afrique anglophone.

Avec 180 millions d'habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique. Ce géant anglophone et pétrolier domine la scène géopolitique et économique du continent avec l'Afrique du Sud.