Afrique

Soudan : les femmes peuvent danser avec des hommes et porter des pantalons

30 juin 2019 : des femmes soudanaises manifestent contre le conseil militaire à Khartoum. Sur l'affiche on peut lire "Paix" en arabe. 
30 juin 2019 : des femmes soudanaises manifestent contre le conseil militaire à Khartoum. Sur l'affiche on peut lire "Paix" en arabe. 
Hussein Malla / AP

Le nouveau gouvernement a aboli la loi sur l’ordre et la morale publique le 26 novembre 2019. Les femmes ont désormais le droit de porter des pantalons et de danser avec des hommes, sept mois après la chute d'Omar el-Béchir.

La loi sur "la morale publique" avait été introduite par le gouvernorat de Khartoum dans le milieu des années 90. Elle imposait toute une série d’interdictions et de sanctions. Elle s’appliquait plus spécifiquement aux femmes et les condamnait pour la façon dont elles étaient habillées.

L’abolition de la loi est annoncée alors que la ministre du Travail et du Développement social Len El-Sheikh lance la "campagne nationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux petites filles" qui se déroule du 25 novembre au 10 décembre. Lors de la conférence de presse de lancement, la ministre plaide également pour une réforme des lois contre la liberté des femmes.

Cette loi leur interdisait de s'asseoir à l'avant du bus, de travailler pendant les heures de prière,de porter des pantalons et de danser avec des hommes. L'ancienne députée et professeure à l'université de Kartoum, Sara Abou, explique au Washington Post que le pouvoir de cette loi venait de son manque de précision :  « Le policier lambda décidait qu'il n'aimait pas la robe d'une femme et l'amenait immédiatement au tribunal » où elle pouvait être fouettée.

Selon l’activiste et directrice du centre Sima pour l’éducation et la protection des droits des femmes et des enfants, Nahid Jabrallah, citée par le Middle East Monitor : c’est le "rôle" joué par les femmes lors des soulèvements de décembre qui a ouvert la voie à ces changements : «leur rôle ne s'est pas limité à soutenir les hommes mais également à prendre au quotidien la tête du mouvement de résistance.»

Pour la journaliste Iman Kamaluddin, également interviewée par le Middle East Monitor, « les souffrances des femmes dans la société soudanaise ne remontent pas au régime précédent mais bien avant, quand il n’y avait pas de prise en compte des souffrances des femmes, et au regard porté par les hommes sur elles. »

La liberté des femmes au Soudan, c'est le combat d'Alaa Salah, et de toutes les autres femmes, descendues dans la rue après la chute d'Omar el-Béchir.