Afrique

Tunisie : Jacques Pérez le grand photographe de la société plurielle tunisienne n'est plus

Jacques Pérez, le "Doisneau tunisien", est décédé à l'âge de 89 ans.
Jacques Pérez, le "Doisneau tunisien", est décédé à l'âge de 89 ans.
Capture AFPTV

"C'est l'oeil qui fait la photo, pas l'appareil", aimait dire Jacques Pérez. Le photographe tunisien de renommée internationale considéré comme le "père" de la photographie en Tunisie, est décédé vendredi à l'âge de 89 ans.

Le photographe tunisien de renommée internationale Jacques Pérez, considéré comme le "père" de la photographie en Tunisie, est décédé vendredi à l'âge de 89 ans, a-t-on appris auprès de son entourage.

Surnommé le "Doisneau tunisien" par l'ancien ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand, Jacques Pérez était connu pour ses photos illustrant la diversité et la richesse culturelle de la Tunisie. "C'est l'oeil qui fait la photo, pas l'appareil", aimait dire Jacques Pérez.
 

Né dans la médina de Tunis en 1932, d'un père tunisien et d'une mère allemande, où il a toujours vécu, Jacques Pérez a commencé à pratiquer la photographie dès l'adolescence.

Après 15 ans à photographier en amateur à côté de son métier d'enseignant, un grand éditeur tunisien lui avait commandé un livre de photos sur Sidi Bou Saïd, un village touristique perché sur une falaise dans la banlieue nord de la capitale, qui avait lancé sa carrière. L'enfant à la fleur de Jasmin est ainsi une photo devenu iconique.
 
"J'ai appris nulle part à faire des photos, pas besoin, c'est l'oeil avant tout qui est là. J'aime regarder à 360 degrés et montrer ce que j'ai vu. Il n'y a pas eu une vocation, c'est venu tout seul", avait-il raconté à l'AFP en  marge de l'une de ses expositions en octobre dernier.

Cet amoureux de la Tunisie, adorait photographier son pays. Ses photos ont illustré aussi les rites et les traditions de la communauté juive à Djerba (sud).


"Je ne me prends pas au sérieux, une photo ça me fait plaisir de la faire, je n'en fais ni un drame ni un mystère". "Je ne suis ni le père, ni le cousin, ni le grand-père de la photo tunisienne, je suis juste photographe en Tunisie", avait souligné Jacques Pérez auprès de l'AFP.