Tunisie : Kaïs Saïed estime que le nom de la tempête Daniel traduit une influence "sioniste"

Le président tunisien, Kaïs Saïed, s'est fendu d'un réquisitoire contre l'influence du "mouvement sioniste mondial". Il lui attribue même le choix du nom de la tempête Daniel qui a ravagé la Libye voisine, selon une vidéo diffusée par la présidence.

Image
kais saied président de la tunisie
Kaïs Saïed, président de la Tunisie, lorsqu'il était encore en campagne électorale. Tunis, 17 septembre 2019.
AP/Mosa'ab Elshamy
Partager1 minute de lecture

"Concernant la tempête Daniel, ils n'ont même pas pris la peine de s'interroger sur l'origine de cette appellation. C'est qui Daniel? C'est un prophète hébraïque", déclare le président tunisien Kaïs Saïed dans une vidéo lors d'une réunion avec son Premier ministre Ahmed Hachani et des membres de son gouvernement. "Pourquoi le nom de Daniel a été choisi, car le mouvement sioniste s'est infiltré, laissant les esprits et toute réflexion dans un coma intellectuel total", ajoute-t-il.

Le problème n'est pas avec les Juifs, mais avec le mouvement sioniste mondial
Kais Saied, président tunisien

Une tempête dévastatrice pour la Libye

La tempête Daniel a frappé le 10 septembre l'Est de la Libye, provoquant des inondations qui ont fait plus de 3 300 morts, notamment dans la ville de Derna. Avant la Libye, la tempête a sévi en Turquie, en Bulgarie et en Grèce. Le nom Daniel lui a été donné par le Service météorologique hellénique.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En Europe, les dépressions entraînant des conséquences moyennes à graves portent un nom unique qui est coordonné entre les différents services météorologiques nationaux selon un ordre alphabétique. Lors de la même réunion, Kaïs Saïed a catégoriquement écarté toute normalisation entre la Tunisie et Israël, qui a établi ces dernières années des relations diplomatiques avec certains pays arabes, notamment le Maroc et les Emirats arabes unis.

"La normalisation dont ils parlent n'existe même pas en tant que vocable pour moi. Cela relève de la haute trahison envers le peuple palestinien et ses droits en Palestine, toute la Palestine", a-t-il affirmé. "Le problème n'est pas avec les Juifs, mais avec le mouvement sioniste mondial", a-t-il ajouté.

Le président Kaïs Saïed avait réfuté en mai toute allégation d'antisémitisme d’État en Tunisie, après une fusillade meurtrière perpétrée par un gendarme aux abords de la synagogue de la Ghriba sur l'île de Djerba. Les autorités tunisiennes avaient alors dénoncé une attaque "criminelle" mais s'étaient gardées de la qualifier de "terroriste" ou de lui conférer une dimension antisémite.