Afrique

Tunisie: le tourisme pour oublier le terrorisme

Chargement du lecteur...
(c) J. MUNTZER/ M. KHEDIR / J. METAYER

Dans le sud de la Tunisie, les touristes reprennent le chemin du désert. Un souffle nouveau qui vient soulager l'économie d'une région en crise.

dans
Aux portes du désert, une caravane de dromadaires transporte une manne précieuse, des touristes venus d'Europe. Dans cette région du sud, près de la frontière algérienne, ils étaient devenus un mirage. Alors dans la région de Douz, leur retour progressif est un soulagement pour les habitants. " On a des groupes, des Italiens, des Allemands qui sortent dans le Sahara et qui campent pendant plusieurs jours. On leur prépare des plats tunisiens et du pain traditionnel. Ils sont chaleureusement accueillis chez nous et nous sommes très contents de leur retour ", explique Messaoud, le guide qui mène cette caravane.

Ces dernières années, la région était desertée à cause de la menace terroriste, près de la frontière algérienne toute proche. Et dans beaucoup d'endroits, les djihadistes ont fait fuir les touristes, plongeant l'économie de la région et ses habitants dans une grave crise.
 
Nous avons beaucoup souffert ces dernières années. Nous étions obligés de vendre nos chameaux suite à la crise. Mais cette année ça va mieux pour nous qui vivons du tourisme et de la vente des dattes, ce retour des touristes va nous aider à survivre. Khalil Marzougui, guide touristique
Pour recréer une nouvelle dynamique, les autorités misent sur les grands festivals folkloriques, une vitrine pour la culture locale qui symbolise cette renaissance.
 
Je suis vraiment très content j'ai ramené ma famille avec moi ils sont très heureux d'être ici et c'est génial d'encourager le tourisme dans notre paysKamel Chaabani, habitant de la région
Après des années de crise, c'est peut-être la fin de la traversée du désert, la région attend 7 à 8 millions de touristes pour la saison hivernale selon les autorités.
Pourtant les djihadistes n'ont pas disparu et l'ombre du terrorisme plane encore sur le sud tunisien.