Afrique

Tunisie : les députés réunis en séance virtuelle avant que Kais Saied n'annonce la dissolution du Parlement

Manifestations à Tunis contre Kais Saied le jour anniversaire de l'indépendance de la Tunisie, le 20 mars 2022.
Manifestations à Tunis contre Kais Saied le jour anniversaire de l'indépendance de la Tunisie, le 20 mars 2022.
© AP Photo/Hassene Dridi

Cent-vingt députés tunisiens bravent ce 30 mars la suspension du Parlement depuis juillet par le président Kais Saied, en organisant une séance virtuelle au cours de laquelle ils ont voté pour annuler ses mesures exceptionnelles. Mais dans la soirée, le président annonce la dissolution pure et simple de l'assemblée.

Ce 30 mars, dans la soirée, le président tunisien annonce la dissolution du Parlement, huit mois après l'avoir suspendu pour s'arroger les pleins pouvoirs en juillet 2021.

Kais Saied a fait cette annonce lors d'une réunion du "Conseil de sécurité nationale" qu'il a présidée, quelques heures après que des députés ont bravé la suspension du Parlement en organisant une séance virtuelle, au cours de laquelle ils ont voté pour annuler les mesures exceptionnelles décidées depuis par le président.

Une suite inexorable

Après des mois de blocage politique, Kais Saied, élu fin 2019, s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet en limogeant le Premier ministre et en suspendant le Parlement.

Le 22 septembre, le chef de l'État a officialisé ses pleins pouvoirs par des "mesures exceptionnelles" qui prolongent la suspension du Parlement. Elles lui permettent aussi de légiférer par décret, de présider le conseil des ministres et de modifier les lois du pays.

(RE)lire : Tunisie : pourquoi aussi peu de citoyens ont participé à la consultation numérique de Kaïs Saïed ?

Séance plénière virtuelle


À l'appel du Bureau de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), une instance qui regroupe la présidence du Parlement et des représentants des partis y siégeant, 120 députés (sur un total de 217) ont participé à cette plénière en ligne, présidée par Tarek Fertiti, vice-président du Parlement, un indépendant.

Le président de l'ARP, Rached Ghannouchi, également chef du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, n'a pas participé à cette plénière.

Cent-seize députés ont voté en faveur d'un projet de loi visant à annuler les mesures exceptionnelles prises par le président Saied, qui bloquent, selon eux, le processus démocratique et instaurent le pouvoir d'un seul homme  dans le pays berceau du Printemps arabe.

(RE)voir : Tunisie : manifestation des magistrats contre la suspension du Conseil supérieur de la magistrature
 

Chargement du lecteur...

Les députés, dont des élus d'Ennahdha et des indépendants, ont appelé en outre à l'organisation d'élections législatives et présidentielle anticipées pour sortir de la crise politique et socio-économique.

Appel au dialogue national

Reconnaissant aussi leur part de responsabilité dans cette crise, ils ont appelé à un dialogue national entre toutes les parties.

"Nous ne sommes pas des députés gelés ou suspendus comme l'a voulu (le président Saied), sauf à être sous le pouvoir d'un nouveau pharaon", a dit le député indépendant Safi Saïd, ancien candidat à la présidentielle.

A l'ouverture d'un conseil de la sécurité nationale lundi 28 mars, le président Saied a dénoncé "ce qui a été appelé 'réunion virtuelles' illégales" qui ne sont que "des tentatives désespérées sans aucune valeur (...) et des tentatives pour un coup d'État".

La puissante centrale syndicale UGTT a également rejeté le mardi 29 mars les réunions du le Parlement suspendu, qui visent, selon cette organisation à "faire entrer le pays dans un conflit et une division politique".