Une attaque djihadiste fait des dizaines de morts dans le centre du Mali

Une attaque imputée aux djihadistes a fait de nombreux morts cette semaine dans le centre du Mali, des interlocuteurs locaux parlant jeudi de dizaines de soldats maliens et de civils tués.

Image
CARTE MALI CAMP FARABOUGOU
Partager1 minute de lecture

Une attaque imputée aux djihadistes a fait de nombreux morts cette semaine dans le centre du Mali, des interlocuteurs locaux parlant jeudi de dizaines de soldats maliens et de civils tués.

L'armée s'est contentée de faire état jeudi d'une attaque "terroriste" qu'elle a repoussée mardi 12 décembre contre le camp de Farabougou, sans aucun bilan humain.

Tweet URL

 

Le centre du Mali est l'un des foyers de la violence qui ensanglante le Sahel. Comme ailleurs dans le pays, la collecte et la vérification de l'information y est compliquée par la difficulté d'accès à des sites éloignés et à des sources indépendantes dans un contexte globalement dégradé.

Selon RFI, les djihadistes ont principalement ciblé les soldats maliens et les villageois accusés de collaborer avec eux, notamment les chasseurs traditionnels dozos, qui servent dans la zone de supplétifs aux militaires.

Les autorités dominées par les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 répugnent à communiquer sur les pertes subies et assurent avoir le dessus sur les groupes armés.

"Une soixantaine de morts militaires et civils"

Un élu local s'exprimant sous le couvert de l'anonymat pour sa sécurité a indiqué à l'AFP que "l'attaque djihadiste contre Farabougou (avait) fait une soixantaine de morts militaires et civils". Il a aussi fait état de disparus. Le camp de l'armée est tombé entre les mains des djihadistes qui, suivant leur mode opératoire habituel, ont ensuite rapidement quitté les lieux, a-t-il dit.

"Si on compte les morts militaires et civils et les gens dont on n'a pas de nouvelles, ça fait au moins 62 personnes", a dit un résident auprès de l'AFP qui tient aussi à rester anonyme. Lui-même a déclaré ne pas avoir de nouvelles de deux de ses frères. "Je ne sais pas s'ils ont été tués ou s'ils sont en fuite ou cachés", a-t-il dit.

Deux employés de l'administration ont également parlé de nombreux morts. L'un d'eux a évoqué "des dizaines et des dizaines de victimes" et a rapporté que Farabougou, une localité de quelques milliers d'habitants, s'était vidée.

Le Mali est en proie depuis 2012 aux agissements des groupes affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, aux violences des groupes proclamés d'autodéfense et au banditisme. La crise sécuritaire se double d'une crise humanitaire et politique profonde.