Afrique

Vidéo - Centrafrique : l'agonie des hôpitaux

Chargement du lecteur...
J. Muntzer / J. Metayer

En Centrafrique, l'hémorragie dans les hôpitaux où rien ne va plus, le matériel est vétuste, les médicaments manquent. A l'hôpital de l'amitié, à Bangui 240 patients sont hospitalisés. Les équipes médicales se sentent abandonées par l'Etat.

dans
Des couloirs bondés, des malades qui patientent par fois des jours entiers, c'est une scène quotidienne à l'hopital de l'amitié.

Ici comme dans les autres hôpitaux de Bangui ont manque de tout.
Claudia Adam est cheffe du service des urgences, elle n'a même pas de gants pour osculter ses patients. La médecin traite pourtant régulierement des cas de paludisme, de tuberculose ou encore des hémorragies.
 
C'est très difficile, En général c'est très difficile parce qu'on n'a pas de kits disponibles pour prendre en charge ces urgences là, eux mêmes ils achètent leur propre médicament à leurs propres frais et souvent on est confrontés à des problemes parce qu'ils n'ont pas assez de moyens pour faire face aux ordonnances qu'on délivre. Il y a des fois où ils peuvent s'en sortir, des fois où on déplore des cas de décés. Claudia Adam, cheffe du service des urgences médicales

Désargenté, l'hopital ne peut meme pas  fournir de médicaments
Mais A 5 000 francs CFA la consultation soit 8 euros
c'est plus que ce que la plupart des gens gagnent ici en une journée
Beaucoup preferent  repartir sans se soigner
 
 Nous sommes venus de province et c'est très difficile ici pour nous. Mon père n'est pas guéri mais nous allons devoir partir parce que nous n'avons plus d'argent alors qu'il y a beaucoup de médicaments à acheter
 Georgine Wilibozoumna, parent d'un patient
Le directeur de l'hopital s'inquiète du manque de moyens. Il n'a que 12 médecins titulaires qui doivent travailler près de 20 heures par jour dans des services où plus rien ne fonctionne.
 
Nous avons un service de radiologie qui malheureusement n'existe que de nom car nous n'avons même pas un appareil radiologique en dehors de l'échographie que nous réalisons. Tous les appareils sont tombés en panne il y a longtemps.Pascal Mbelesso, Directeur de l'hôpital amitié
Accaparé par les problemes de sécurités dans le pays, le gouvernement laisse à l'abandon des hopitaux qui ressemblent de plus en plus à des mourroir.