Afrique

VIDÉO | De nouvelles manifestations contre le pouvoir à Madagascar

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE | S. TÉTAUD • M. MIKTAR • P. DIDIER

Cette fois, c'est le président Hery Rajaonarimampianina, le président qui est directement visé. Depuis plusieurs semaines, les manifestants dénoncent notamment l’adoption de nouvelles lois électorales un peu trop favorables au pouvoir en place.
 

dans
Comme tous les matins depuis cinq jours, à Antananarivo, la place du 13-Mai, bastion de l'opposition, se remplit.
Les manifestations ont pris une nouvelle tournure. Sur les banderoles des 2.000 manifestants, on peut lire des : "Razo dégage !""Stop à la corruption !" ou encore "Razo a du sang sur les mains !"

Sur l'estrade, les députés de l'oppposition haranguent la foule.
Depuis le début du mois, elle dénonce les nouvelles lois électorales, qu'elle juge favorables au seul gouvernement.

Razo dégage !

A 12h30, les députés et les manifestants ont pris la direction de la Haute Cour Constitutionnelle. 
Le but : y déposer une requête pour la déchéance du chef de l'État
L'opposition a d'ailleurs été dans l'obligation d'appeler au calme.


En cause, un communiqué émanant du ministère de la Défense 
Il autorise les forces de l'ordre à tirer sur la foule en cas de débordements. 

Dix minutes plus tard, les députés sortent de la HCC sous les acclamations des manifestants
A la main, un document tamponné attestant de la bonne réception de la demande de déchéance.

Le président a échoué à mettre en place la Haute Cour de justice. Il doit être déchu...
Hanitriniaina Razafimanantsoa, Nouvelle Alliance pour le Changement


"Nous restons pour le moment dans le cadre légal, le cadre constitutionnel, pour demander la déchéance du Président de la République, indique Hanitriniaina Razafimanantsoa. Le, porte parole de la nouvelle alliance pour le changement motive ensuite cette requête en évoquant la "non mise en place de la haute Cour de justice prévue dans la Constitution".

Une victoire pour l'opposition qui ne signe pour autant pas la fin des protestations. 
Les députés ont donné rendez-vous aux manifestants ce jeudi (NDLR : 26 avril 2018),  place du 13-Mai pour une nouvelle journée d'action.