Afrique

Vidéo : des réfugiés burundais au Rwanda renvoyés dans leur pays

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / M. Magorane / A. Renevier / AG. Longo

1600 réfugiés burundais ont été renvoyés dans leur pays d'origine depuis le Rwanda voisin où ils étaient réfugiés. Ils refusaient pour des raisons religieuses l'enregistrement biométrique et la vaccination, obligatoires au Rwanda.

dans

Au poste frontière de Gasenyi-Nemba, c'est la fin d'un long périple après 5 ans de fuite pour 1600 réfugiés burundais. Ils quittent le Rwanda pour revenir dans leur pays d'origine. 

Nous savons bien que pour ceux qui sont au Burundi, il n'y a pas de sécurité, mais nous n'avons pas d'autre choix.Un réfugié burundais

Ils s'étaient d'abord réfugiés dans l'est de la RDC, mais des conditions de vie difficiles et des violences ont poussé 2500 d'entre eux à rejoindre le Rwanda voisin début mars. Problème : dans ce pays l'enregistrement biométrique et la vaccination sont obligatoires... Ces réfugiés adeptes de la prophétesse Zebiya refusent catégoriquement ces actes, pour des raisons religieuses. 

Nous avons discuté avec eux pour qu'ils acceptent l'enregistrement biométrique, ils ont refusé tout comme les vaccins obligatoires pour leurs enfants, comme le vaccin contre la Polio. 
Olivier Kayumba, Secrétaire Permanent au Ministère des Réfugiés et de la Gestion des Catastrophes (Midimar)

Le gouvernement rwandais a d'abord tenté de discuter avec ce groupe, mais le dialogue a été rompu et des représentants de leur groupe ont été arrêtés par la police rwandaise. Les réfugiés auraient alors demandé de leur plein gré de rentrer au Burundi. 
 

Ils m'ont demandé de m'enregistrer, j'ai refusé, j'ai demandé qu'on me ramène dans mon pays le Burundi je préfère mourir physiquement, mais en étant sûre que mon esprit ira au ciel. 
Une réfugiée burundaise


C'est à cause de leur croyance religieuse qu'ils avaient quitté le Burundi... En 2013, des répressions contre ce groupe et la condamnation par la justice burundaise de quelques 200 adeptes avait poussé un grand nombre d'entre eux à fuir.