Afrique

Vidéo - En Centrafrique, prison à vie pour Général Andjilo, chef anti-balaka

Chargement du lecteur...
Récit : Laure de Matos, Anaïs Furtade, images : Samuel Thierry Nzam, Montage : Benoit Tricot
©TV5MONDE

La perpétuité pour Général Andjilo. Ancien chef de milice en République centrafricaine, il était à la tête de forces anti-balaka, il aurait semé la terreur lors des affrontements avec la rébellion Séléka, il y a 5 ans. Arrêté en 2015, il devient le premier condamné pour les violences qui ont plongé le pays dans l'instabilité.

dans

Un important dispositif est déployé autour de la Cour d'appel de Bangui,
pour un procès attendu depuis 3 ans.
Rodrigue Ngaïbona, alias Général Andjilo, est un ancien chef anti-balaka.
Le 5 décembre 2013, il aurait été l'un des meneurs du  massacre des musulmans de Bangui, entre autres. Cinq chefs d'accusations sont retenus contre lui; après plusieurs jours de débats, la sentence tombe.

Les faits tels que l'assassinat, l'association des malfaiteurs, le vol aggravé, la séquestration et la détention illégale d'armes et munitions de guerre, sont effectivement reprochés à Rodrigue Ngaibona, alias Andjilo. La cour le condamne aux travaux forcés à perpétuité.

Alfred Rock Goumbre, président de la cour d'Apel de Bangui

Une peine de prison à perpétuité et des dommages aux victimes : 118 millions de francs CFA (180 000 Euros). 

L'accusé conteste

Jusqu'à la dernière minute, l'homme de 25 ans conteste les charges retenues contre lui. Général Andjilo dit avoir agi pour défendre sa patrie : "S'il survient un évènement dans notre pays, quel est le peuple centrafricain qui pourrait encore prendre son courage pour défendre ce pays ?"

L'accusé devra également verser un franc CFA symbolique aux ONG de défense des droits de l'homme. Elles se sont constituées parties civiles. Pour elles, cette condamnation est une première première victoire contre l'impunité. 

Les chefs de guerre sont trainés devant les tribunaux. C'est un premier pas, imparfait mais un premier pas quand-même, qui montre une volonté politique, et qui montre que rendre justice, même dans un pays encore en conflit, c'est possible.

Florent Geel, Directeur Afrique de la FIDH

Le communiqué de la Fédération internationale de droits de l'Homme

Les avocats de la défense ont trois jours pour un éventuel recours. Le général Andjilo, arrêté en 2015 par les forces de l'ONU, pourrait faire l'objet d'une seconde enquête par la Cour pénale spéciale, pour des crimes commis entre 2014 et 2015.