Afrique

Vidéo - En Guinée, le ras le bol contre les loyers trop chers à Conakry

Chargement du lecteur...
Reportage : E. Godard, A. Bah, J. Métayer
© TV5MONDE

C'est un sujet sur lequel les députés et hommes politiques sont régulièrement interpellés à Conakry. Depuis plusieurs années, les prix des loyers flambent dans la capitale guinéenne. Plusieurs membres de la société civile ont décidé de se battre pour faire réglementer le secteur.

dans

Voilà 5 ans que Mamadou Sow habite dans son appartement à Conakry. Un salon, deux chambres, une salle bain. C'est confortable mais depuis qu'il est arrivé ici, le loyer a considérablement augmenté : il a quasiment triplé.
De 800 mille à 2 millions de francs guinéens ; des augmentations jamais justifiées par le bailleur et tout simplement insoutenable : "le bailleur augmente quand il veut, comme il veut et il tient le langage qu'il veut pour me dire de sortir si je ne paye pas, raconte Mamadou Sow. Malheureusement je ne peux pas me hasarder à quitter car si je quitte, avec les démarcheurs dans la rue, ils vont te montrer d'autres maisons avec le même loyer ou plus encore. Le pire est qu'ils vont te demander une avance sur le loyer de deux ans, de trois ans."

Tabou

Sur les réseaux sociaux, Mamadou a fait la connaissance de Tidiane. Cet activiste se bat au quotidien contre les loyers trop chers. Un débat encore tabou.

Le loyer en Guinée c'est comme l'excision, les gens n'osent pas en parler, ils risquent de se faire expulser par le bailleur. Ceux qui ont le monopole du loyer font la loi à la place de l'état : vous êtes chez lui, il peut augmenter le loyer quand il veut. si vous voulez vous plaindre, il va vous mettre à la police ou la gendarmerie.

Ahmed Tidiane Diallo, activiste contre les loyers trop chers

Comble du comble : les bailleurs abusifs ne payent souvent même pas la taxe qui leur incombe. Avec toute une équipe, Tidiane a bien l'intention de faire réglementer ce secteur. Ils préparent une manifestation pour la rentrée parlementaire du 5 avril prochain. Certains députés se battent, eux aussi, depuis des années pour instaurer une loi. Parmi eux, Honorable Habib Baldé qui explique : "depuis 2015 nous sommes en train de nous battre à l'Assemblée nationale pour voir dans quelle mesure on pouvait passer un examen de document. Nous allons exiger que la proposition de loi soit vue." 
Trois ans et rien n'a été fait. En attendant, les Guinéens se retrouvent à payer des loyers qui ne sont plus du tout proportionnels à leur salaires.