Afrique

Vidéo - Inquiétude autour d'un nourrisson exposé à du gaz lacrymogène en RD Congo

Chargement du lecteur...
Récit : A. RENEVIER • Montage : C. DEHONDT | TV5MONDE

Quelques jours après avoir inhalé du gaz lacrymogène, un bébé de quelques jours tente de survivre.

dans

Dans la maternité Linsaga, peu de patientes et de nouveaux-nés en ce début de semaine. Le calme qui y règne est inhabituel. Ici il ne reste d'ordinaire aucun lit vide.

Mais le centre de soins a été déserté dimanche dernier.

Les troubles dans la paroisse attenante de Saint-Benoit  en marge des manifestations anti-Kabila  ont atteint les portes de l'établissement : des gaz lacrymogènes ont été tirés à l'intérieur par les forces de l'ordre.

Dans la panique, la plupart des parents et des enfants ont été évacués. 

Ici c'était terrible. Même une femme qui était sur le lit d'accouchement avec du sang comme ça. Elle venait d'accoucher, donc on l'a fait sortir parce qu'ici c'était terrible. Elle ne résistait pas. 
une infimière de l'établissement


Plusieurs nourissons ont inhalé des gaz lacrymogènes. L'un deux a été transporté à l'hôpital Saint-Joseph à quelques kilomètres, et placé sous respirateur artificiel. Témoins de la scène, certains employés préfèrent rester anonyme, par peur des représailles. 

L'état de santé du nourrisson s'améliore


"Parmi les enfants, il y a un qui commençait à suffoquer. On voyait que la situation n'était pas bonne. Heureusement qu'il y avait notre chauffeur et l'ambulance à côté. On a pris cet enfant, on l'a apporté jusqu'à Saint-Joseph." 

Après deux jours entre la vie et la mort, l'état de santé du nouveau-né s'améliore.

Dans la maternité Lisanga, le personnel médical est aujourd'hui encore sous le choc : c'est ici que Rossy Mukendi a reçu ses premiers soins dimanche... avant de succomber à ses blessures.

Le jeune activiste a été abattu par les forces de sécurité.