Afrique

Vidéo - La Côte d'Ivoire réglemente drastiquement son marché du véhicule occasion

Chargement du lecteur...
Reportage TV5MONDE | Jérôme Garro/Patrick Fandio • Patrice Férus/Gaylord Longo

Un décret datant de la fin 2017 prévoyant sous peu, une nouvelle limitation de l'âge des voitures d'occasion autorisées à entrer en Côte d'Ivoire provoque la colère des Ivoiriens. Certains craignent notamment de voir une flambée des prix de ces véhicules.

dans

Ca, c’est actuellement le quotidien des Ivoiriens.
Des véhicules polluants, pas toujours fiables et qui ont une moyenne d’âge supérieure à 20 ans. Mais ça, le gouvernement ivoirien n’en veut plus. 

Le décret gouvernemental adopté le 6 décembre 2017 revoit drastiquement l’âge des véhicules d’occasion autorisés à entrer dans le pays.

Pas plus de 10 ans pour les camions. Pas plus de sept ans pour les mini-cars et camionnettes et surtout pas plus cinq ans. Pour les véhicules de tourisme...

Course contre la montre pour écouler les vieux véhicules

Un casse-tête pour John. ll est vendeur de voiture à Abidjan.
“On a des voitures de 10 ans, 12 ans, 13 ans. Parce que les voitures récentes les clients n’ont pas l’argent pour acheter.” souligne t-il. Il rappelle un brin défaitiste : Ils (NDLR : les clients) viennent ils admirent mais ne peuvent pas acheter. C’est des voitures de 12 13 15 ans que les gens vont acheter facilement.”

Et juste à côté, les laveurs de voitures ont les mêmes craintes. Eux qui sont dépendants de ces achats à l’étranger.John, lui, ne se fait pas d’illusion. Sa fenêtre de tir est courte. Il a peu de temps pour écouler ses très vieilles voitures...

On a fait des stocks mis les stocks ce sera peut-être six mois, sept mois. Mais quand on aura tout évacué on se retrouvera sans rien faire
John Ouattara, vendeur de voitures à Abidjan

Ironie du sort ces très voitures pourront encore circuler bien après la mise en application du décret. Du coup, pour le syndicat des importateurs l’argument de la pollution ne tient pas. Pour lui, il faut des mesures permettant un carburant plus propre et un contrôle technique bien mieux encadré.

De leur côté, les mécaniciens habitués à réparer des antiquités redoutent également un sérieux manque à gagner! Robert est l'un d'entre eux. Ses mains plongées dans le moteur, il redoute un vrai changement dans quelques semaines.“S’il n’y a plus de vieilles voitures ça ne va pas nous arranger.” dit-il. Et d'ajouter : “Parce que c’est grâce à des vieilles voitures que nous on arrive à manger, on peut nourrir la famille tout ça.”

Le décret doit entrer en vigueur le mois prochain (NDLR : mars 2018).

Environ 50.000 voitures d’occasion arrivent chaque année en Côte d’Ivoire...