Afrique

Vidéo - Manifestations en Tunisie : bras de fer tendu avec la police

Chargement du lecteur...
Récit : Pascale Veysset, montage : Audrey Demart
©TV5MONDE

La Tunisie a connu une 2ème nuit de contestation sociale ce 10 janvier. Les affrontements entre manifestants et policiers ont fait des dizaines de blessés. On dénombre plus de 200 arrestations.

dans

La police et l'armée sont toujours déployées en force dans les rues de Nefza.
Véhicules incendiés, magasins pillés et saccagés, dans la nuit de mardi à mercredi encore, manifestants et forces de l'ordre se sont affrontés dans certains quartiers de Tunis et dans plusieurs villes du pays. "C'est vraiment regrettable, déplore Zahhani Mansouri, représentant local de Nefza. C'est un bâtiment public et il n'en reste plus rien. Tous les documents du personnel sont perdus, le centre de police a aussi été visé". Le directeur d'un supermarché de la banlieue sud de Tunis dénonce : "Hier, il y a eu une incursion dans notre magasin à Yasminet. Certaines machines ont été vandalisées, des caisses et des marchandises ont été volées."

Lourd bilan

Bilan  : des dizaines de blessés et plus de 200 personnes arrêtées à travers le pays. Le Premier ministre dénonce des actes de vandalisme, tout comme ce député qui soutient le gouvernement.

Nous avons affaire à des lobbyes de la corruption, du monopole, du désordre, qui exploitent les revendications du peuple et leur desarroi pour inciter au chaos.

Walid Jallad, député indépendant

A l'origine de cette grogne sociale : les mesures d'austérité annoncées par les Autorités. Une Tunisienne dénonce : "Cela fait sept ans, depuis 2011, que le gouvernement ne fait rien pour nous ! Alors c'est normal de protester ! Les pauvres comme moi ne peuvent plus supporter le poids de ces prix élevés !"
Les militants du mouvement  "qu'est-ce qu'on attend ?" réclament une révision de la loi de finances, qui a augmenté la TVA. Ils  appellent aussi à manifester massivement ce vendredi.