Afrique

Vidéo - Nigeria : la lutte contre les trafics de drogue se poursuivent

Chargement du lecteur...
Avec la brigade anti-drogue de Kano.
Reportage de M. Gomis @TV5MONDE

Au Nigeria, cela fait plus de 30 ans que le pays applique une véritable politique anti-drogue. Les progrès de la lutte sont constants avec des contrôles sur les frontières et à l'intérieur du pays. Reportage.

dans

A Kano, cette brigade anti-drogue saisit, chaque année, des centaines de tonnes de produits illicites. Pourtant, des quantités encore plus importantes passent entre les mailles de leurs filets.

Tous les jours, ces agents publics mènent une traque difficile. Certains réseaux criminels auraient fait alliance avec le groupe armé Boko Haram, amplifiant le volume d'un trafic de drogue déjà très important au Nigeria.

Aliyu Yahaya, officier de la brigade anti-drogue de Kano, raconte son travail au quotidien : « Les gens forment leur propre comité dans leur localité. Ils nous fournissent des informations sur ce qui se passe dans leur région. Certains se chargent aussi des arrestations et ils nous demandent de venir chercher la personne.»

Cette association organise des groupes de parole auprès de toxicomanes.

Forte consommation de codéine

Le Nord du Nigeria est particulièrement touché par l'usage de stupéfiant. 3 millions de pilules et flacons de codéine sont consommés par jour sur l'Etat de Kano. Depuis un peu plus d'un mois, les médicaments contenant cette molécule sont interdits au Nigeria.

Pour de nombreux experts, cette mesure est insuffisante pour endiguer une situation critique.

Ibrahim Wayya, président de l'association de sensibilisation contre la drogue, alerte : « Il y a encore beaucoup de cette codéine en stock et beaucoup de trafic. Par conséquent, le gouvernement fédéral doit mettre en place des moyens et une stratégie pour contenir la situation en prenant toutes les mesures nécessaires. »

A Lagos, ce centre de désintoxication expérimente des méthodes inédites au Nigeria. Ensemble, médecins, psychologues, sociologues et anciens toxicomanes accompagnent les bénéficiaires. Ici, durant un an, le sevrage se fait sans médicament.

Une lutte contre la drogue bien réelle

« Le processus de désintoxication est quelque chose de très très lent. Derrière une personne droguée, vous réalisez qu'il y en a une centaine d'autres, dans son entourage, qui connaissent elles aussi ce problème de drogue. La désintoxication est un vrai travail minitieux, un long processus, avec au départ cette personne droguée que vous soignez », explique Ayodeji Oyedeji, psychologue au centre.

La lutte contre la drogue est bien réelle au Nigeria. Mais sa marge de progression reste un défi dans un pays qui dépassera les 300 millions d'habitants dans moins de 25 ans.