Afrique

Video | Rwanda : la "journée sans voiture" de Kigali se pose en référence

Chargement du lecteur...
Commentaire : Patrice Férus | TV5MONDE | Montage : Stéphane Dard

Tous les mois depuis l'été 2016, les habitants de Kigali au Rwanda se réapproprient la chaussée. C'est la journée sans voiture. Une journée dédiée à l'environnement pour mieux respirer, mais aussi pour mieux brûler quelques calories.
 

dans

Les feux de signalisation sont à l'orange, clignotants mais ils pourraient très bien être... éteints... Car ce dimanche matin, ici à Kigali, les véhicules n'ont pas droit de citer. Les rues sont désertées sauf... par des chaussures multicolores...

Celles des Kigaliens qui convergent par dizaines vers le centre-ville pour faire du sport... ensemble.

Grace Unwari, est une habitante de Kigali. Son enthousiasme vis-à-vis de cette journée est presque contagieux :"Quand je me retrouve avec autant de personnes ici, c'est une vraie motivation. J'ai envie de faire plus d'exercices.. d'en faire plus pour être en bonne santé!" s'exclame t-elle.

Trouver une alternative à la voiture


Pas de bus, pas de voiture. Seuls les vélos sont admis. Cette journée mensuelle existe depuis près d'un an et demi. On peut s'abandonner au fitness synchronisé, ou pratiquer des étirements, et des exercices abdominaux. La municipalité a compris l'enjeu. Elle investit toujours un peu plus dans ces activités d'exercices en plein air.

"Les gens participent de plus en plus nombreux à cette journée", se félicite Pascal Nyamulinda, le maire de Kigali. Et d'ajouter : "La possibilité de faire du sport les mobilisent, mais ils sont aussi attirés par les stands sanitaires !"
C'est effectivement l'autre atout maître de cette journée sans voiture.  Elle se prolonge en un vrai rendez-vous de santé publique de préventions des maladies cardiovasculaires. 


Un programme de prévention sanitaire additionnel 


On peut y tester gratuitement son taux de cholestérol, sa pression sanguine... ou encore contrôler son diabète. Une expérience plus que concluante... que le gouvernement aimerait bien voir s'étendre, au delà du Rwanda. C'est en tout cas le souhait de Julienne Uwacu, la ministre rwandaise des Sports. 
"Nous faisons cette promotion du sport à notre manière, mais ça peut être un repère pour d'autres pays du continent... afin qu'ils puissent reprendre cette intiative chez eux, en l'ajustant à leur propre réalité "

Kigali. Ville pilote sur ces questions écologiques. Une fierté pour son million d'habitants et pour les autorités rwandaises qui aiment à rappeler, par exemple, que l'utilisation et la circulation dans le pays de sacs platiques sont interdites depuis... 2008.