Afrique

[à vrai dire] À Dakar, distribue-t-on vraiment de l'eau recyclée des toilettes ?

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

La qualité de l'eau potable est un sujet explosif sur les réseaux sociaux. Au Sénégal, une vidéo laisse entendre que l'eau du robinet pourrait provenir d'un recyclage des eaux usées, en provenance directe des toilettes. Une fausse information qui a pris beaucoup d'ampleur.

dans
C'est l'histoire d'un emballement relayé par plusieurs médias sénégalais sur internet. Tout est parti d'informations publiées sur Facebook par un journaliste blogueur sénégalais, Baba Aïdara installé aux Etats-Unis. 

Selon lui, une installation industrielle à Dakar est capable de transformer les eaux usées en eau potable. Et cette eau potable issue principalement des toilettes serait réinjectée dans le réseau d'eau des Dakarois.

De quoi provoquer l'ire d'une population légitimement inquiète. 

A quoi sert cette installation industrielle ?

Cette machine est en réalité expérimentale. Elle s'appelle l'Omni-processeur et a été financée par la Fondation du milliardaire américain Bill Gates. C'est l'Onas, l'Office sénégalais de l'assainissement qui la gère.

Depuis 2015, à Dakar, elle permet de transformer les eaux usées récupérées dans les fosses sceptiques. Ce qu'on appelle aussi les boues de vidanges sont traitées pour être transformées en 3 productions :

- de l'électricité ;
- des cendres, utilisées comme engrais ;
- et de l'eau, utilisée uniquement à des fins agricoles.
 

Cette eau est-elle distribuée au consommateur ?

Le "financeur" de cette machine, Bill Gates, aime à montrer que son omni-processeur peut produire de l'eau parfaitement potable. Comme dans cette vidéo postée sur le blog du milliardaire ou lors de la célèbre émission The Tonight Show Starring Jimmy Fallon à la télévision américaine en 2015.

C'est donc possible. Mais ce n'est pas le cas à Dakar.

TV5MONDE a rencontré le directeur général de l'ONAS (Office national d'assainissement du Sénégal), Lansana Gagny Sakho explique que "cette machine est mise en place pour permettre aux populations d'avoir accès à l'assainissement sans endommager l'environnement. Aujourd'hui, dans la plupart des stations que nous avons, nous traitons les produits d'assainissement mais nous les rejetons directement en mer.

Cette machine peut bien faire de l'eau potable. Mais les coûts de production d'un mètre cube de cette eau potable sont largement supérieurs aux coûts de production de l'eau qui est vendue. 

Cette eau, nous la laissons là-bas. Il y a une partie qu'on donne aux agriculteurs qui sont à côté pour faire de l'irrigation de leurs champs. Mais nous parlons de 20 m3, c'est insignifiant.
"

20 m3 par jour, c'est effectivement pratiquement rien comparé aux 493 000 m3 consommés quotidiennement au Sénégal.

La capacité de cette machine à produire de l'eau potable n'est donc pas exploitée à Dakar.  Son véritable objectif : éviter que les eaux usées ne soient rejetées directement dans les rivières ou les océans, comme c'est le cas aujourd'hui. En l'absence de traitement, ces rejets provoquent de graves maladies.