Cambodge : la difficile transition démocratique

<p>Portraits de victimes exécutées par les Khmers rouges exposés au musée du génocide Tuol Sleng (9 avril 2015).</p>

Le 17 avril 1975, les Khmers rouges s'emparent de Phnom Penh, mettant fin à la guerre civile, mais pour le Cambodge, le pire est encore à venir : le régime de Pol Pot fera près de 2 millions de morts. Devenue l'une des économies les plus performantes de la région, le Cambodge connaît aujourd'hui les affres d'une démocratie naissante. 

Depuis six mois le Cambodge vit au rythme des manifestations. La crise est sociale et politique. L'opposition accuse Hun Sen...
Répression contre la manifestation du 3 janvier à Phnom Penh (photo AFP)
Après vingt-huit années de pouvoir, le Premier ministre cambodgien Hun Sen est confronté à une contestation grandissante à...
Des milliers de Cambodgiens défilent dans les rues de Phnom Penh pour un deuxième appel à la mobilisation depuis les législatives...
Le chef de file de l'opposition cambodgienne Sam Rainsy, qui vit en exil en France pour échapper à la prison, a été gracié ce...
Les combattantes du quartier de  Boeung Kak au coeur de la capitale cambodgienne. © Divali
Pendant neuf mois, Vincent Trintignant-Corneau et sa compagne Christine Chansou ont vécu aux côtés de celles qui, au coeur de la...
Seule femme parmi les anciens dirigeants khmers rouges encore en vie, Leng Thirith, 80 ans, échappera très probablement à un...
Kaing Guek Eav, alias Douch, était le chef de la sinistre prison S21 durant le régime communiste radical de Pol Pot. Jugé en appel pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, il a été condamné ce vendredi à la prison à vie. Une peine plus sévère qu'en première instance.
La Constitution cambodgienne ordonne l'égalité des sexes entre hommes et femmes. Des institutions sont chargées de promouvoir...

Pages