Culture

"120 battements par minute", consacré aux César, ruban blanc contre les violences faites aux femmes

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Ruban blanc à la poitrine, le cinéma français a affiché vendredi sa mobilisation contre les violences faites aux femmes lors de la 43e cérémonie des César, qui a sacré "120 battements par minute" sans oublier le réalisateur Albert Dupontel pour "Au revoir là-haut".

dans
Bien plus que le tapis rouge, c'est un ruban blanc qui aura cette année éclairé la 43eme cérémonie des César. "Oui je le porte, il veut dire qu'on espère pouvoir créer un mouvement qui aidera les femmes qui n'ont pas les moyens d'aller en justice, de se trouver un avocat et de se faire défendre dans les cas de viols et de violences sexuelles", indique ainsi sur le tapis rouge Jeanne Balibar, interprete de Barbara.

Un ruban blanc que le cinéma français porte désormais en boutonnière
pour afficher sa mobilisation contre les violences faites aux femmes, 5 mois après l'affaire Harvey Weinstein.  Un ruban blanc dont la forme en rappelle un autre 
celui de la solidarité internationale pour les victimes du sida. 

 C'est celui des années 'Act Up' raconté par le film de Robin Campillo
"120 battements par minute" .  Treize fois nommé, il est  sacré a six reprises par l'académie des Césars comme meilleur film français en 2018. Robin Campillo a dédié son prix  à toutes les associations qui oeuvrent pour les differences.

Une cérémonie d'hommagea été rendue à la grande Jeanne Moreau et présidée par l'actrice chanteuse Vanessa Paradis. L'actrice espagnole Pénélope Cruz a reçu un César d'honneur. L'autre gagnant de cette soirée est le film d'Albert Dupontel, "Au revoir la haut" qui raconte les aventures de deux poilus pendant et aprés la premiere guerre mondiale. Le long métrage obtient 5 césar dont celui du meilleur réalisateur.

Pour son interprétation dans " Barbara"  Jeanne Balibar est meilleure actrice de l'année 2018. Le César du meilleur acteur est revenu à Swann Arlaud, 36 ans, pour son rôle d'éleveur confronté à une épidémie dans "Petit paysan", d'Hubert Charuel. Le césar du public a été decernée a Dany Boon pour le film "Raide dingue".