Culture

Art contemporain : première rétrospective en France du plasticien indien Subodh Gupta

Chargement du lecteur...

C'est une star incontournable sur le marché de l'art contemporain : le plasticien indien Subodh Gupta est à Paris pour sa première rétrospective en France. "Adda" ou rendez-vous en hindi, est présenté au Musée de la Monnaie de Paris et rassemble plusieurs dizaines d'oeuvres dont la plupart ont déjà fait le tour du monde

dans
Des centaines d'ustensiles en inox "formant" d'extraordinaires sculptures: les oeuvres de l'artiste indien Soubodh Gupta percutent immédiatement le regard.

"90% de la population de mon pays utilise ces ustensiles. Ce sont des objets extrêmement banal dans la vie domestique indienne, quand vous regardez ces objets,  ils sont très brillants, mais si vous les  touchez, c'est froid , et parfois  très vide. Pour moi ils représentent  les différents aspects de la vie".

des "objets du banal" métamorphosés en "pièces"  qui valent aujourd'hui de l'or. Subodh Gupta fait en effet partie des artistes les plus en vue dans le monde de l'art.
 
Son travail, il le nourrit de ses passions : la cuisine, la nourriture. Car l'artiste est un grand "gastronome" qui concote ses oeuvres en regardant sa culture indienne mais plus globalement la façon dont "la terre" tourne.

"Voyez,  c'est tout le temps en mouvement c'est comme un voyage, ça parle de la façon dont la nourriture voyage d'un endroit à l'autre, comment dans le monde, par exemple, tout le monde mange des sushis sans pour autant aller au Japon. En même temps, quand vous regardez  ce travail ça fait penser aussi à une ville, à un paysage urbain. Ca décrit comment le paysage évolue, se transforme "

Le mouvement, le voyage, les "turbulences" de la planète figurent parmi les questions qui  agitent l'artiste et forgent ses créations. 

"Moi, à l'origine j'ai commencé avec le théâtre, j'aime tout ce qui s'en rapproche et toute mon oeuvre tourne autour de ça, c'est comme une performance

Huit vidéos, peintures, sculptures et cet arbre monumental planté dans le béton parisien acueillent les visiteurs pour sa première rétrospective en France.

"Ce crâne là  je voulais qu'il soit grand plus grand que la vie. Il représente la mort, la vie. Nous dans la religion indienne on célèbre les deux. Ici c'est la célébration de la vie et de la mort".