Culture

France : le Loto au service du patrimoine

Maison Rouge à Saint Louis de la Réunion
Maison Rouge à Saint Louis de la Réunion
Wikicommons

Le Président de la République française a lancé jeudi 31 mai le Loto du patrimoine pour financer la restauration de monuments en danger. Dix-huit lieux ont été sélectionnés par Stéphane Bern, une vedette de la télévision, pour bénéficier des premiers subsides. 

dans
Sur les volets de la maison de maître, on aperçoit encore un peu de peinture rouge. Quelques traces, qui ne font que mettre en évidence le mauvais état général de la bâtisse. A Saint-Louis, sur l'île de la Réunion, le domaine de Maison Rouge nécessite clairement une restauration. 

Il est pourtant classé Monument Historique depuis 2004 : c'est l'un des derniers ensembles intégraux existant sur l'île, comprenant la maison maître, ses dépendances domestiques, le parc, les bâtiments agricoles, l'argamasse (aire de séchage de café), et le village.
Mais l'argent, apparemment, manquait jusqu'à ce que Stephane Bern n'intervînt.

La vedette de télévision a été chargée par le président de la République française  d'une "mission d'identification du patrimoine immobilier en péril" et, par chance, la Maison Rouge apparaît dans les dix-huit projets "prioritaires". 

Ce jeudi 31 mai, Emmanuel Macron avait décidé de donner tout son lustre à cette opération de sauvegarde du patrimoine. Il était le matin à Ferney, près de Genève, en Suisse, pour inaugurer le château de Voltaire restauré. Le soir, il accueillait à l'Elysée les amis du patrimoine pour présenter les projets prioritaires. Dix-huit lieux donc, un par région, outre-mer compris.

Collecte de fonds

Pont de Thorame-Haute  sur le Verdon
Pont de Thorame-Haute  sur le Verdon
(Wikipedia Commons)

Il s'agit de lancer aussi la deuxième phase de l'opération : la collecte des fonds. A la recherche d'économies budgétaires, le chef de l'Etat a validé l'idée d'organiser une loterie et un jeu de grattage pour financer des travaux sur des monuments que les communes n'ont pas les moyens de sauver. Le tirage de ce Loto Patrimoine devrait avoir lieu le 14 septembre prochain. Le gouvernement en attend entre 15 et 20 millions d'euros. 

Sous les ors et les pampilles du Jardin d'Hiver de l'Elysée, qui semblent fort bien entretenus, Stéphane Bern, héros de la soirée, a présenté sa mission, la "mission Stéphane Bern". Il a reçu 2 000 dossiers et en a sélectionné 270. L'objectif affiché est de susciter la mobilisation autour de cette loterie.

Françoise Nyssen, la ministre de la Culture a parlé d'une "mine d'or léguée par l'histoire" tout en défendant le travail de ses équipes. En effet, le ministère dispose déjà d'un budget conséquent pour l'entretien du patrimoine.
Selon la ministre, un quart des monuments protégés sont jugés en mauvais état et 5%, soit environ 2 000, sont jugés en péril. "Sur les 44 000 monuments inscrits ou classés, 6 000 bénéficient chaque année d'opérations de restauration. Le budget consacré au patrimoine, 326 millions d'euros, a été augmenté de 5% et sanctuarisé sur le quinquennat". Un montant complété par un fonds d'aide de 15 millions d'euros pour les petites communes. "Le loto et le grattage viennent en complément", a récemment expliqué la ministre au quotidien Le Figaro. "Une goutte d'eau" reconnait honnêtement l'animateur de la soirée.

Reste à convaincre les habitués du Loto et un nouveau public amoureux des vieilles pierres d'acheter massivement les bulletins de jeu, d'où le tapage fait autour de cette opération. Il revenait au président de la République de conclure avec quelques formules fortes. En voici une : "l'identité française, elle réside dans ce palimpseste qu'est notre patrimoine"...  Avec une ironie assumée, Emmanuel Macron a tenu aussi à déployer sa rhétorique "en même temps".  Sachez que le patrimoine porte une identité française et, en même temps, européenne ; et, qu'en France désormais, on peut défendre le patrimoine et, en même temps, promouvoir la création contemporaine. Bref, un patrimoine "en marche" pour ainsi dire. 
 

18 heureux élus : 

Les 18 monuments prioritaires sélectionnés reflètent les différentes facettes du patrimoine : religieux, industriel, architectural, monumental...

Fort Cigogne (Fouesnant, Finistère)
La maison de Pierre Loti à Rochefort (Charente-Maritime)
Le Château de Carneville (Carneville, Manche)
L'hôtel de Polignac (Condom, Gers)
La Rotonde ferroviaire de Montabon (Montabon, Sarthe)
La Villa Viardot (Bougival, Yvelines)
Théâtre des Bleus de Bar (Bar-le-Duc, Meuse)
Château de Bussy-Rabutin, Bussy-le-Grand (Côte-d’Or)
Aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
Pont d’Ondres, Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence)
Couvent Saint-François, Pino (Haute-Corse)
Maison d’Aimé Césaire, Fort-de-France (Martinique)
L'ancien Hôtel-Dieu (Château-Thierry, Aisne)
Eglise Notre-Dame, La Celle-Guénand (Indre-et-Loire)
Habitation Bisdary, Gourbeyre (Guadeloupe)
Maison du receveur des douanes, Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)
Maison Rouge, Saint-Louis (La Réunion)
L’usine sucrière de Soulou, M’Tsangamouji (Mayotte)