Culture

Helen Epega, la diva de l'opéra en pidgin, le créole nigérian

Des milliers de personnes applaudissent et acclament les artistes qui défilent sur la scène du festival de percussion d'Abeokuta, dans le sud-ouest du Nigeria. Mais lorsque Helen Epega arrive, habillée d'une cape bleue pailletée, et entonne ses premiers airs d'opéra en pidgin, le créole nigérian, la foule se tait instantanément.

Puis, alors que sa voix puissante et le rythme de son djembe métallique remplissent l'auditorium de plusieurs milliers de spectateurs, une explosion de joie monte des rangs du public et des spectateurs encouragent la chanteuse de leurs applaudissements.

Ce créole ouest-africain inspiré du portugais (les premiers Européens arrivés dans la région), de l'anglais (langue des colons) et du patois jamaïcain (des anciens esclaves revenus sur le continent) peut surprendre. Il est davantage utilisé dans les taxis collectifs que dans les événements mondains.

Et pourtant, partout où se produit "La Vénus des feux de brousse" (The Venus Bushfires), nom de scène d'Helen Epega, "l'accueil du public est incroyable". L'opéra a été joué à Lagos, au Cap en Afrique du Sud mais aussi à Londres notamment.

"Les gens sont très enthousiastes", sourit la chanteuse d'opéra trentenaire. "C'est peut-être parce qu'ils se rendent compte qu'ils n'avaient jamais pu s'exprimer de cette façon avant, qu'ils pensaient qu'il n'y avait jamais eu de place pour eux dans cet univers", dit Helen Epega à l'AFP.

Il est rare de voir le public danser pendant un opéra. Mais ce soir-là, à Abeokuta, devant "La Reine de la musique", histoire d'une reine guerrière qui "rétablit la paix dans le monde par ses chants", les spectateurs se sont levés sur des pas de danse stylés. Et si l'on en juge aux tonnerres d'applaudissements, ils ont adoré.

- "Briser les barrières" -

"Elle chante dans notre langue, c'est vraiment quelque chose d'unique", s'enthousiasme David Ikeolu, un étudiant dans le public.

Un opéra en pidgin nigérian (prononcer "pidjeen"), ce n'est pas courant. Selon Helen Epega et les organisateurs du spectacle, c'est même une première.

Il a le mérite de toucher un très large public, notamment les personnes qui ne sont, d'habitude, pas du tout exposées à la musique classique. Le Nigeria est divisé en d'innombrables ethnies, avec plus de 500 langues locales, mais le pidgin, qui compte environ 75 millions de locuteurs (sur 190 millions d'habitants), est la seule langue véhiculaire parlée quasiment à travers tout le pays.

"Non seulement nous pouvons nous exprimer grâce à ce langage, mais c'est plus qu'un moyen de communication: c'est un outil d'unification", avance Helen Epega.

Pour cette diva qui a passé de nombreuses années en Angleterre, chanter en créole n'est pas un simple caprice d'originalité, "cela nous montre que l'on peut briser les barrières. Non, plutôt que l'on doit briser les barrières".

"Si nous voulons engager un dialogue à travers le pays, pour la paix et pour l'amour, nous devons déjà construire des ponts", dit celle qui a écrit cet opéra en langue pidgin.

Car si le Nigeria est ethniquement très divisé, il l'est encore plus socialement, entre la classe moyenne et supérieure, éduquée "à l'anglaise", et l'immense majorité du pays, sans accès ou presque à la culture.

- "Mouvant et subversif" -

Le pidgin nigérian n'a ni grammaire, ni orthographe, ni dictionnaire et se réinvente chaque jour en fonction de l'imagination de ceux qui le parlent. Il est né dans la rue et a toujours été considéré avec dédain par les plus aisés.

Toutefois, depuis quelques années, il a envahi les stations de radio et les sites d'information, les spectacles d'humoristes, la littérature, sans parler de la musique afro-pop nigériane.

Il est "mouvant, comme le jazz, et subversif", décrit l'auteur nigérian Richard Ali. Il est aussi rassembleur et ceux qui d'habitude ne se parlent pas ou ne se comprennent pas ont désormais un langage commun, "il transforme les rivaux en camarades".

Dans son opéra, Helen Epega transcende aussi le temps et se veut "afro-futuriste". Ses longues tresses sont enroulées autour d'un bâton bloqué horizontalement au dessus de sa tête, tels des serpents autour d'une branche.

Elle bat le rythme sur un djembé en métal fabriqué en Suisse qui a la forme d'une soucoupe volante et résonne comme des percussions des Caraïbes.

Le résultat est un mélange entre l'ancien, le présent et le futur, grâce à un "mix entre la précieuse tradition orale africaine, en utilisant le créole, et les sonorités de l'opéra classique européen", explique-t-elle à l'AFP.

La chanteuse d'opéra "pense avoir trouvé une manière de marier" ainsi l'afrobeat de Fela Kuti et la pop africaine de Davido, avec Mozart. "Ce que ça veut dire, c'est que peu importe d'où tu viens, qui tu es, tout le monde parle le même langage. Celui de la musique."