Culture

Hommage à Claude Lanzmann : "Vous avez fait exister ceux qui ne sont plus" salue le Premier ministre

dans

"Vous avez fait exister ceux qui ne sont plus": le Premier ministre français Edouard Philippe a salué jeudi à Paris la mémoire de Claude Lanzmann, le réalisateur de "Shoah" décédé à 92 ans.

"Il fallait un artiste pour faire l'histoire. (...) pour la dire, la montrer, la nommer, pour nous la faire toucher du doigt. Surtout celle-là. La plus sombre qui fût (...) Il fallait nous en faire toucher la noirceur. De génération en génération", a poursuivi Edouard Philippe, lors de cet hommage national dans la cour d'honneur de l'hôtel militaire des Invalides à Paris.

"Les chemins de la liberté, vous en vivez les embuscades, les ornières avec vos camarades, exposés aux mortiers allemands ou surpris, dans les montagnes, par des miliciens. Sous vos faux noms, vous vivez déjà plusieurs vies", a-t-il ajouté, rappelant son passé de résistant en 1943 à Clermont-Ferrand.

Puis, "c'est le temps des rencontres qui orientent un destin. Beau et chanceux comme le Solal d'Albert Cohen, dont vous serez un grand lecteur puis un ami, vous vivez cent vies. Vous fréquentez Eluard, Ponge, et surtout Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir", "la femme à la beauté grave, intimidante, que vous invitez un soir au cinéma".

"Penseur engagé", "l'Histoire ne vous laisse jamais indifférent. Elle ne vous laisse jamais en paix", a-t-il poursuivi.

Avec "le voyage en Israël, ce pays qui vous est +d'emblée étranger et fraternel+ (...) vous avez découvert un peuple, le peuple juif, et vous ne le renierez plus".

"Vous lui bâtirez un monument. Un monument de larmes et de vérité. Un monument de stupeur qui obligera l'Humanité à regarder ses crimes et à en supporter le poids", a-t-il ajouté pour décrire Shoah, le grand documentaire sur l'extermination des Juifs d'Europe par les nazis.

"Les regards que vous filmez dans Shoah appartiennent à tous. Votre regard n'a jamais cillé. Il regardait droit, il regardait fixe pour nous forcer à voir", a salué le ministre.

"En ce jour, Claude Lanzmann, vous n'êtes pas seul : nous sommes tous avec vous ; ces morts sont tous avec vous. Ils vous maintiendront vivant à jamais", at-il estimé.

"Et dans l'Histoire, il est des hommes qui restent pour ce qu'ils laissent, pour l'oeuvre qu'ils ont donné au monde et à l'Humanité", a-t-il conclu.