Culture

La CEDH condamne la Russie pour la dissolution du Parti national bolchévique de Limonov

La Cour européenne des droit de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Russie pour la dissolution, décidée en 2005, de l'association Parti national bolchévique (PNB) d'Edouard Savenko, alias Edouard Limonov, et le refus des autorités d'enregistrer le PNB comme un parti politique.

L'association Parti national bolchévique avait été enregistrée en Russie en 1993. L'écrivain Edouard Savenko, réputé pour ses romans sulfureux et la radicalité de ses engagements politiques, en était alors le président.

En novembre 2005, l'association avait été dissoute par la Cour suprême russe, qui lui reprochait l'usage du mot "Parti" dans son nom, illégal depuis une loi votée en 2003, et le fait de ne pas avoir adressé aux autorités compétentes un rapport annuel sur ses activités.

Parallèlement à cette première procédure, les membres de l'association avaient organisé le congrès fondateur du "Parti National Bolchévique" en novembre 2004, à la tête duquel Edouard Savenko fut désigné président.

Le programme du PNB indiquait comme principaux objectifs "le développement libre de la société civile", "la fin des interférences avec les médias", ou encore "l'abolition des privilèges des fonctionnaires d'Etat".

Mais le ministère de la Justice russe avait refusé d'enregistrer le PNB, arguant notamment de l'absence de certains documents essentiels et d'un nombre insuffisant de personnes ayant participé au congrès fondateur.

Les dirigeants du PNB avaient contesté ces décisions jusqu'à la CEDH et la famille d'Edouard Savenko avait poursuivi cette action à la mort de ce dernier, en mars 2020.

Les juges européens ont estimé que la dissolution de l'association était "disproportionnée" et constituait une violation de l'article 11 de la Convention européenne des droits de l'homme qui garantit la liberté de réunion et d'association.

L'institution, qui siège a Strasbourg, a également jugé que le refus d'enregistrer le parti politique n'était pas justifié.

La Russie a donc été condamnée à verser 10.000 euros pour "frais et dépens" aux requérants.

Après l'interdiction du Parti National Bolchévique, Edouard Savenko avait créé "Autre Russie" et participé à de nombreuses manifestations réprimées par la police. Le parti avait compté un temps dans ses rangs l'opposant et champion d'échecs Garry Kasparov.

En 2012, la candidature de Savenko à l'élection présidentielle avait été rejetée par les autorités russes.

En France, l'auteur avait bénéficié d'un important regain d'attention après la parution en 2011 du roman biographique "Limonov" de l'écrivain Emmanuel Carrère, couronné du prix Renaudot.