L'incendie sur la flèche de la cathédrale de Rouen est éteint

Image
De la fumée s'échappe de la flèche de la cathédrale de Rouen le 11 juillet 2014 après un début d'incendie "rapidement maîtrisé mais pas éteint" en début d'après-midi par les pompiers.

De la fumée s'échappe de la flèche de la cathédrale de Rouen le 11 juillet 2014 après un début d'incendie "rapidement maîtrisé mais pas éteint" en début d'après-midi par les pompiers.

AFP
Partager4 minutes de lecture

Un incendie, dont l'origine reste indéterminée, s'est déclaré jeudi à la mi-journée sur la flèche de la cathédrale de Rouen avant d'être rapidement "maîtrisé" par les pompiers, qui ont officiellement déclaré le feu "éteint" vers 17H00.

A ce stade, aucun dégât majeur n'a été signalé dans l'édifice religieux, dont "l'intérieur a été préservé, notamment les oeuvres", s'est félicitée la ministre de la Culture, Rachida Dati, venue au chevet de la cathédrale à la demande du président Emmanuel Macron.

Selon la préfecture de Seine-Maritime, ce sont les ouvriers sur place qui ont donné l’alerte et tenté de contrer le départ de feu avant l'intervention des sapeurs-pompiers.

"Les six ouvriers travaillant dans l’enceinte de la cathédrale ont été évacués et pris en charge pour des vérifications et examens d'usage", précise la préfecture dans un communiqué.

"Les éléments qui étaient en combustion à notre arrivée sont des éléments du plastique de chantier", a expliqué le directeur départemental des services d'incendie et de secours (SDIS 76), Stéphane Gouezec.

Bien qu'il se soit déclaré à quelque 120 mètres de haut, l'incendie avait été rapidement "maîtrisé" mais il fallait d'abord inspecter "tous les points chauds" avant de le déclarer officiellement éteint, avait-il précisé à l'AFP.

Les risques de propagation étaient toutefois limités car "l'ensemble de la structure est une structure métallique" et seuls les planchers des échafaudages étaient susceptibles de brûler, selon le colonel Gouezec.

Outre 70 pompiers et 40 engins, des équipes spécialisées en milieu périlleux et en exploration longue durée des sapeurs-pompiers ont également été déployées pour inspecter les lieux.

Le procureur de Rouen, Frédéric Teillet, a indiqué qu'une enquête était "en cours pour déterminer les causes de l’incendie". "À ce stade, elles sont très probablement accidentelles", a-t-il poursuivi.

Sécuriser les cathédrales

Selon un journaliste de l'AFP présent sur place, un pan des bâches plastiques protégeant le chantier de restauration de la flèche de la cathédrale Notre-Dame a brûlé, dégageant un panache de fumée noire visible dans toute la ville.

Fichier vidéo
La structure de l'édifice n'est pas touchée. Et "il n'a pas été nécessaire d'évacuer, ni l'intérieur, ni les abords", a déclaré Mme Dati aux journalistes près de la cathédrale gothique, construite au coeur de la ville.

"À l’intérieur de la cathédrale, au droit de la flèche, 28 œuvres d'art ont été retirées préventivement par des sapeurs-pompiers spécialisés sous le contrôle de l’architecte des bâtiments de France afin de limiter tout risque de détérioration en cas de contact avec des eaux d’extinction", avait annoncé la préfecture.

La ministre de la Culture a rappelé les plans de prévention qui ont été impulsés en France pour sécuriser les cathédrales "propriétés de l'Etat" après l'incendie qui avait ravagé Notre-Dame-de-Paris en 2019.

Selon elle, 66 cathédrales ont bénéficié de ces plans, avec notamment l'installation de colonnes sèches (pour permettre aux pompiers d'utiliser des lances à incendies) et de systèmes de détection d'incendie.

Les travaux entrepris sur celle de Rouen durent depuis 2017.

En 1822, la foudre tombe sur la flèche dite "d’Alavoine" et détruit la flèche qui était alors en bois. Reconstruite en fonte, elle se dégrade et dans les années 1910, décision est prise de la doubler en acier Corten qui donne une couleur rouille. Cela n’empêche pas la dégradation des deux matériaux, ce qui amène à cet immense chantier impliquant la restauration et la réparation d'éléments endommagés, notamment le remplacement de dizaines de milliers de boulons.

Une phase de peinture est ensuite prévue, de sorte que les Rouennais retrouveront une flèche couleur verte (comme dans les années 1910) au lieu de la couleur rouille actuelle.

Toute une partie des travaux est aussi dédiée à découper les combles par des parois coupe-feu pour éviter la propagation des flammes et à renforcer les voûtes en cas d’incendie.

En avril 2019, la cathédrale Notre-Dame de Paris, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco et monument le plus visité d'Europe avec 12 millions de visiteurs par an avant le drame, avait été ravagée par un gigantesque incendie. La flèche de ce symbole de la chrétienté, conçue par l'architecte du XIXe siècle Eugène Viollet-le-Duc, s'était effondrée sur elle-même, ainsi qu'une partie de sa toiture.

cor-ls-mac-all/ban/mb/lbx