Culture

Lutte contre l'illettrisme : lever le tabou, réapprendre l'autonomie

Chargement du lecteur...
Interview Isabelle Malivoir

L'illettrisme touche 750 millions de personnes dans le monde et 2,5 en France. Pour lutter contre cette situation qui reste tabou, l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme lance une campagne internationale. Son directeur Hervé Fernandez, est notre invité.

dans
"L'illettrisme concerne des personnes qui ont été scolarisées, mais qui n'ont pas, ou plus, une maîtrise suffisante de la lecture, du calcul et de l'écriture permettant de gérer de façon autonome les situations simples du quotidien," explique Hervé Fernandez. L'analphabétisme est différent, qui décrit la situation de personnes qui n'ont pas été scolarisées du tout.

Sortir de l'illettrisme

7 % de la population entre 18 et 65 ans est concernée par l'illétrisme, dont la moitié a plus de 45 ans - plus l'on avance en âge, plus les compétences s'effritent - et exerce une activité professionnelle. Si les stratégies d'évitement leur permet d'éviter les situations révélatrices de leur fragilité, leur situation se fait plus difficile à dissimuler à l'ère du numérique.

Le problème est tu. On le cache. C'est un tabou. On ose pas en parler.
Hervé Fernandez

Or quel que soit son âge, il est possible d'en sortir. D'où l'importance capitale des campagnes de sensibilisation, comme celle à laquelle participe l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme : “Write Her Future” accompagne de jeunes mères, souvent cheffes de famille, qui veulent réapprendre l'autonomie - au moment où leurs enfants rentrent à l'école, par exemple.


► Aller sur le site de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme