Culture

Mort de Charles Aznavour : hommages des artistes et des politiques

Le chanteur Charles Aznavour est mort à l'âge de 94 dans la nuit du 30 septembre du 1er octobre 2018.
Le chanteur Charles Aznavour est mort à l'âge de 94 dans la nuit du 30 septembre du 1er octobre 2018.
©AP Photo/Damian Dovarganes

Après l'annonce du décès de Charles Aznavour, à 94 ans, les hommages se multiplient. Artistes et personnalités politiques saluent le talent, la poésie, l'avant-gardisme de ce maître de la chanson française.

dans

Pour les artistes qui ont eu la chance de le côtoyer, comme pour ceux qui aurait aimé pouvoir le faire, son décès est une grande perte pour la scène musicale francophone et internationale.

Mireille Mathieu qui connaissait bien le chanteur, s’est confiée à l’AFP :  "Charles restera le monument et la légende à jamais de la chanson française dans le monde. Ses chansons sont intemporelles et resteront gravées dans nos mémoires. Nous avons partagé tant de fois les scènes du monde et interprété de nombreux duos ensemble, dont ‘Une Vie d'amour’. La chanson était son crédo. La première chanson qui m'a fait connaître était ‘Jezebel’ que j'ai chantée au ‘Jeu de la Chance’, à la télévision, en novembre 1965.

Laura Smet, fille de Johnny Hallyday décédé en décembre 2017, a remercié une dernière fois l'artiste, très proche de sa famille. Son frère David Hallyday a écrit : "Quel bel artiste, mais surtout, quelle belle personne il était...
 

Julio Iglesias, lui, se remémore avec émotion la chanson "Que c'est triste Venise", qu'il avait interprété en duo avec Charles Aznavour en 1964. "Repose en paix mon cher ami", a t-il tweeté :
 
 

Pour Benjamin Biolay, qui incarne une génération bercée par la musique de Charles Aznavour, l'artiste était un "un guide et un maître de l'art et de la vie." Quant à Julien Clerc, il a partagé l'admiration qu'il nourrissait pour le chanteur :

Un hommage unanime de la classe politique

Selon les mots du président français Emmanuel Macron, Charles Aznavour était, “profondément français, attaché viscéralement à ses racines arméniennes, reconnu dans le monde entier, Charles Aznavour aura accompagné les joies et les peines de trois générations. Ses chefs-d’œuvre, son timbre, son rayonnement unique lui survivront longtemps”, a-t-il expliqué dans un premier tweet.

La France perd un de ses plus grands poètes.

Françoise Nyssen​, ministre française de la Culture.

D’autres hommes et femmes politiques se sont exprimés en France et en Arménie. Ainsi, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a-t-elle écrit: "la France perd un de ses plus grands poètes" :

En Belgique, c'est le Premier ministre Charles Michel qui s'est exprimé sur la longévité de sa carrière prolifique  :
 

Pour le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, la mort de Charles Aznavour est "une perte énorme pour le monde entier".  "Il est difficile de croire qu'une personne qui a créé toute une époque, qui a créé toute une histoire, l'amour, qui a servi son peuple, une personne qui a pendant 80 ans émerveillé et réchauffé le cœur de dizaines, de centaines de millions de gens, n'est plus avec nous aujourd'hui", a t-il ajouté sur Facebook.
Chargement du lecteur...


Charles Aznavour devait se rendre dans son pays d’origine, l’Arménie, pour le sommet de la Francophonie qui a lieu du 11 au 12 octobre à Erevan,“On attendait Charles Aznavour (...) c'est une très grande perte vraiment pour nous tous (...) Son concert va être dédié à sa mémoire, je pense. On va peut peut-être repenser, réorganiser la soirée d'une autre façon", a expliqué la Vice-Ministre Arménienne de la Culture, Nazénie Garibian.

Charles Aznavour était "un symbole pour les arméniens, une fierté mais aussi un symbole pour l'amitié Arméno-française" a-t-elle ajouté.