Culture

Philip Glass, le père de la musique répétitive, de "Passages" à Paris

Le compositeur Philip Glass, le 2 décembre 2018 à Washington
Le compositeur Philip Glass, le 2 décembre 2018 à Washington
afp.com - ROBERTO SCHMIDT

Le compositeur Philip Glass, le père de la musique répétitive, sera vendredi et samedi l'un des interprètes de ses Etudes pour piano à la Philharmonie de Paris, au cours d'un week-end conclu dimanche par "Passages", son oeuvre née de sa rencontre avec la musique indienne.

Pour ces Etudes pour piano que le célèbre musicien a composées au départ à titre personnel afin de parfaire sa technique pianistique, neuf autres pianistes sont invités à les jouer. Dont la Japonaise Maki Namekawa, familière de ces Etudes qu'elle joue depuis plusieurs années.

Parmi les autres pianistes, de divers horizons --classique, jazz, contemporain--, à intervenir, figurent aussi les soeurs Katia et Marielle Labèque, le post-minimaliste russe Anton Batagov, les Américains Timo Andres et Aaron Diehl et le jeune Français Thomas Enhco.

"Passages" dimanche soir, avec la joueuse de sitar Anoushka Shankar devant un orchestre mêlant instruments occidentaux et indiens, consacre la rencontre entre musique répétitive et indienne que lui avait inspiré une rencontre avec Ravi Shankar, le père d'Anoushka.

Les motifs hypnotiques de la musique de Philip Glass constituent aussi une source d'inspiration pour tout un courant de la musique électronique.

A l'heure de l'exposition "Electro" à la Philharmonie, qui met en avant les codes et la philosophie de cette esthétique musicale contemporaine, le concert "Glassforms" (samedi à la Cité de la Musique) verra le producteur électro-techno Max Cooper aux machines, accompagné du pianiste Bruce Brubaker, remixer des pièces pour piano solo de Philip Glass.

L'un des pionniers avec Steve Reich et Terry Riley de la musique minimaliste a depuis les années 1990 élargi sa palette. En écrivant des musiques pour des opéras, des ballets ou des films, il est devenu l'un des compositeurs vivants les plus importants.

Son tryptique d'opéras inspiré des films de Jean Cocteau "La Belle et la Bête" et "Orphée" et de son roman "Les Enfants Terribles", a aussi fait date dans la carrière du compositeur âgé de 82 ans.