Culture

RDC: 25 000 objets historiques détruits dans l'incendie du Musée de Gungu

C'est une perte d'une valeur inestimable. Les 25.000 pièces ou oeuvres d'art du Musée de Gungu, le plus grand musée privé de la République démocratique du Congo, ont été entièrement détruits dans un incendie à l'origine inconnue. Parmi elles : les célèbres masques de la tribu Pende.  Le sinistre a eu lieu dans la nuit du 4 au 5 novembre. Les responsables de ce site de la province de Kwilu privilégient la piste criminelle. Une enquête a été ouverte.

"L'incendie a eu lieu la nuit de jeudi à vendredi. J'avais entendu un grand coup de canon vers 1h00 (23H00 GMT) (...). Le musée comptait plus de 25.000 pièces ou oeuvres d'art d'une valeur de 15 millions de dollars. Il n'était pas possible de sauver ne serait-ce qu'une pièce". C'est le constat amer d'Aristote Kibala, fondateur et directeur de ce musée, situé dans la province du Kwilu.

Aucune pièce n'a été sauvée


"Les raisons exactes de cet acte ignoble ne sont pas encore connues. Mais je sais que j'ai toujours été combattu par plusieurs politiciens du pays", deplore le directeur du musée.
 
Les oeuvres d'art qui étaient dans ce musée, notamment les célèbres masques de la tribu Pende, datent les uns de 1890, d'autres de 1900, d'autres encore de 1925.

 Joachim Kusamba, président de la société civile de Gungu. 
Le président de la société civile de Gungu a aussi indiqué que "les présumés coupables ne sont pas encore identifiés".

A re(voir) : des célèbres masques de la tribu Pende détruits dans l'incendie 
Chargement du lecteur...

Ce bâtiment de 20 mètres sur 10 a été construit en 2008 grâce à un financement de la Coopération Technique Belge (CTB) à hauteur de 37.000 dollars.
Lors de cet incendie, "il est complètement parti en fumée", a regretté M. Kibala.

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre un grand feu haut de plusieurs mètres qui surplombe l'ensemble de l'édifice en pleine nuit.

En juillet 2022, le musée devait être la principale attraction du Festival international de Gungu, selon M. Kibala.