Culture

Seun Kuti : l'afrobeat en héritage

Chargement du lecteur...

Seun Kuti est en tournée avec l'orchestre "Egypt 80" dont il a repris les rênes après le décès de son père Fela. Le fils cadet du "Black President", légende de l'afrobeat, continue de perpétrer avec brio l'héritage musical et politique laissé par son père. Rencontre avec le chanteur et musicien dans les coulisses du Tamanoir, en banlieue parisienne, après un concert enflammé.
 

Il entre en scène, et convoque immédiatement son père Fela, en interprétant l'une des chansons du roi de l'Afrobeat : "Army Arrangement", par respect clame Seun Kuti.

"L'art c'est un don qui t'est donné pour représenter ton peuple, mon père fait partie de ces artistes qui ont choisi d'utiliser leur don dans ce but là, il avait décidé de créer une musique qui pouvait exprimer la réalité du peuple africain : l'Afrobeat, c'est ce que Fela représente", nous confie-t-il. 

Le fils cadet de Fela Kuti a su très tôt qu'il voulait suivre la voie paternelle : à 8 ans, il apprend le saxophone et le piano, avant de monter sur scène comme choriste dans l'orchestre de son père, "l'Egypt 80", dont il a repris les rênes aujourd'hui. 

"On le suivait dans ses tournées, et quand j'étais petit ça m'inspirait, je me disais : "waouh c'est tellement bien la scène", alors je lui ai dit : "Fela je veux chanter", et il m'a repondu "tu peux chanter ?",  j'ai dit oui, on a fait une audition, j'ai répété avec le groupe Egypt 80 et boum ! c'était parti. "

L'un des pouvoirs de la musique est d'inspirer les gens à lutter. 

Seun Kuti

Musicien et activiste

C'est ainsi que l'artiste nigérian se définit et perpétue avec ferveur l'héritage familial. A la fois musicien et activiste. "Je pense que l'un des pouvoirs de la musique est d'inspirer les gens à lutter pour les changements dont ce monde à besoin. Moi je ne m'adresse pas qu'aux africains, je parle à tout le monde, tous en tant qu'êtres humains nous devons nous engager contre le capitalisme, le racisme et l'impérialisme. Les classes laborieuses du monde entier subissent les même maux, elles sont mises à l'écart, marginalisées et sous représentées , et pour moi c'est ce combat là qui est le plus important de tous parce que c'est celui qui nous unis tous".

Son 4ème album "Black times" rend hommage aux révolutionnaires de l'Afrique et d'ailleurs.