Culture

Sortie de "Silverview", roman posthume de John Le Carré

Le nouveau roman posthume du maître britannique du roman d'espionnage John Le Carré, "Silverview", est paru jeudi au Royaume-Uni, son fils laissant miroiter d'autres publications à venir.

Le romancier aux dizaines de millions de livres écoulés, de son vrai nom David Cornwell, aurait fêté son 90e anniversaire le 19 octobre. Il est décédé le 12 décembre 2020 d'un pneumonie à 89 ans.

En annonçant au printemps dernier la sortie de "Silverview", son agent littéraire avait promis aux lecteurs qu'ils retrouveraient dans ce 26e roman la "voix si caractéristique" de John Le Carré.

Dans ce livre qui remet sur le devant de la scène les services de renseignement, le personnage principal, Julian Lawndsley, a quitté un poste prestigieux à Londres pour prendre les rênes d'une librairie dans une petite station balnéaire anglaise, selon le résumé publié par son éditeur, Penguin Viking.

Mais quelques mois seulement après le début de cette nouvelle carrière, un visiteur vient perturber la vie tranquille de Julian. Edward, un émigré polonais vivant à Silverview, une grande maison à la périphérie de la ville, semble en savoir beaucoup sur la famille de Julian et s'intéresse un peu trop à ses nouvelles activités.

Les éditions du Seuil doivent publier la traduction française en octobre 2022, ont-elles indiqué à l'AFP. Le titre n'est pas encore connu.

Selon son agent, Le Carré avait "donné sa bénédiction" pour publier le roman à ses fils qui, avec l'aide d'un archiviste, cataloguent actuellement ses oeuvres inédites.

Son cadet, Nicholas Cornwell, lui-même écrivain sous le pseudonyme Nick Harkaway, a remis en ordre le manuscrit de "Silverview" en vue de sa parution.

"En tant qu'écrivain débutant dans cet agencement, il est très frustrant de voir combien il était invariablement brillant", a-t-il expliqué avec tendresse dans une interview au Sunday Times.

"Parfois, du contenu publié de manière posthume est mauvais et ne devrait pas être publié. Cela ne rentre pas dans cette catégorie. C'est vraiment un bon livre", a-t-il ajouté.

Nick Cornwell a confirmé que parmi les archives de son père figurent des histoires non publiées mettant en scène George Smiley, espion timide et héros préféré du romancier. "A quel point elles sont finies, publiables, compilables, c'est quelque chose que nous allons découvrir", a-t-il dit.

John Le Carré, qui avait pris la nationalité irlandaise peu avant sa mort pour marquer son opposition au Brexit, a vendu plus de 60 millions de livres dont les intrigues étaient souvent inspirées par sa carrière d'agent secret.

jit-mpa-hh/abb

VIKING