Culture

Un village international de la gastronomie au pied de la tour Eiffel

Depuis deux ans, au cœur de Paris, le Village International de la Gastronomie permet de découvrir les cuisines populaires d’ici et d’ailleurs. Pour sa troisième édition, les 21, 22 et 23 septembre, une soixantaine de pays a répondu présent.

dans

Venue des quatre coins du monde, la cuisine populaire fait son tourisme. Sortie des terroirs et des fourneaux, elle se montre, elle se goûte, se déguste, ici, à Paris, au pied de la tour Eiffel, dans ce Village international de la Gastronomie, planté sur les quais de Seine. Sous un ciel incertain, où alternent gros cumulus et rayons de soleil quelque peu faiblards, la foule se presse. Volontiers, elle se prête à la fouille minutieuse. Sécurité oblige. La fête n’en sera que plus belle. Les cuisines populaires d’une soixantaine de pays sont à portée de palais. Trois jours de ripaille au cours desquels beaucoup feront bombance. C’est le défi de ce festival, initié par Anne-Laure Descombin, présidente de l’association Arte del alma. 

« L’idée est née il y a quatre ans, assure-t-elle, parce que j’ai des enfants qui sont issus d’un métissage. Ils sont à la fois Français et Tunisiens. Je me suis séparé de leur père, et je n’avais pas envie qu’ils perdent leur héritage tunisien. Et je me disais, pourquoi il n’y aurait-il pas un événement qui réunirait tous nos pays, mais dans la transmission, dans l’envie de partager nos cuisines populaires, la cuisine de nos mamans. » Aujourd’hui, pour sa troisième édition, le Village international de la Gastronomie est une manifestation reconnue, et qui accueille des chefs étoilés français pour la première fois.





Promouvoir les terroirs et leurs cuisines populaires

Une reconnaissance qui tient en partie à la personnalité du parrain de cette édition, le chef cuisinier français Guillaume Gomez. Meilleur ouvrier de France à vingt-cinq ans et chef au palais de l’Elysée depuis 1997, le chef Gomez est aussi, depuis peu, ambassadeur des Nations unies pour la promotion des Indications géographiques protégées. Une grande et belle toque, pour une ambition qui ne l’est pas moins : préserver et transmettre les cultures culinaires des terroirs. Souvent les plus populaires aussi. Une ambition que partage un autre chef français, Eric Briffard, meilleur ouvrier de France lui aussi, et actuel chef exécutif et directeur des arts culinaires de l’école « Le Cordon Bleu Paris ».

Aujourd’hui, après quarante ans d’une carrière riche, Eric Briffard est plus que jamais ouvert au monde. Les papilles en alerte et tous les sens en éveil, il goûte davantage les voyages dans les cultures culinaires d’ailleurs, afin de mieux savourer celle des terroirs français. Et alors que beaucoup ne jurent que par la cuisine fusion – expression parfois floue, mais qui désigne les mélanges culinaires – lui promeut les terroirs et leurs cuisines populaires. « C’est souvent là où on mange le mieux. Quand on a besoin de retrouver ses racines, ses sources, qu’est-ce qu’on est content de retrouver la cuisine de nos mères et de nos grands-mères, s’enthousiasme-t-il. »




Un village de la gastronomie en guise de vitrine des cultures du monde

Un avis que partage la plupart des familles françaises présentes dans le village. C’est le cas de ce couple, accompagné de leur fille de sept ans, et qui rentre d’une longue expatriation en Indonésie. Attablés devant le stand de ce pays qu’ils ont habité quatre années durant, ils se souviennent avec un brin de nostalgie de l’extraordinaire variété culinaire indonésienne. Retrouver ces senteurs, ces saveurs délicieuses qui les ont enchantées, c’est là le but de leur visite. Comme les nombreux touristes qui slaloment entre tables et stands, ils vont aussi à la découverte des autres cuisines du monde. Non loin de là, Lili Voskanian, nutritionniste, née en France de parents arméniens, tient un stand qui vente les délices de quelques-unes des spécialités caucasiennes les plus connues. 

« C’est ma deuxième année au Village International de la Gastronomie, précise-t-elle, en souriant. Cela me permet de voir quels sont les produits que les gens aiment le plus. J’en profite aussi pour faire découvrir de nouvelles recettes, comme les plats allégés que je conçois grâce à ma formation de nutritionniste. » D’ailleurs, à des touristes chinois et malgaches qui s’attardent, par l’odeur alléchés, elle propose d’abord les galettes traditionnelles arméniennes. Un classique paraît-il, composé de farine, d’huile, d’eau et d’un mélange d’herbes – plus d’une vingtaine parfois ! – telles que la ciboulette, la coriandre, le persil ou encore l’aneth. Les clients apprécient, commentent, s’extasient, avant de noter soigneusement les cordonnées de la nutritionniste.

Au fil des heures, la foule se fait plus dense, attablés pour déguster ou devant les stands, les mines sont réjouies. Assistée de ses sœurs, Nora Mahamat Abdoulaye, restauratrice tchadienne récemment installée à Paris, est rayonnante. Elle promeut avec fierté la culture culinaire de son pays. D’ailleurs, son restaurant est le seul à proposer les spécialités tchadiennes à Paris. Ce village constitue donc une formidable vitrine. Elle rêve du jour où, le Tchad sera à l’honneur dans ce festival, comme c’est le cas cette année pour la Finlande. Considéré comme un pays sauvage, la Finlande dispose d’une agriculture peu consommatrice en pesticides, et qui offre aux populations des produits de terroirs naturels et authentiques. Un exemple à suivre, assurément !