Live démarré le 10 juillet à 06H30 TU.

Russie : Vladimir Poutine a rencontré Prigojine le 29 juin après sa mutinerie avortée

Vladimir Poutine a rencontré le 29 juin au Kremlin le chef du groupe paramilitaire Wagner, Evguéni Prigojine, quelques jours après sa rébellion avortée, a annoncé ce lundi 10 juillet, la présidence russe. La rencontre aurait duré "presque trois heures" et Vladimir Poutine aurait donné son "appréciation" de la mutinerie du 24 juin et écouté les commandants du groupe Wagner qui auraient affirmés qu'ils soutenaient le président russe et allaient "continuer à combattre" pour la Russie.

Les horaires sont en Temps universel - heure de Paris moins 2 heures.

 

Partager
Image
Evguéni Prigojine

Dans cette image tirée d'une vidéo publiée par le service de presse de Prigojine, Evguéni Prigojine, propriétaire du groupe Wagner, enregistre un message vidéo depuis Rostov-sur-le-Don, en Russie, le samedi 24 juin 2023.

Service de presse de Prigojine via AP, Archive
20
nouvelle(s) publication(s)
18h57
Sommet de l'Otan

Zelensky demande un "signal clair" sur l'adhésion de l'Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé lundi un "signal clair" de la part des Occidentaux quant aux perspectives d'adhésion de son pays à l'Otan, à la veille d'un important sommet de l'Alliance à Vilnius.

"L'Ukraine mérite de faire partie de l'Alliance. Pas maintenant car maintenant, c'est la guerre, mais nous avons besoin d'un signal clair et ce signal est nécessaire dès maintenant", a déclaré M. Zelensky dans son message vidéo quotidien sur Telegram.

13h41
Sécurité européenne

Le Canada va "plus que doubler" ses effectifs en Lettonie

Le Canada va "plus que doubler" ses effectifs dans le cadre d'une force de l'Otan stationnée en Lettonie, pays membre de l'Alliance, a annoncé lundi à Riga le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Le Canada dirige le groupement tactique de la présence avancée de l'Otan dans ce pays balte, qui doit prochainement être étendu au niveau de la brigade.

"Nous allons plus que doubler notre présence, en déployant jusqu'à 1.200 membres supplémentaires des Forces armées canadiennes pour servir et défendre la démocratie et la primauté du droit" menacées par la politique guerrière de Moscou, a déclaré aux journalistes le chef du gouvernement canadien, en présence de son homologue letton Krisjanis Karins.

"Ce personnel supplémentaire renforcera et améliorera nos capacités terrestres, maritimes et aériennes et soutiendra les opérations spéciales en Europe centrale et orientale", a expliqué M. Trudeau. 

Selon M. Trudeau, il s'agit d'une façon de plus pour le Canada d'appuyer ses alliés "et de se dresser contre l'agression du Kremlin" contre l'Ukraine.

M. Trudeau s'est arrêté en Lettonie à la veille d'un sommet de l'Otan qui ouvre mardi en Lituanie voisine.

13h21
CONTRE-OFFENSIVE UKRAINIENNE

L'Ukraine dit avoir capturé des positions clés en hauteur autour de Bakhmout

L'Ukraine a affirmé lundi avoir capturé des positions clés en hauteur autour de Bakhmout, dans l'est du pays, lui permettant de menacer les troupes russes dans la ville alors que Kiev poursuit dans des conditions difficiles sa contre-offensive.

"Nos troupes ont pris le contrôle de hauteurs clés autour de Bakhmout", a affirmé sur Telegram la vice-ministre de la Défense Ganna Maliar, précisant que cela permet aux soldats ukrainiens de contrôler depuis plusieurs jours "les entrées, les sorties et les mouvements de l'ennemi dans la ville".

11h51
Adhésion de l'Ukraine à l'OTAN

L'Otan va lever un obstacle majeur à l'entrée de l'Ukraine dans l'alliance

L'Otan va lever un obstacle majeur à la demande d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance, a dit ce lundi 1à juillet, un responsable occidental. 

Ce responsable, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, a déclaré à l'AFP que les alliés "sont prêts" à abandonner l'exigence du plan d'action pour l'adhésion pour la candidature de l'Ukraine. Ce plan d'action "n'est qu'une des étapes du processus d'adhésion à l'Otan. Même s'il est supprimé, l'Ukraine devra encore mener d'autres réformes avant d'adhérer à l'Otan", a dit ce responsable.

L'aide militaire de l'Otan à l'Ukraine

Les dirigeants des 31 pays membres de l'Otan, attendus à Vilnius mardi et mercredi, vont examiner la poursuite de leur aide militaire à l'Ukraine.

Voici comment cette aide, faite de réapprovisionnements constants, a évolué depuis l'invasion russe du 24 février 2022.  

  • Plus de 102 milliards d'euros 

Les promesses d'aide militaire à Kiev de l'UE et des pays de l'Otan dépassent désormais 102 milliards d'euros, les Etats-Unis caracolant en tête avec 42,8 milliards d'euros, selon les données arrêtées à fin mai du Kiel Institute, qui recense les armes promises et livrées à l'Ukraine depuis l'invasion.

Au niveau bilatéral, ils sont suivis par l'Allemagne (7,5 mds) et  le Royaume-Uni (6,5 mds).

La plupart des pays limitrophes de l'Ukraine et de la Russie ont fait un énorme effort budgétaire, en premier lieu la Pologne avec 3 milliards d'aide, la Finlande -dernière arrivée dans l'Otan- avec 1,1 milliard, les trois pays baltes avec près de 1,3 milliard ou encore la Slovaquie avec 0,6 milliard. 

  • Des armes légères aux missiles 

Au début du conflit, les Ukrainiens reçoivent plus de 40.000 armes légères, 17.000 manpads - systèmes portatifs de défense sol-air - ainsi que des casques et des gilets pare-balles.

Lorsque l'armée russe concentre ses efforts sur le Donbass et le Sud, commencent en avril des livraisons d'obusiers, véhicules d'infanterie, lance-roquettes multiples, hélicoptères de combat, drones américains, chars de fabrication soviétique, capables de frapper derrière les lignes ennemies.

Moscou frappe avec missiles et drones des infrastructures énergétiques et villes ukrainiennes. Les pays occidentaux livrent alors à Kiev des systèmes de défense anti-missiles. Washington envoie notamment son système de missiles sol-air moyenne-portée Patriot.

  • Chars et roquettes longue-portée pour sortir des tranchées 

Fin 2022, une guerre de tranchées s'installe dans l'est. Kiev obtient des chars lourds modernes.

Washington annonce des chars Abrams (non disponibles avant l'automne 2023), Londres des Challenger 2, Berlin des Leopard 2, réputés parmi les meilleurs du monde.  Fin avril 2023, 230 chars occidentaux et 1.550 véhicules blindés avaient été livrés.

Londres promet en mai des missiles Storm Shadow, pouvant frapper à 250 kilomètres. 

  • Bientôt des F-16 

Le 19 mai, Washington, longtemps réfractaire, autorise d'autres pays à fournir des avions de chasse F-16 américains. Un tournant "historique" pour Kiev, qui promet de ne pas les utiliser pour attaquer la Russie.

Pologne et Pays-Bas sont disposés à en fournir, mais il faut former les pilotes.

Washington à promis vendredi de livrer de très controversées bombes à sous-munitions, qui peuvent disperser plusieurs centaines de petites charges explosives.

11H42

L'Allemagne prépare un nouveau paquet d'aides militaires "très substantiel"

L'Allemagne va annoncer un nouveau paquet de livraisons d'armes à Kiev à l'occasion du sommet de l'Otan à Vilnius afin de soutenir l'armée ukrainienne, en pleine contre-offensive face à la Russie, ont indiqué des sources gouvernementales ce lundi 10 juillet .

Il y aura des annonces "substantielles, très substantielles" en matière de livraisons d'armes, ont déclaré ces sources, sans donner plus de détails sur la nature et la quantité de celles-ci.

L'Allemagne est le deuxième contributeur en matière d'aide militaire pour l'Ukraine, après les Etats-Unis, livrant notamment des munitions, des chars Leopard et de la défense antiaérienne.

11H23
Sommet de l'OTAN en Lituanie

Des cyberattaques contre la Lituanie, à la veille du sommet de l'Otan

La Lituanie a subi une vague de cyberattaques lundi, à la veille de la réunion des dirigeants de l'Otan à Vilnius, ont annoncé les responsables de cet Etat balte. 

"Au moment où nous parlons, une nouvelle attaque se poursuit par déni de service distribué contre notre pays", a indiqué aux journalistes Liudas Alisauskas, le chef du Centre national de cybersécurité. 

10H29
Rébellion avortée de Wagner

Poutine a rencontré Prigojine le 29 juin après sa mutinerie avortée, selon le Kremlin)

Vladimir Poutine a rencontré le 29 juin au Kremlin le chef du groupe paramilitaire Wagner, Evguéni Prigojine, quelques jours après sa rébellion avortée, a annoncé ce lundi 10 juillet, la présidence russe.

La rencontre a duré "presque trois heures", a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, précisant que M. Poutine avait donné son "appréciation" de la mutinerie du 24 juin et écouté les commandants du groupe Wagner qui ont affirmé, selon Dmitri Peskov, qu'ils soutenaient le président russe et allaient "continuer à combattre" pour la Russie.

10H57
Adhésion de l'Ukraine à l'OTAN

L'adhésion de l'Ukraine à l'Otan serait "très négative" pour la sécurité mondiale, selon le Kremlin

L'adhésion de l'Ukraine à l'Otan aurait des conséquences "très négatives" pour la sécurité européenne, a affirmé lundi le Kremlin à la veille du début d'un sommet de l'Alliance où sera débattue la candidature de Kiev.

"L'adhésion de l'Ukraine à l'Otan aura des conséquences très, très négatives sur l'ensemble de l'architecture de sécurité européenne", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant une "menace" pour la Russie qui exigerait "une réaction claire et ferme".

10H20

Ukraine et Otan : des relations de plus en plus étroites

Lontemps réclamée, toujours repoussée, la candidature de l'Ukraine devrait être débattue au sommet de l'Otan en Lituanie mardi et mercredi. Retour sur les étapes-clés de la longue marche de Kiev vers l'Alliance militaire.

  • 1994 : Partenariat post-URSS

Indépendante depuis fin 1991, l'Ukraine adhère le 8 février 1994 au "Partenariat pour la paix" proposé par l'Otan, qui offre une collaboration militaire aux anciens pays du bloc de l'Est.

En décembre 1994, elle renonce à son statut nucléaire en signant le Traité de non prolifération nucléaire (TNP). En contrepartie, Etats-Unis, Russie et Grande-Bretagne lui accordent des garanties de sécurité, dont le respect de son intégrité territoriale.

L'Ukraine et l'Otan renforcent leurs relations le 9 juillet 1997 par une "charte de partenariat spécifique" prévoyant une collaboration technique et militaire accrue.

  • 2002 : Kiev demande l'adhésion

Le 23 mai 2002, l'Ukraine annonce entamer le processus "historique" de son adhésion à l'Otan, qui requiert patience et poursuite des réformes.

Sans s'y opposer frontalement, le président russe Vladimir Poutine réitère son hostilité à l'expansion de l'Alliance vers l'Est.

Dès 1999, trois anciens satellites de l'URSS - Pologne, Hongrie et République Tchèque - ont rejoint l'Otan, suivis par sept autres en 2004.

  • 2008 : le "non mais" de l'Otan

Au sommet de Bucarest en avril 2008, les dirigeants des pays de l'Otan refusent à l'Ukraine et à la Géorgie le statut de candidat officiel, malgré un "soutien ferme" du président américain George W. Bush.

L'organisation s'engage toutefois à les accueillir à plus long terme.

  • 2014 : l'annexion de la Crimée condamnée

Le 18 mars 2014, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, fustige l'annexion "illégale et illégitime" de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie, avertissant que "les Alliés de l'Otan ne la reconnaîtront pas".

Face à la "plus grave menace à la sécurité et à la stabilité de l'Europe depuis la fin de la Guerre froide", l'Otan renforce sa coopération avec l'Ukraine.

A l'été 2014, Kiev relance le processus d'adhésion interrompu en 2010 par le gouvernement prorusse de l'époque et que Moscou considère comme inacceptable.

Rasmussen laisse la porte ouverte, mais sans calendrier clair.

  • 2022 : L'invasion russe de l'Ukraine

Après l'invasion russe en février 2022, Kiev réclame une "aide militaire sans restriction" aux pays de  l'Otan, qui lui envoient armement et munitions. 

Le 30 septembre, après l'annexion revendiquée par Moscou de quatre régions ukrainiennes, le président Volodymyr Zelensky demande une adhésion "accélérée" à l'Otan. 

Il admet en mai 2023 que cette étape est "impossible" avant la fin du conflit  mais demande un "signal clair" pour rejoindre l'alliance ensuite.

Dimanche, le président américain Joe Biden s'est montré inflexible sur une adhésion de l'Ukraine : "Nous serions en guerre contre la Russie, si c'était le cas".

 

10H08
Adhésion de la Suède à l'OTAN

Erdogan soutiendra l'entrée de la Suède dans l'Otan si l'UE rouvre les discussions avec la Turquie

Ankara soutiendra l'adhésion de la Suède à l'Otan si l'Union européenne rouvre les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, a affirmé ce lundi 10 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Ouvrez d'abord la voie à l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, et ensuite nous ouvrirons la voie à la Suède", a déclaré Recep Tayyip Erdogan à la veille de l'ouverture du sommet annuel de l'Otan à Vilnius.

09H46
Joe Biden au Royaume-Uni

Joe Biden rencontre Rishi Sunak à Downing Street

Le président américain Joe Biden est arrivé lundi matin au 10 Downing Street pour s'entretenir avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak avec lequel il doit aborder la question du soutien à l'Ukraine, à la veille d'un important sommet de l'Otan.

Souriant, le président américain a serré la main du chef du gouvernement britannique, posant très brièvement face aux objectifs sur le perron de Downing Street, paré d'un tapis rouge.

 

JOE BIDEN LONDRES

Le président américain Joe Biden, à droite, serre la main du Premier ministre britannique Rishi Sunak au 10 Downing Street à Londres, le lundi 10 juillet 2023.

©AP Photo/Susan Walsh
09H24
Armes à sous-munition

Armes à sous-munitions : Pékin met en garde contre les "problèmes humanitaires"

La Chine a mis en garde lundi contre les "problèmes humanitaires" que peut engendrer le "transfert irresponsable" d'armes à sous-munition, après la décision des États-Unis vendredi 7 juillet, de fournir de telles armes à l'Ukraine.

La décision de Washington a suscité "l'attention de la communauté internationale et de nombreux pays ont exprimé leur opposition", a déclaré Mao Ning, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'un briefing régulier.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Le transfert irresponsable d'armes à sous-munition peut mener à des problèmes humanitaires", a-t-elle estimé.

"Nous devrions gérer de manière équitable les préoccupations humanitaires et les besoins militaires et sécuritaires légitimes, et maintenir une attitude prudente et retenue à l'égard du transfert des armes à sous-munitions", a ajouté la porte-parole.

Les États-Unis ont annoncé vendredi 7 juillet, une nouvelle aide militaire en soutien à l'Ukraine face à la Russie dont des armes à sous-munitions, franchissant un nouveau seuil dans le type d'armement fourni à Kiev. L'annonce de Washington a suscité de fortes critiques d'ONG et l'embarras des pays européens.

Ces armes très controversées peuvent en effet disperser jusqu'à plusieurs centaines de petites charges explosives, et sont accusées de faire beaucoup de victimes civiles collatérales.

08H33
Rébellion avortée du groupe Wagner

En Russie, le chef de l'état-major réapparaît après la rébellion de Wagner

Le chef de l'état-major russe et commandant des opérations militaires en Ukraine, Valéri Guérassimov, a fait sa première apparition publique depuis la rébellion avortée du groupe Wagner, qui le visait personnellement.

Une vidéo, diffusée lundi par le ministère russe de la Défense, montre Valéri Guérassimov présidant une réunion où il est informé d'une tentative de l'armée ukrainienne de mener, dimanche, des frappes de missiles en Russie et contre la Crimée.

Lors de cette réunion non-datée, le chef de l'état-major des forces aérospatiales russes, le général Victor Afzalov, affirme que trois missiles ukrainiens S-200 ont été abattus par la défense anti-aérienne. "Pas de victimes, ni de dégâts", précise-t-il. 

Selon lui, ces missiles visaient le vital pont de Kertch, entre la Russie et la Crimée annexée, et l'aérodrome de Morozovsk, dans la région russe de Rostov-sur-le-Don, frontalière de l'Ukraine.

08H22
Contre-offensive ukrainienne

L'Ukraine dit avoir libéré 14 kilomètres carrés la semaine dernière

L'armée ukrainienne a repris aux forces russes 14 kilomètres carrés dans l'est et le sud du pays la semaine dernière dans le cadre de sa contre-offensive, a affirmé lundi un de ses porte-paroles, Andriï Kovaliov.

"Plus de 10 km2 de terres ukrainiennes ont été libérés dans le sud de l'Ukraine la semaine dernière", a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne, précisant que 4 km2 ont également été libérés "dans le secteur de Bakhmout", dans l'est. Ces chiffres portent à 193 km2 la surface totale reprise par l'Ukraine depuis le lancement de sa contre-offensive début juin.

06H59
Bombardement sur un centre d'aide humanitaire à Orikhiv

Un bombardement russe sur un centre d'aide humanitaire fait quatre morts

Quatre personnes ont été tuées en Ukraine lors d'un bombardement russe sur un centre de distribution d'aide humanitaire à Orikhiv (centre), a annoncé lundi le gouverneur régional, qualifiant la frappe de "crime de guerre".

"Ils ont frappé un centre de distribution d'aide humanitaire dans une zone résidentielle... Quatre personnes sont mortes sur place : des femmes âgées de 43, 45 et 47 ans, et un homme de 47 ans", a affirmé le gouverneur Iouri Malashko sur les réseaux sociaux.

 

Qui anime ce direct ?