Direct démarré le 6 mars 2024 à 5H45

DIRECT : 4 ème jour de pourparlers au Caire pour un cessez-le-feu à Gaza

Les discussions continuent mercredi au Caire entre les médiateurs internationaux et le Hamas pour tenter de parvenir à une trêve dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Joe Biden exhorte le Hamas à accepter un cessez-le-feu. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Gaza

Les troupes israéliennes se déplacent près de la frontière de la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le lundi 4 mars 2024. @Photo AP/Ohad Zwigenberg.

9
nouvelle(s) publication(s)
20H45

Famine" à Gaza: Pretoria demande davantage de mesures d'urgence à la CIJ contre Israël

L'Afrique du Sud a demandé mercredi à la Cour internationale de Justice (CIJ) d'imposer de nouvelles mesures d'urgence à Israël face à ce qu'elle a décrit comme une "famine généralisée" résultant de l'offensive israélienne à Gaza.

C'est la deuxième fois que Pretoria demande des mesures supplémentaires à la plus haute juridiction de l'ONU, qui siège à La Haye, sa première demande en février ayant été rejetée.

L'Afrique du Sud a déclaré, dans un document publié vendredi par la CIJ, qu'elle était "contrainte de revenir devant la cour à la lumière des nouveaux faits et des changements survenus dans la situation à Gaza - en particulier la situation de famine généralisée".

Pretoria a affirmé que sa requête pourrait être "la dernière opportunité qu'aura cette cour pour sauver le peuple palestinien de Gaza, déjà mourant de faim, et maintenant au bord de la famine", citant le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires.

La CIJ avait rejeté en février une première requête additionnelle de l'Afrique du Sud contre Israël, qui avait annoncé une offensive d'envergure contre Rafah, dans la bande de Gaza, estimant qu'Israël devait respecter les mesures déjà ordonnées.

Pretoria avait déjà saisi la CIJ, basée à La Haye, en soutenant que les opérations d'Israël à Gaza s'apparentaient à une violation de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

La cour doit encore se prononcer sur ce point, mais le 26 janvier elle avait ordonné à Israël de prévenir tout éventuel acte de génocide et de permettre l'accès de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent de commandos du Hamas infiltrés de la bande de Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes, en majorité des civils tués ce jour-là, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, le gouvernement israélien a juré d'anéantir le Hamas au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza. Au moins 30.717 personnes ont été tuées depuis le début de la guerre dans le territoire palestinien, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas.

20H40

Crise humanitaire à Gaza: la situation "doit changer" dit David Cameron à Benny Gantz

Le chef de la diplomatie britannique David Cameron s'est inquiété mercredi de ne "toujours pas (voir) d'amélioration sur le terrain" à Gaza, plongée dans une crise humanitaire avec la guerre entre Israël et le Hamas, à l'issue d'une rencontre avec Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien.

"Cela doit changer", a prévenu le ministre britannique des Affaires étrangères, qui a également indiqué que le Royaume-Uni était "très préoccupé par la perspective d'une offensive militaire à Rafah" dans une déclaration postée sur X (ex-Twitter).

"Lors de ma rencontre avec Benny Gantz aujourd'hui, j'ai clairement indiqué les mesures qu'Israël doit prendre pour accroître l'aide à Gaza", a détaillé David Cameron, évoquant des échanges "difficiles mais nécessaires" avec le grand rival du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au moment où s'intensifie la pression internationale sur Israël.

"Nous avons discuté des efforts à déployer pour obtenir une pause humanitaire afin que les otages puissent rentrer chez eux sains et saufs, et que des produits de première nécessité puissent être acheminés à Gaza", a poursuivi le chef de la diplomatie, exhortant Israël à "augmente(r) le flux d'aide".

David Cameron et Benny Gantz ont également évoqué la perspective d'une offensive militaire à Rafah, qu'Israël a annoncé préparer pour, dit-il, parvenir à la "victoire totale" sur le Hamas.

"Le Royaume-Uni soutient le droit d'Israël à l'autodéfense. Mais en tant que puissance occupante à Gaza, Israël a la responsabilité légale de veiller à ce que l'aide soit disponible pour les civils", a insisté le chef de la diplomatie britannique.

Non autorisée par M. Netanyahu, la visite de l'influent Benny Gantz à Washington lundi et mardi et à Londres mercredi étale au grand jour les profondes divergences politiques entre les deux hommes.

L'ancien ministre de la Défense a accepté de rejoindre le cabinet de guerre israélien dans un souci d'union nationale après l'attaque menée le 7 octobre en Israël par le Hamas qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

L'offensive israélienne lancée en représailles a fait plus de 30.700 morts, en majorité des civils, dans la bande de Gaza, selon le ministère de la santé du mouvement islamiste palestinien. 

18H20

Israël avance dans la construction de près de 3.500 logements dans une colonie

Les autorités israéliennes ont fait un pas de plus vers la construction de près de 3.500 logements en Cisjordanie occupée, a annoncé mercredi une ministre d'extrême droite.

"Près de 3.500 logements (...) !", a lancé mercredi, dans un message publié sur X, Orit Struck, ministre des Missions nationales, chargée des colonies juives en Cisjordanie.

"Nous avions promis, nous tenons notre promesse. Ensemble, nous allons continuer à faire progresser les colonies", a ajouté cette membre du parti Sionisme religieux du ténor d'extrême droite Bezalel Smotrich, qui est lui ministre des Finances.

L'ONG anti-colonisation "La Paix Maintenant" a indiqué sur X que la construction de 3.426 logements avait en effet été approuvée par une instance officielle dans les colonies de Maale Adoumim et de Kedar, situées à l'est de Jerusalem, ainsi qu'à Efrat, au sud de la ville.

La construction effective de ces logements nécessitera toutefois d'autres étapes administratives. 

Mais cette décision a un caractère politique, deux semaines après l'appel de Bezalel Smotrich, à approuver "immédiatement" des plans pour bâtir des "milliers" de logements à Maale Adoumim à la suite d'une attaque commise à proximité le 22 février dans laquelle une personne a été tuée par des Palestiniens.

La vaste colonie de Maale Adoumim compte déjà près de 40.000 habitants.

Plus de 490.000 personnes vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, jugées illégales au regard du droit international.

Dans le contexte de la guerre dans la bande de Gaza, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a réaffirmé fin février que "les nouvelles colonies sont contre-productives pour parvenir à une paix durable".

La guerre a été déclenchée par l'attaque menée par des commandos du Hamas infiltrés dans le sud d'Israël depuis la bande de Gaza, qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

L'offensive israélienne lancée en représailles a fait plus de 30.700 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la santé du mouvement islamiste. 

18H15

Le Hezbollah enterre deux combattants tués la veille par une frappe israélienne

Le Hezbollah a organisé mercredi les funérailles de trois membres d'une même famille, deux combattants et une femme, tués la veille par une frappe isarélienne dans le sud du Liban.

Des centaines de personnes étaient présentes à Houla, localité libanaise frontalière d'Israël, où un homme et son fils désignés mardi par un média d'Etat comme victimes civiles, ont ensuite été présentés par le Hezbollah libanais comme étant des combattants "morts en martyr".

Depuis le début de la guerre le 7 octobre à Gaza entre Israël et le Hamas, le Hezbollah cible quasi-quotidiennement des positions militaires israéliennes à la frontière, en soutien à son allié palestinien.

Israël riposte en menant des frappes contre des positions du Hezbollah et des opérations ciblées contre des responsables de la formation islamiste.

Lors des funérailles mercredi, les cercueils de Hassan Hussein, sa femme, Rouwaïda Moustafa et leur fils de 25 ans, Ali Hussein, étaient enveloppés de drapeaux du parti islamiste.

Leur maison de trois étages visée a été complètement rasée, selon le photographe de l'AFP.

"Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition (...) si l'ennemi décide d'aller vers une guerre ouverte", a déclaré durant la cérémonie Ali Fayyad, un député du parti, cité par l'Agence nationale d'information (ANI). 

Mercredi, le Hezbollah a annoncé avoir lancé un drone suicide contre une position militaire israélienne à la frontière, disant avoir agi "en riposte aux agressions de l'ennemi sioniste contre les villages du sud et les maisons des civils".

Peu après la frappe meurtrière contre Houla, le Hezbollah avait visé mardi des objectifs civils dans le nord d'Israël.

L'émissaire américain Amos Hochstein était en tournée au Liban puis en Israël en début de semaine afin de parvenir à un règlement diplomatique du conflit transfrontalier entre les deux pays.

Le Hezbollah répète qu'il n'arrêtera ses attaques contre Israël qu'avec un cessez-le-feu à Gaza.

Mais le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a récemment averti qu'une éventuelle trêve à Gaza n'entamerait pas "l'objectif" d'Israël de repousser le Hezbollah de sa frontière nord, par la force ou la diplomatie.

Au moins 302 personnes, la plupart des combattants du Hezbollah et 50 civils ont été tuées au Liban depuis le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP.

Côté israélien, dix soldats et sept civils ont péri.

14H35

Les discussions continuent sur une trêve à Gaza, nouvelles pressions américaines

Les discussions ont continué mercredi au Caire entre les médiateurs internationaux et le Hamas pour tenter de parvenir, après cinq mois de guerre, à une trêve dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, soumis à de fortes pressions des Etats-Unis.

Les médiateurs espèrent négocier un accord de trêve avant le ramadan dans le territoire dévasté et assiégé, où les bombardements israéliens qui se poursuivent sans répit ont fait 86 morts en 24 heures, selon le ministère de la Santé du Hamas.

La guerre a plongé la bande de Gaza dans une crise humanitaire de grande ampleur et 2,2 millions de personnes, selon l'ONU, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine, l'aide internationale soumise au contrôle d'Israël n'arrivant qu'au compte-gouttes depuis l'Egypte alors que les besoins sont immenses.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a prévenu mardi que la faim atteignait des "niveaux catastrophiques" dans le nord du territoire palestinien, rendu difficilement accessible par les destructions, les combats et les pillages.

"La famine s'aggrave, et fera des milliers de morts si l'agression ne s'arrête pas et si l'entrée immédiate d'aide humanitaire et médicale n'est pas autorisée", a affirmé mercredi le porte-parole du ministère de la Santé du Hamas, Ashraf Al-Qudra.

Face à cette catastrophe humanitaire, les Etats-Unis, principal allié d'Israël, réclament avec de plus en plus d'insistance une trêve avant le ramadan, le mois sacré du jeûne musulman, qui commence la semaine prochaine. 

"C'est dans les mains du Hamas", a déclaré mardi le président américain Joe Biden, jugeant que les Israéliens étaient "coopératifs".

Les Etats-Unis ont aussi haussé le ton vis-à-vis d'Israël. Joe Biden a réclamé mardi à Israël qu'il laisse entrer "plus d'aide" à Gaza et estimé qu'il n'avait "pas d'excuses" pour restreindre le passage des convois.

Le Hamas a accusé mercredi Israël "se soustraire aux exigences" d'un futur accord et assuré "avoir fait preuve de la flexibilité nécessaire dans le but de parvenir à un accord prévoyant un arrêt total de l'agression contre notre peuple".

11H03
Rapport israélien

Une commission d'enquête conclut à la "responsabilité" de Netanyahu dans une bousculade mortelle en 2021

La commission d'enquête israélienne sur une bousculade ayant entraîné la mort de 45 personnes lors d'un pèlerinage juif au Mont Meron en avril 2021 a conclu à la "responsabilité personnelle" du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans son rapport publié mercredi.

"Nous sommes arrivés à la conclusion que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a une responsabilité personnelle dans cette tragédie", indique ce rapport, car il était censé savoir que le site (...) avait été mal entretenu pendant des années et pouvait représenter un risque pour les nombreux participants au pèlerinage marquant la fête juive de Lag Baomer.
 

8H55
30.717 morts, selon le Hamas

Le ministère de la santé du Hamas annonce un nouveau bilan

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mercredi un nouveau bilan de 30.717 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a également fait état, dans un communiqué, de 86 morts au cours des dernières 24 heures et d'un total de 72.156 blessés depuis le 7 octobre.

Gaza

Des Palestiniens blessés lors d'une frappe israélienne, le 29 février 2024. @Photo AP/Mahmoud Essa.

6H48
"Immédiat et durable"

L'Asean et l'Australie appellent à un cessez-le-feu humanitaire à Gaza

Les dirigeants des pays d'Asie du sud-est (Asean) et d'Australie ont appelé mercredi à un cessez-le-feu "immédiat et durable" à Gaza, qualifiant la situation humanitaire dans le territoire palestinien de "désastreuse".

"Nous demandons instamment un cessez-le-feu humanitaire immédiat et durable", ont déclaré dans un communiqué commun les dirigeants d'une dizaine de pays, dont l'Indonésie et la Malaisie, tous deux à majorité musulmane, réunis depuis lundi à Melbourne, après des jours de tensions diplomatiques autour de ce texte.

asean

Le Premier ministre du Laos, Sonexay Siphandone, au centre, prononce un discours devant la plénière des dirigeants lors du Sommet spécial ASEAN-Australie à Melbourne, en Australie, le mercredi 6 mars 2024. @Joel Carrett/ Photo via AP.

5H10
Catastrophe humanitaire

Joe Biden presse le Hamas pour une trêve

Cinq mois de combats entre l'armée israélienne et le Hamas ont plongé la bande de Gaza dans une crise humanitaire, en particulier le nord, difficilement accessible, où la faim atteint des "niveaux catastrophiques", selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le PAM a annoncé mardi qu'un de ses convois humanitaires, son premier à destination du nord de Gaza depuis 15 jours, a été pillé par "une foule désespérée" après avoir été bloqué à un checkpoint israélien à l'intérieur du territoire palestinien.

Face à la catastrophe humanitaire, les États-Unis, principal soutien d'Israël, font pression pour un cessez-le-feu avant le ramadan, le mois sacré du jeûne musulman, qui commence le 10 ou le 11 mars.

Gaza

Des Palestiniens attendent la distribution de nourriture à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le mercredi 8 novembre 2023. @AP Photo/Hatem Ali.


Depuis des semaines, l'Égypte, le Qatar et les États-Unis, qui font office de médiateurs, tentent d'obtenir une trêve dans la guerre déclenchée par l'attaque sans précédent du Hamas en Israël le 7 octobre.

 

Qui anime ce direct ?

AFP