Live démarré le 10 juin 2024 à 4h30 (TU)

DIRECT - Benny Gantz démissionne, Blinken au Moyen-Orient

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken entame ce lundi une nouvelle tournée au Proche-Orient pour promouvoir un cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien dirigé par Benjamin Netanyahu, a annoncé sa démission hier soir du gouvernement, sur fond de désaccords à propos de la guerre contre le Hamas.

Partager
Image
Antony Blinken

Le secrétaire d'État Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse au département d'État, le 13 mars 2024, à Washington.

AP Photo/Manuel Balce Ceneta, File
6
nouvelle(s) publication(s)
19H46
Nations unies

Le Conseil de sécurité de l'ONU apporte son soutien au plan de trêve

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté un projet de résolution américaine soutenant le plan de cesse-le-feu à Gaza, au moment où Washington mène une intense campagne diplomatique pour pousser le Hamas à accepter cette proposition en trois phases.

Le texte, qui "salue" la proposition de trêve annoncée le 31 mai par le président américain Joe Biden  et appelle Israël et le Hamas "à appliquer pleinement ses termes sans délai et sans conditions", a recueilli 14 voix pour, la Russie s'abstenant.

17H54
Nations Unies

L'ONU suspend ses opérations via la jetée temporaire américaine

Le Programme alimentaire mondial, en charge de l'acheminement de l'aide arrivant à Gaza via la jetée temporaire américaine, y a suspendu ses opérations pour évaluer la situation sécuritaire, a annoncé un porte-parole de l'ONU.

"Nos collègues du Programme alimentaire mondial nous disent que nous suspendons temporairement les opérations à la jetée flottante jusqu'à ce que soit menée une évaluation des conditions de sécurité pour assurer la sécurité de notre personnel et de nos partenaires", a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU.

Interrogé sur les raisons de cette interruption, il a évoqué l'opération israélienne samedi pour libérer quatre otages à Nousseirat, qui selon le ministère de la Santé de Gaza a fait 274 morts et 698 blessés.

15H43
Etats-Unis

Blinken en Israël pour défendre un plan de cessez-le-feu à Gaza

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, est arrivé en Israël pour une nouvelle visite destinée à défendre un plan de cessez-le-feu dans la bande de Gaza, bombardée par l'armée israélienne après plus de huit mois de guerre.

Après une étape au Caire et une rencontre avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, Antony Blinken doit rencontrer à Jérusalem le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

15H00
ONU

Projet de trêve à Gaza: vote lundi du Conseil de sécurité de l'ONU sur un texte américain

Le Conseil de sécurité de l'ONU se prononcera lundi sur un projet de résolution américaine soutenant la proposition de trêve à Gaza et appelant le Hamas à l'accepter, a annoncé la présidence sud-coréenne du Conseil.

La dernière version du texte, vue par l'AFP, "salue" une proposition de trêve annoncée le 31 mai par le président américain Joe Biden.

Elle assure aussi, contrairement aux précédentes versions, que le plan a été "accepté" par Israël. Elle appelle le Hamas "à également l'accepter et appelle les deux parties à appliquer pleinement ses termes sans délai et sans conditions".

Ce plan prévoit, dans une première phase, un cessez-le-feu de six semaines accompagné d'un retrait israélien des zones densément peuplées de Gaza, de la libération de certains otages enlevés lors de l'attaque du Hamas et de prisonniers palestiniens détenus par Israël. 

Un plan avec un cessez-le feu de six semaines

Mais le Hamas n'a toujours pas réagi officiellement à cette proposition. Et si Joe Biden a décrit le plan comme venant d'Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu dit vouloir poursuivre la guerre jusqu'à la destruction du Hamas et les divisions politiques dans son pays pourraient compliquer les efforts diplomatiques américains. 

Les Américains font clairement peser sur le Hamas la responsabilité première de l'accepter, comme le met en lumière le projet de résolution et comme a plaidé lundi le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken au Caire, appelant les pays de la région à "faire pression" sur le mouvement islamiste palestinien.

Selon des sources diplomatiques, plusieurs membres du Conseil se sont montrés très réservés sur les deux précédentes versions du texte américain, en particulier l'Algérie, qui représente le groupe arabe, et la Russie, qui dispose d'un droit de veto.

Depuis l'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre contre Israël et les représailles israéliennes à Gaza, le Conseil de sécurité peine à parler d'une seule voix.

Après deux résolutions principalement centrées sur l'aide humanitaire, il avait finalement exigé fin mars un "cessez-le-feu immédiat" pour la durée du ramadan, les Etats-Unis décidant cette fois de s'abstenir.

 

5h30

Washington demande un vote du Conseil de sécurité pour soutenir le projet de trêve à Gaza

Les États-Unis ont annoncé dimanche avoir demandé un vote du Conseil de sécurité de l'ONU sur leur projet de résolution appelant Israël et le Hamas à appliquer "sans délai" l'accord de cessez-le-feu à Gaza sur la table, sans préciser de date.

Selon des sources diplomatiques, le vote est envisagé pour lundi, mais n'a pas été confirmé par la présidence sud-coréenne du Conseil.

Aujourd'hui, les États-Unis ont appelé le Conseil de sécurité à aller vers un vote sur le projet américain de résolution (...) soutenant la proposition sur la table.

Nate Evans, porte-parole de la mission américaine à l'ONU, dans un communiqué.

"Les membres du Conseil ne devraient pas laisser passer cette occasion et doivent parler d'une seule voix en soutien à cet accord", a-t-il ajouté, alors que les États-Unis, alliés d'Israël, ont été largement critiqués pour avoir bloqué plusieurs projets de résolution appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

Un plan de paix en trois phases

Le président américain Joe Biden a dévoilé fin mai un plan, selon lui, israélien, en trois phases d'une quarantaine de jours chacune pour passer d'un cessez-le-feu temporaire à une paix durable à Gaza.

Les Américains font clairement peser sur le Hamas la responsabilité première de l'accepter. Comme le met en lumière le projet de résolution.

La troisième version du texte distribuée dimanche aux États membres, vue par l'AFP, "salue" cette proposition. Elle assure aussi, contrairement aux précédentes versions, que le plan a été "accepté" par Israël. 

Il appelle le Hamas "à également l'accepter et appelle les deux parties à appliquer pleinement ses termes sans délai et sans conditions".

Répondant aux demandes faites par plusieurs États membres depuis le début des négociations il y a une semaine, le nouveau texte précise le contenu du plan.

Il indique ainsi, que si la première phase - cessez-le-feu "immédiat et complet", libération des otages emmenés par le Hamas et "échange" de prisonniers palestiniens, retrait de l'armée israélienne des "zones peuplées de Gaza", et entrée de l'aide humanitaire - prend plus de six semaines, le cessez-le-feu sera maintenu "aussi longtemps que les négociations se poursuivront".

Selon des sources diplomatiques, plusieurs membres du Conseil se sont montrés très réservés sur les deux précédentes versions du texte américain, en particulier l'Algérie, qui représente le groupe arabe, et la Russie, qui dispose d'un droit de veto.

Une union internationale difficile

Depuis l'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre contre Israël et les représailles israéliennes à Gaza, le Conseil de sécurité peine à parler d'une seule voix.

Après deux résolutions principalement centrées sur l'aide humanitaire, il avait finalement exigé fin mars un "cessez-le-feu immédiat" pour la durée du ramadan, les États-Unis décidant cette fois de s'abstenir.

Après la décision fin mai de la Cour internationale de Justice ordonnant à Israël d'arrêter son offensive à Rafah, l'Algérie avait fait circuler un projet de résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat et l'arrêt plus précisément de l'offensive à Rafah.

Les États-Unis avaient alors estimé qu'un tel texte "n'aiderait pas", privilégiant toujours les négociations sur le terrain pour parvenir à une trêve.

4h30

Blinken retourne au Proche-Orient pour promouvoir une trêve à Gaza

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken entame ce lundi une nouvelle tournée au Proche-Orient. L'objectif : promouvoir un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, même si le silence du Hamas et les remous politiques en Israël rendent ses chances de succès incertaines.

Le chef de la diplomatie américaine, qui effectue sa huitième visite dans la région en autant de mois de guerre, doit commencer son voyage en Égypte et se rendre plus tard lundi en Israël. 

Ce voyage vise à faire avancer une proposition annoncée le 31 mai par le président américain Joe Biden. Ce dernier redouble d'efforts pour arrêter une guerre particulièrement meurtrière pour les civils et qui menace de lui aliéner une partie de son électorat avant la présidentielle de novembre. Mais le Hamas n'a toujours pas réagi officiellement.

Joe Biden a décrit son plan comme venant d'Israël. Mais la démission dimanche du centriste Benny Gantz, figure-clé du cabinet de guerre du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, représente une nouvelle complication pour les efforts diplomatiques américains.