Direct démarré à 5H00 (TU.)

DIRECT - Bombardements israéliens meurtriers à Gaza, nouvel appel de Biden à un cessez-le-feu

L'armée israélienne a intensifié ses frappes sur la bande de Gaza ce dimanche 19 mai. L'une d'entre elles a tué 31 Palestiniens dans un bâtiment résidentiel, selon la défense civile locale. Le président américain, Joe Biden, appelle pour sa part à un cessez-le-feu, dans un discours de campagne.  

Les horaires sont affichés en temps universel TU.

Partager
Image
Gaza bombes

De la fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le centre de la bande de Gaza, samedi 18 mai 2024. 

Abdel Kareem Hana/ AP
7
nouvelle(s) publication(s)
19H52

A l'université de Martin Luther King, Joe Biden promet d'écouter les manifestations pour Gaza

Le président américain Joe Biden a promis dimanche d'écouter les "manifestations pacifiques et non violentes" contre la guerre menée par Israël à Gaza, lors d'une visite dans l'université où a étudié Martin Luther King destinée à séduire l'électorat afro-américain et jeune.

"Je soutiens les manifestations pacifiques et non violentes. Vos voix doivent être entendues, et je vous promets que je les entends", a déclaré le président lors de la cérémonie de remise des diplômes au Morehouse College d'Atlanta, dans l'Etat de Géorgie (sud-est).

Pendant qu'il parlait, une poignée d'étudiants ont tourné le dos à Joe Biden et brandi des drapeaux palestiniens, pour symboliser leur opposition à sa politique de soutien, y compris militaire, à son allié historique Israël. 

Des étudiants de l'université historiquement afro-américaine avaient demandé à leur direction d'annuler le discours du démocrate.

Lors de sa prise de parole, Joe Biden a aussi appelé à un cessez-le-feu à Gaza et au retour des otages israéliens capturés le 7 octobre par le Hamas.

14H49

Le chef humanitaire de l'ONU met en garde contre les conséquences "apocalyptiques" du blocage de l'aide à Gaza

Le blocage de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza pourrait avoir des conséquences "apocalyptiques", a prévenu dimanche le chef des Affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, en mettant en garde contre le risque de famine dans le territoire palestinien assiégé et dévasté par plus de sept mois de guerre entre Israël et le Hamas.

"Si le carburant vient à manquer, si l'aide ne parvient pas aux personnes qui en ont besoin, la famine, dont nous parlons depuis si longtemps et qui menace, ne sera plus une menace. Elle sera présente", a-t-il déclaré dans un entretien à l'AFP, en marge d'une réunion avec des responsables qataris à Doha. 

"Notre préoccupation, en tant que citoyens de la communauté internationale, est que les conséquences seront très, très dures. Dures, difficiles et apocalyptiques", a ajouté le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l'ONU. 

Les opérations menées par Israël au sol dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, malgré un tollé international, ont aggravé une situation humanitaire catastrophique dans le territoire dirigé par le Hamas et soumis déjà à un blocus depuis 15 ans. 

Selon M. Griffith, une cinquantaine de camions d'aide peuvent parvenir quotidiennement dans le nord de Gaza via le point de passage d'Erez, qui a rouvert. Mais les combats près des points de passage de Rafah et de Kerem Shalom dans le sud du territoire signifient que ces voies vitales sont "bloquées". "Donc l'aide qui arrive par les voies terrestres vers le sud et pour Rafah, ainsi que pour les personnes délogées de Rafah, est quasiment nulle", a-t-il expliqué.

14H25

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 35 456 morts

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé dimanche un nouveau bilan de 35 456 morts dans la bande de Gaza le 7 octobre.

En 24 heures, au moins 70 morts supplémentaires ont été recensés, selon un communiqué du ministère qui fait état de 79 476 blessés en plus de sept mois de guerre.

09H40

Gaza: les autorités donnent un nouveau bilan de 31 morts dans un raid israélien à Nousseirat

Une frappe aérienne israélienne a tué dimanche avant l'aube 31 personnes dans le camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza ravagée par plus de sept mois de guerre, a rapporté la Défense civile.

Un précédent bilan, communiqué par l'hôpital al-Aqsa de Deir el-Balah, à environ cinq kilomètres de Nousseirat, faisait état de 20 morts et plusieurs blessés.

"Les équipes de la défense civile (...) ont pu retrouver 31 morts et 20 blessés dans une maison appartenant à la famille Hassan, visée par les forces d'occupation israélienne dans le camp de Nousseirat", indique la Défense civile de Gaza, précisant que "les recherches de disparus continuent".

Des témoins ont indiqué que la frappe avait eu lieu au milieu de la nuit, vers 03H00 (00H00 GMT). L'armée israélienne a dit vérifier ces faits. 

Depuis le début, le 7 mai, de l'offensive israélienne au sol dans la ville de Rafah, à la lisière sud de la bande de Gaza, bombardements et combats se sont dans le même temps intensifiés autour de Nousseirat, et, plus au nord, dans les villes de Gaza et Jabalia où l'armée israélienne dit mener des opérations "ciblées". 

Des témoins ont ainsi rapporté dimanche des explosions et des combats continus toute la nuit à Jabalia.

Toujours dans le nord de la bande de Gaza, des tirs d'artillerie ont été entendus dans la zone de Cheikh Zayed, alors que dans le sud, à la frontière avec l'Egypte, des témoins décrivent des hélicoptères israéliens ouvrant le feu dans l'est de la ville de Rafah.

L'hôpital al-Ahli Arab de la ville de Gaza fait par ailleurs état de trois personnes tuées et de plusieurs blessées dans une frappe aérienne israélienne sur une école où s'abritaient des personnes déplacées dans le quartier d'Al-Daraj.

06H30

Un hôpital de Gaza fait état d'un raid israélien ayant fait 20 morts à Nousseirat

Une frappe aérienne israélienne a tué dimanche avant l'aube vingt personnes dans le camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza ravagée par plus de sept mois de guerre, ont rapporté l'hôpital Al-Aqsa ainsi que des témoins.

"Nous avons reçu vingt morts et plusieurs blessés après qu'une frappe aérienne israélienne a visé une maison qui appartenait à la famille Hassan dans le camp de Nousseirat", a indiqué dans un communiqué l'hôpital Al-Aqsa. Selon des témoins, la frappe a eu lieu au milieu de la nuit, vers 3H00 (00H00 GMT). L'armée israélienne a dit vérifier ces faits.

21H45

Israël: Gantz menace de quitter le cabinet de guerre si pas de plan d'après-guerre à Gaza

Le principal rival de Benjamin Netanyahu, Benny Gantz, a donné trois semaines au Premier ministre israélien pour adopter un "plan d'action" stratégique notamment sur l'après-guerre dans la bande de Gaza, faute de quoi il démissionnera.

"Le cabinet de guerre doit formuler et approuver d'ici le 8 juin, un plan d'action permettant de réaliser six objectifs stratégiques d'importance nationale", a déclaré M. Gantz lors d'un discours télévisé, s'affirmant sinon "contraint de démissionner du gouvernement".

Chef du Parti de l'Union nationale (centre-droit) et ancien ministre de la Défense, M. Gantz a intégré le cabinet de guerre d'union nationale après l'attaque sans précédent menée le 7 octobre en Israël par le Hamas, qui a entraîné la mort de plus 1.170 personnes côté israélien, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Le cabinet compte cinq membres, dont les trois principaux sont M. Netanyahu, M. Gantz et le ministre de la Défense, Yoav Gallant.

L'un des "objectifs" du plan doit être "la mise en place d'une administration américano-européano-arabo-palestinienne qui gérera les affaires civiles" à Gaza "et posera les fondations d'une alternative future qui ne soit ni le Hamas ni (Mahmoud) Abbas", président de l'Autorité palestinienne, chassée de la bande de Gaza en 2007 par le Hamas, a expliqué M. Gantz.

Il a aussi appelé à une normalisation avec l'Arabie saoudite "dans le cadre plus large qui permettra une alliance entre le +monde libre+ et le monde arabe contre l'Iran et ses alliés".

"Si vous choisissez la voie des fanatiques et menez la Nation entière vers l'abîme, nous serons forcé de démissionner", a lancé M. Gantz - ministre sans portefeuille depuis le 7 octobre - à M. Netanyahu.

"Les conditions posées par Benny Gantz sont des propos rabâchés dont le sens est clair: la fin de la guerre et la défaite d'Israël", a réagi M. Netanyahu dans un communiqué, accusant son rival de "chercher une excuse pour renverser le gouvernement" et vouloir "la création d'un Etat palestinien".

Sans majorité parlementaire pour son parti, le Likoud, M. Netanyahu mène une coalition considérée comme la plus à droite de l'histoire d'Israël.

M. Gallant avait déjà sommé publiquement le 15 mai M. Netanyahu de "préparer immédiatement" une "alternative gouvernementale au Hamas" dans la bande de Gaza, où l'armée a indiqué intensifier ses opérations à Rafah, dans le sud, pour une bataille qualifiée de "décisive" par le Premier ministre. 

Le ministre avait dit son opposition à une administration civile ou militaire de la bande de Gaza par Israël.

Lancée en riposte à l'attaque du 7 octobre, l'offensive d'Israël dans la bande de Gaza a déjà fait plus de 35.000 morts, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

21H30

L'armée israélienne annonce avoir rapatrié le corps d'un otage récupéré à Gaza

L'armée israélienne a annoncé samedi avoir rapatrié le corps d'un Israélien récupéré dans la bande de Gaza, où il avait été emmené par le Hamas le 7 octobre après avoir été tué dans l'attaque menée par le mouvement islamiste palestinien dans le sud d'Israël.

Le corps de Ron Benjamin, 53 ans, a été retrouvé avec ceux de trois otages - Shani Louk, Amit Buskila et Itzhak Gelerenter - dont le rapatriement des corps avait été annoncé vendredi, a précisé le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari.

Vendredi, il avait indiqué que les corps de ces otages avaient été récupérés "durant une opération conjointe entre l'armée et l'agence de renseignements" sur la base d'informations obtenues notamment "lors d'interrogatoire de terroristes arrêtés dans la bande de Gaza".

Selon "les renseignements vérifiés en notre possession, Ron Benjamin a été assassiné (...) le 7 octobre" et "son corps enlevé" et emmené à Gaza par le Hamas, a expliqué le contre-amiral Hagari.

"Après la procédure d'identification menée (...) à l'institut national de Médecine légale israélien", l'armée "a informé sa famille aujourd'hui", samedi, a-t-il ajouté.

Le matin du 7 octobre, jour de l'attaque sanglante sans précédent lancée par le Hamas sur le sud israélien, Ron Benjamin avait prévu une randonnée à vélo près de la frontière avec la bande de Gaza. Parti de chez lui vers 06H30 pour rejoindre des amis au kibboutz Beeri, il avait fait demi-tour pour rentrer en entendant les sirènes.

Après avoir appelé son épouse Ayalet, il avait laissé un message vocal à 07H30 sur le portable de l'une de ses filles, alors à l'étranger, son dernier signe de vie.

Son frère aîné, Shuki, avait retrouvé sa voiture criblée de balles en bord de route.

Sur les 252 personnes prises en otages le 7 octobre, 124 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée israélienne.

"La mission sacrée de rapatrier le corps" de Ron Benjamin "va permettre à sa famille de lui accorder le repos éternel dans la terre d'Israël", a réagi dans un communiqué le Forum des familles d'otages, principale association de proches.

"Le gouvernement israélien doit se concentrer sur la seule mission qui importe, envoyer des équipes de négociations, ce soir même, et se battre pour que (les otages) reviennent", les vivants et les morts, a ajouté le Forum, alors que les pourparlers sur une trêve entre le Hamas et Israël sont au point mort.

L'annonce de la mort de Ron Benjamin "est une terrible nouvelle" pour la "famille des otages, nous sommes devenus une et grande famille. Et entendre qu'un otage revient mort, c'est un traumatisme pour nous tous", a réagi Yotam Cohen, 22 ans, qui participait à un rassemblement à Tel-Aviv pour réclamer le retour des otages, dont celui de son frère, Nimrod Cohen. 

"Au fil des jours, nous voyons de plus en plus d'otages revenir dans des sacs mortuaires, et de plus en plus de soldats être tués à Gaza, et nous voulons mettre fin à l'effusion de sang", a-t-il ajouté.

Qui anime ce direct ?