Direct démarré le 18 octobre 2023 à 5H00

DIRECT : des centaines de morts dans un hôpital de Gaza, Joe Biden est à Tel-Aviv

Une explosion dont Israël et les Palestiniens se rejettent la responsabilité a fait des centaines de morts dans un hôpital de Gaza et provoqué des manifestations à travers le monde. Mercredi, le président américain a appuyé la version israélienne désignant un tir de roquette du Jihad islamique, ce qu'a démenti le groupe armé palestinien. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Gaza hopital

Des Palestiniens blessés à l'hôpital Ahli Arab, dans le centre de Gaza, à la suite d'une explosion, le 17 octobre 2023. @Photo AP/Abed Khaled.

28
nouvelle(s) publication(s)
21h50
BOMBARDEMENT

Des dizaines de morts, non des centaines, à l'hôpital de Gaza, selon une source européenne de renseignement

Le tir meurtrier sur un hôpital de Gaza, dont Israël et les mouvements armés palestiniens se rejettent la responsabilité, a fait "quelques dizaines de morts" et non des centaines, a affirmé un responsable d'un service de renseignement européen.

"Il n'y a pas 200 voire 500 morts, mais plutôt quelques dizaines, probablement entre 10 et 50", a affirmé cette source sous couvert de l'anonymat, qui estime par ailleurs qu'"Israël n'a probablement pas fait ça", d'après les "pistes sérieuses" de renseignement dont ses services disposent.

hôpital d'al-Ahli à Gaza

Des Palestiniens regardent les traces de l'explosion à l'hôpital d'al-Ahli à Gaza le 18 octobre 2023.

AP Photo/Abed Khaled
21h30
réaction internationale

La rue arabe exprime sa colère après la frappe sur un hôpital à Gaza

Des milliers de personnes ont manifesté à travers le monde arabe exprimant leur indignation après la frappe meurtrière contre un hôpital de Gaza, qu'ils imputent à Israël, malgré son démenti.

D'importants rassemblements ont eu lieu à Amman, Tunis, Beyrouth, Damas et d'autres capitales, comme Manama, au lendemain du drame qui a fait au moins 471 morts, selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza assiégée, et suscité des appels à une "journée de colère" dans le monde arabe.

Tweet URL
19h11
ONU

Veto américain à une résolution devant le Conseil de sécurité de l'ONU

En pleine visite de Joe Biden en Israël, les Etats-Unis ont mis leur veto à une résolution du Conseil de sécurité qui appelait à une "pause humanitaire" entre le Hamas et l'Etat hébreu, Washington fustigeant un texte qui ne mentionnait pas le "droit d'Israël à se défendre".

Sur 15 Etats membres du Conseil, 12 ont voté pour un projet porté par le Brésil, deux se sont abstenus, dont la Russie, mais les Etats-Unis, un des cinq membres permanents, ont voté contre.

Cela a suffi à bloquer l'adoption d'une résolution qui dénonçait aussi les "attaques terroristes" du Hamas le 7 octobre et "toute violence" contre les civils.

"Les Etats-Unis sont déçus que cette résolution ne mentionne pas le droit d'Israël à se défendre", tel qu'inscrit dans le droit international, a martelé, lors d'une séance tendue du Conseil de sécurité, l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield.

Linda Thomas-Greenfield  USA ONU

L'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield s'exprime après un vote contre une résolution proposée par la Russie concernant le conflit au Proche-Orient, le 16 octobre 2023, au siège de l'ONU. 

AP Photo/Craig Ruttle
15h50
aide humanitaire

Israël autorise l'entrée d'aide humanitaire dans Gaza depuis l'Egypte

Israël a annoncé autoriser l'entrée d'aide humanitaire dans la bande de Gaza depuis l'Egypte, alors qu'il impose un strict siège au territoire palestinien pilonné sans relâche depuis l'attaque sanglante du Hamas le 7 octobre.

"Israël n'empêchera pas l'aide humanitaire depuis l'Egypte tant qu'il s'agit de nourriture, d'eau et de médicaments pour la population civile dans le sud de la bande de Gaza", d'après un communiqué du bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui précise qu'Israël "n'autorisera aucune aide humanitaire à partir de son territoire vers la bande de Gaza" tant que les otages pris par le Hamas "ne seront pas rendus".

Benjamin netanyahu

Images de Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du gouvernement le 27 septembre 2023.

Abir Sultan/Pool Photo via AP
15h45
réaction à l'international

Le président iranien accuse les Etats-Unis d'être "les complices des crimes" d'Israël à Gaza

Le président iranien Ebrahim Raïssi a accusé les Etats-Unis d'être "les complices des crimes" d'Israël au lendemain d'une frappe sur un hôpital à Gaza et le jour de la visite du président américain Joe Biden en Israël.

"Les bombes qui tombent sur la population de Gaza sont américaines (...) Le monde considère les Etats-Unis comme les complices des crimes du régime sioniste", a déclaré Ebrahim Raïssi en s'adressant à plusieurs milliers de manifestants rassemblés sur une place de Téhéran, en hommage aux victimes de la frappe sur l'hôpital épiscopal Ahli Arab.

Ebrahim Raissi
Le nouveau président iranien, Ebrahim Raissi, lors d'un meeting de campagne électorale, à Téhéran, le 6 juin 2021.
 
(AP Photo/Vahid Salemi)
14h21
frappe

Le bilan de la frappe sur un hôpital à Gaza s'élève à 471 morts

Au moins 471 personnes ont été tuées dans la frappe ayant touché l'enceinte d'un hôpital dans la bande de Gaza, selon un nouveau bilan fourni par le ministère de la Santé du gouvernement Hamas qui contrôle le territoire palestinien.

Cette même source avait fait état mardi soir d'au moins 200 morts, le Hamas accusant Israël d'être derrière cette frappe meurtrière sur l'hôpital épiscopal al Ahli de la ville de Gaza. Israël en attribue la responsabilité au Jihad islamique, une autre organisation islamiste armée à Gaza, qui a catégoriquement démenti.

hôpital d'al-Ahli

Des Palestiniens inspectent à l'hôpital d'al-Ahli, à Gaza City, le 18 octobre 2023.

AP Photo/Abed Khaled
12H14
Déclaration de l'UE

"Nous ne pouvons accepter" que la population de Gaza soit privée d'eau, déclare le chef de la diplomatie de l'UE

Josep Borrell a affirmé à Strasbourg que priver d'eau des populations "est contraire au droit international" et que l'UE "ne peut accepter" que ce soit le cas à Gaza.
"Suspendre l'approvisionnement en eau d'une communauté assiégée est contraire au droit international. Nous ne pouvons pas accepter cela", a déclaré Josep Borrell à la tribune du Parlement européen, réuni en séance plénière à Strasbourg.

Josep Borrell

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime au Parlement européen, à Strasbourg, le mercredi 18 octobre 2023. @AP Photo/Jean-François Badias.

En matière de droit humanitaire, "il est clairement indiqué que le fait de priver une communauté humaine assiégée de l'approvisionnement de base en eau est contraire au droit international, en Ukraine comme à Gaza", a-t-il soutenu.

"Nous condamnons les attaques terroristes qu'a subies Israël, mais cela ne doit pas nous empêcher d'exprimer nos inquiétudes sur ce qui se passe à Gaza", a-t-il ensuite poursuivi face à la presse. "Ce sont deux choses qui vont de pair".
L'eau et la nourriture manquent pour les 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza, privés aussi d'électricité, après le siège imposé par Israël depuis le 9 octobre.

 

11H59
Accusation du Hamas

Le Hamas accuse Washington d'être "complice des massacres" israéliens à Gaza

Le mouvement palestinien islamiste Hamas a accusé mercredi Washington d'être "complice des massacres" commis selon lui par Israël à Gaza, après que le président Joe Biden a adopté la version israélienne sur un tir de roquette ayant fait des centaines de morts dans un hôpital.

Le fait que le président américain adopte la version israélienne, notamment celle au sujet du massacre de l'hôpital (...) confirme que l'administration américaine appuie aveuglément Israël et qu'elle est complice de ces massacres.

Communiqué du Hamas 

explosion hopital Gaza

Des Palestiniens quittent l'hôpital de la ville de Gaza, le mercredi 18 octobre 2023. @Photo AP/Abed Khaled.

11H42
Manifestation à Amman

5.000 manifestants près de l'ambassade d'Israël à Amman

Environ 5.000 Jordaniens manifestent près de l'ambassade d'Israël à Amman, après une frappe sur un hôpital de Gaza, qui a provoqué un vent de colère dans le monde musulman.
Le nombre de manifestants pourrait augmenter malgré le blocage des routes menant à l'ambassade par les forces de sécurité. La Jordanie, liée par un traité de paix avec l'Etat israélien, a déclaré qu'Israël "porte la responsabilité de ce grave incident".
 

11H26
Soutien américain

Joe Biden dit qu'il travaillera avec Israël pour éviter "davantage de tragédie" aux civils

Le président américain Joe Biden a assuré mercredi à Tel-Aviv qu'il travaillerait avec Israël pour éviter "davantage de tragédie" aux civils, au douzième jour d'une guerre entre Israël et le mouvement palestinien Hamas qui fait des milliers de morts.
"Nous continuerons de travailler avec vous et nos partenaires à travers la région pour éviter davantage de tragédie aux civils innocents", a-t-il déclaré. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à ses côtés, a affirmé que son pays "fera tout ce qu'il peut" pour épargner les civils.

Biden et Netanyahu

Le président Joe Biden est accueilli par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'aéroport international Ben Gourion, le mercredi 18 octobre 2023, à Tel Aviv. @Photo AP/Evan Vucci.

11H23
Inquiétude de l'ONU

L'OMS appelle à "cesser toute attaque contre les établissements de santé"

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé mercredi Israël et le Hamas à cesser toute attaque contre les structures médicales, au lendemain du tir meurtrier qui a tué au moins 200 personnes dans l'enceinte d'un hôpital de Gaza.

"Nous demandons au minimum de cesser toute attaque contre les établissements de santé", a dit le patron de l'OMS Europe, Hans Kluge dans un entretien à l'AFP.

hopital Gaza

Des Palestiniens blessés à la suite d'une explosion à l'hôpital Ahli Arab dans le centre de Gaza, le mardi 17 octobre 2023. @Photo AP/Abed Khaled.

"Deuxièmement, il faut protéger les civils, les enfants, et troisièmement, il faut permettre à l'aide humanitaire d'accéder de Rafa à l'intérieur de Gaza, car toutes nos fournitures sont déjà basées là-bas, mais la frontière n'est pas encore ouverte", a-t-il ajouté, se disant "très inquiet".
 

"De 200 à 300" personnes sont mortes mardi à l'hôpital Ahli Arab, dans le centre de Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire palestinien, tandis que le Hamas, organisation islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, parle de plus de 500 morts.

 

11H21
Colère à Tunis

Des milliers de manifestants à Tunis devant l'ambassade de France

Des milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi de nouveau devant l'ambassade de France à Tunis exprimant leur colère contre la frappe meurtrière sur un hôpital de la ville palestinienne de Gaza ayant fait des centaines de morts.

"Le renvoi de l'ambassadeur est un devoir", ont notamment scandé les manifestants qui accusent la France, ainsi que les Etats-Unis, d'être des "alliés des sionistes" dans la guerre entre Israël et le Hamas palestinien, ont constaté des journalistes de l'AFP.
 

10H07
Déclaration de Poutine

Hôpital de Gaza : une "tragédie" pour Poutine qui appelle à la fin du conflit

La frappe sur un hôpital de Gaza ayant fait des centaines de morts est une "tragédie" a déclaré mercredi Vladimir Poutine lors d'une visite officielle en Chine, en disant espérer une fin rapide du conflit entre Israël et le Hamas.

C'est un évènement horrible, des centaines de morts et de blessés. C'est une catastrophe humanitaire. J'espère vraiment que ce sera un signal montrant qu'il faut mettre fin à ce conflit le plus rapidement.

Vladimir Poutine, président russe

Poutine

Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors du Forum de la Ceinture et de la Route au Grand Palais du Peuple à Pékin, le mercredi 18 octobre 2023. @AP Photo/Ng Han Guan.

09H37
"Menaces terroristes"

Israël appelle ses citoyens à quitter la Turquie "au plus tôt"

Israël a demandé à ses ressortissants de quitter la Turquie dès que possible pour leur propre sécurité, a indiqué mercredi à l'AFP le consulat israélien à Istanbul, évoquant des "menaces terroristes" croissantes pour ses concitoyens à l'étranger.
Selon cette source, l'alerte sécurité pour les voyageurs israéliens en Turquie a été "élevée au niveau 4, le plus élevé".

"À la lumière de la montée continue des menaces terroristes contre les Israéliens à l'étranger (...) tous les Israéliens séjournant en Turquie doivent partir au plus tôt", a également mis en garde le Conseil national de sécurité israélien dans un communiqué officiel.
 

09H37
"Menaces terroristes"

Israël appelle ses citoyens à quitter la Turquie "au plus tôt"

Israël a demandé à ses ressortissants de quitter la Turquie dès que possible pour leur propre sécurité, a indiqué mercredi à l'AFP le consulat israélien à Istanbul, évoquant des "menaces terroristes" croissantes pour ses concitoyens à l'étranger.
Selon cette source, l'alerte sécurité pour les voyageurs israéliens en Turquie a été "élevée au niveau 4, le plus élevé".

"À la lumière de la montée continue des menaces terroristes contre les Israéliens à l'étranger (...) tous les Israéliens séjournant en Turquie doivent partir au plus tôt", a également mis en garde le Conseil national de sécurité israélien dans un communiqué officiel.
 

Qui anime ce direct ?

AFP