Live démarré le 27 janvier 2023 à 06h00 TU

DIRECT - Des milliers de civils palestiniens piégés par les combats au sud de Gaza

Des combats meurtriers entre l'armée israélienne et le Hamas font rage samedi dans le sud de la bande de Gaza. Des centaines de milliers de civils sont toujours pris au piège et survivent dans des "conditions de désespoir" selon l'ONU. Dans ce contexte, Israël a promis samedi d'en finir avec l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), dont six pays ont jusque là suspendu le financement, après des accusations israéliennes selon lesquelles des employés auraient été impliqués dans l'attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre.

Partager
Image
frappes israéliennes à Rafah

Des Palestiniens regardent la maison endommagée de leur voisin suite à une frappe israélienne. Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le samedi 27 janvier 2024.

AP/Fatima Shbair
16
nouvelle(s) publication(s)
20h44
sous le choc

Le chef de l'UNRWA réagit suite à la suspension des fonds alloués annoncée par plusieurs pays.

Le chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a jugé samedi "choquantes" les suspensions de fonds décidées par plusieurs pays donateurs suite à une polémique sur le possible rôle de certains de ses employés dans l'attaque du 7 octobre.

"Il est choquant de voir la suspension des fonds en réaction à des allégations contre un petit groupe d'employés", compte tenu des mesures déjà prises et du rôle de l'agence dont "dépendent 2 millions de personnes pour leur simple survie", a déclaré Philippe Lazzarini dans un communiqué.

Tweet URL
20h39

L'Allemagne suspend son financement à l'UNRWA.

L'Allemagne a annoncé samedi soir la suspension de son financement à l'agence de l'Onu pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), tant que la question de la possible implication de certains de ses employés dans l'attaque du 7 octobre ne sera pas éclaircie.

"Tant que ce ne sera pas éclairci, l'Allemagne, en accord avec les autres pays donateurs, ne va pas donner temporairement son aval pour de nouveaux moyens pour l'Unrwa à Gaza", ont annoncé les ministères allemand des Affaires étrangères et du Développement, dans un communiqué.

Ils précisent que "pour le moment, de toute façon, il n'y avait aucun engagement en attente".

20h21
20.000

20.000 manifestants à Madrid contre le "génocide" à Gaza.

Quelque 20.000 personnes portant des drapeaux palestiniens et entonnant des slogans contre Israël ont défilé samedi 27 janvier à Madrid. Elles sont descendues dans les rues madrilènes pour protester contre la guerre à Gaza.

Derrière une banderole "Stop au génocide en Palestine", la foule a brandi des drapeaux palestiniens ainsi que quelques drapeaux sud-africains.

Beaucoup plus rares, ils rappellent que nous sommes au lendemain de la décision de la Cour internationale de justice (CIJ), qui a appelé Israël à "prendre toutes les mesures en son pouvoir" pour éviter un génocide à Gaza. 

La CIJ avait été saisie par l'Afrique du Sud qui estimait qu'Israël viole la Convention des Nations unies sur le génocide.

manifestation pro palestinienne à Madrid

Des gens défilent lors d’une manifestation en soutien aux Palestiniens et appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Centre-ville de Madrid, Espagne - samedi 27 janvier 2024.

AP/Manu Fernandez
16h22
pour la paix

Juifs et musulmans lancent une initiative pour la paix depuis Srebrenica.

Des dignitaires juifs et musulmans ont lancé samedi un vibrant appel pour la paix depuis la ville martyre bosnienne de Srebrenica, à l'occasion de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste, au moment ou des combats meurtriers continuent à faire rage dans la bande de Gaza.

Une "initiative judéo-musulmane pour la paix" a été signée dans le Centre mémorial du génocide de Srebrenica par le président de la Fédération mondiale des associations Bergen-Belsen et avocat américain, Menachem Rosensaft, et le chef religieux de musulmans de Bosnie, Husein Kavazovic.

Dans leur initiative pour la paix, signée en présence de la présidente de l'association des mères de Srebrenica, Munira Subasic, et du président de la communauté juive de Bosnie, Jakob Finci, ses deux auteurs appellent à "forger la voie de réconciliation" et à "bâtir activement la paix". Tous deux ont déploré aussi bien les victimes israéliennes de l'attaque sanglante menée le 7 octobre dernier par le mouvement islamiste Hamas contre Israël, que les victimes palestiniennes de la riposte israélienne dans la bande de Gaza.

"Nous nous unissons dans la douleur. Nos larmes deviennent des prières, des prières du souvenir, mais aussi des prières de l'espoir", a lancé lors d'une cérémonie Menachem Rosensaft, qui est également conseiller général émérite du Congrès juif mondial.

14h14
ça continue

L'Italie suspend à son tour son aide à l'Unrwa.

L'Italie a suspendu à son tour son aide à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) après des accusations des autorités israéliennes selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans l'attaque du Hamas le 7 octobre, a annoncé samedi le ministre des Affaires étrangères.

"Le gouvernement italien a suspendu le financement de l'@UNRWA après l'atroce attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. Des pays alliés ont récemment pris la même décision. Nous sommes engagés à fournir de l'aide humanitaire à la population palestinienne, en protégeant la sécurité d'Israël", a écrit sur X Antonio Tajani.

"L'antisémitisme et le Hamas sont les nouveaux SS, la nouvelle Gestapo, parce que la chasse au juif a été menée de manière scientifique", a aussi déclaré Antonio Tajani à Milan (nord) samedi, jour du souvenir de la Shoah.
Il a également appelé à "respecter les droits de la population civile palestinienne". "Il y a trop de victimes (...) Nous faisons tout pour aider la population civile palestinienne, nous construirons un hôpital de campagne, probablement du côté égyptien, à la frontière avec Rafah, pour soigner les enfants palestiniens blessés", a-t-il précisé.

Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie ont annoncé suspendre au moins "temporairement" leur financement de l'agence onusienne, prise dans la tourmente d'une polémique sur le possible rôle de certains de ses employés dans l'attaque du 7 octobre. L'agence s'est séparée de plusieurs de ses employés - douze selon les Américains, accusés d'être impliqués dans l'attaque.

13H43
réactions

Le chef de l'Union africaine "salue" la décision de la CIJ sur Gaza.

Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a salué samedi la décision de la Cour internationale de justice qui a appelé Israël à empêcher tout éventuel acte de "génocide" à Gaza.

"La décision confirme le respect du droit international et la nécessité pour Israël de se conformer impérativement à ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide", a déclaré Moussa Faki Mahamat dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Moussa Faki Mahamat

Le président de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, lors d'une rencontre avec le secrétaire d'État Antony Blinken. Mercredi 1er novembre 2023 - Département d'État à Washington, États-Unis. 

AP/Jacquelyn Martin
13h35
décision

Londres suspend "temporairement" son aide à l'Unrwa.

Le gouvernement britannique a annoncé ce dimanche suspendre "temporairement" son aide à l'Unrwa, l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens. La décision a été prise en représailles à l'implication avérée de certains employés de l'agence au cours de l'attaque du Hamas le 7 octobre en Israël. 

Le Royaume-Uni "est consterné par les accusations selon lesquelles des employés de l'Unrwa ont participé à l'attaque du 7 octobre contre Israël", a écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "Le Royaume-Uni suspend temporairement tout financement futur de l'Unrwa pendant que nous examinons ces accusations préoccupantes", a-t-il ajouté.

12h55

Combats meurtriers dans le sud de Gaza, craintes pour les civils

Des combats meurtriers entre l'armée israélienne et le Hamas font rage, aujourd'hui encore, dans le sud de la bande de Gaza. Des centaines de milliers de civils y sont pris au piège et survivent dans des conditions humanitaires désastreuses, dans la pluie et le froid. 

Des images tournées par l'AFP montrent des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants, portant couvertures et baluchons, qui fuient au milieu des ruines face à l'avancée des chars israéliens.

12h40

L'Unrwa a "besoin de soutien", pas qu'"on lui coupe" les vivres

L'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a besoin d'"un soutien maximal" et "non qu'on lui coupe soutien et assistance", a indiqué sur X le ministre des Affaires civiles palestinien Hussein al-Cheikh.

"Nous appelons les pays qui ont annoncé la cessation de leur soutien à l'Unrwa à revenir immédiatement sur leur décision, qui implique des risques graves" pour l'assistance humanitaire, alors que la guerre fait rage entre Israël et le Hamas à Gaza, a ajouté M. Cheikh, également secrétaire général du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

12h00
Bilan à Gaza

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un bilan de 26 257 personnes tuées, en majorité des femmes, des adolescents et des enfants dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, le 7 octobre.

Durant les 24 dernières heures, 174 personnes ont été tuées, selon le Hamas, au pouvoir à Gaza, faisant également état de 64 797 blessés.

11h00

L'Italie suspend à son tour son aide à l'Unrwa

L'Italie a suspendu à son tour son aide à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) après des accusations des autorités israéliennes selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans l'attaque du Hamas le 7 octobre, a annoncé le ministre des Affaires étrangères.

"Le gouvernement italien a suspendu le financement de l'UNRWA après l'atroce attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. Des pays alliés ont récemment pris la même décision. Nous sommes engagés à fournir de l'aide humanitaire à la population palestinienne, en protégeant la sécurité d'Israël", a écrit sur X Antonio Tajani.

10h20

Le Hamas dénonce les "menaces" d'Israël à l'encontre de l'ONU

Le Hamas a dénoncé les "menaces et le chantage" d'Israël à l'encontre des agences de l'ONU, après des accusations selon lesquelles des employés de l'agence pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) auraient participé à l'attaque du Hamas le 7 octobre.

"Nous demandons aux Nations unies et organisations internationales de ne pas céder aux menaces et au chantage" d'Israël, a ajouté le mouvement islamiste palestinien dans un communiqué, alors que plusieurs pays dont les États-Unis ont suspendu leur financement de l'Unrwa. 

09h45

Israël veut que l'Unrwa n'ait plus aucun rôle à Gaza après la guerre

Israël souhaite que l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) ne joue plus aucun rôle à Gaza, après des accusations selon lesquelles des employés auraient été impliqués dans l'attaque du Hamas le 7 octobre, a déclaré son chef de la diplomatie.

Le gouvernement veut "s'assurer que l'Unrwa ne fera pas partie" de la solution dans le territoire palestinien après la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, a indiqué Israël Katz dans un communiqué, espérant "faire cesser" toutes les activités de l'agence.

08h45

L'Australie et le Canada suspendent le financement de l'Unwra

L'Australie et le Canada ont annoncé la suspension de leurs financements à l'agence de l'Onu pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), après des accusations des autorités israéliennes selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans l'attaque du Hamas le 7 octobre.

Les États-Unis ont annoncé vendredi "suspendre temporairement" tout futur financement de l'agence onusienne au cœur de la distribution de l'aide aux civils de la bande de Gaza et sous le feu des combats entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

06h30

Le sort des civils à Gaza au cœur de vives préoccupations

Malgré la décision de la CIJ appelant Israël à empêcher tout acte éventuel de "génocide" dans le territoire palestinien, le sort des civils à Gaza inquiète.

L'attention se focalise sur Khan Younès, principale ville du sud du territoire assiégé, qui est le théâtre ces derniers jours de combats acharnés entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Ces affrontements, doublés de raids aériens israéliens, ont poussé des milliers de personnes à quitter la ville et ont réduit a minima la capacité des deux principaux hôpitaux locaux, Nasser et al-Amal.

Dans la nuit, des témoins ont fait état de frappes violentes sur place et le Croissant-Rouge palestinien a dit avoir reçu des morts et traité des blessés à l'hôpital al-Amal.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

La grande ville de Khan Younès, dans le sud de Gaza, considérée par Israël comme une place forte du mouvement islamiste palestinien, est désormais au coeur de la guerre déclenchée par  l'attaque du 7 octobre.

Les combats s'y sont poursuivis samedi, selon des témoins, notamment aux abords des deux principaux hôpitaux, Nasser et al-Amal, qui ne fonctionnent plus qu'au ralenti. 

Les habitants et les déplacés qui y avaient trouvé refuge quand les affrontements se concentraient au nord sont désormais contraints de fuir à nouveau.