direct démarré à 05h30 (TU)

DIRECT - en Europe, des milliers de manifestants pro-Ukraine dans les rues

Des manifestations en soutien à l'Ukraine rassemblant des milliers de personnes ont eu lieu en Europe ce 24 février, jour qui marque les deux ans de l'invasion russe en Ukraine. 

Partager
Image
ukraine

À Varsovie, Pologne, des manifestants pro-Ukraine brandissent des pancartes devant l'ambassade russe, en cet anniversaire des deux ans de la guerre en Ukraine, le 24 février 2024. 

AP Photo/Czarek Sokolowsk
28
nouvelle(s) publication(s)
18h50
Complicités

Le G7 cible l'Iran et la Chine pour leur aide à la Russie

Le G7 a nommément ciblé la Chine et l'Iran pour leur soutien logistique à la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine.

"Nous appelons l'Iran à cesser de soutenir l'armée russe", ont déclaré les dirigeants du G7 qui ont également exprimé leur "inquiétude sur les transferts en Russie par des entreprises chinoises (...) de composants pour des armes et d'équipement pour des productions militaires".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
18h38
Financements

Le G7 appelle les bailleurs de l'Ukraine à valider leur aide financière

Le G7 a appelé les bailleurs de l'Ukraine à valider leur contribution financière pour 2024, sans toutefois évoquer directement le blocage d'une nouvelle aide américaine au Congrès.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Nous demandons instamment l'approbation de l'aide supplémentaire pour combler les besoins budgétaires restants de l'Ukraine en 2024", ont insisté les dirigeants du G7 dans un communiqué conjoint à l'issue d'un sommet en vidéo-conférence sous présidence italienne.

Les dirigeants du G7 ont aussi promis de "faire monter le coût de la guerre" en Ukraine pour Moscou et de "baisser ses sources de revenus et empêcher ses efforts pour construire sa machine de guerre.

17h27
"Nous comptons sur vous"

Zelensky appelle ses alliés du G7 à livrer l'aide militaire "à temps"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté samedi ses alliés occidentaux à livrer l'aide militaire "à temps" lors d'une réunion virtuelle du G7, le jour du deuxième anniversaire de l'invasion russe.

"Vous savez très bien ce dont nous avons besoin pour protéger notre ciel, pour renforcer notre armée terrestre, ce dont nous avons besoin pour soutenir et continuer nos réussites en mer, et vous savez parfaitement bien que nous avons besoin de cela à temps, et nous comptons sur vous", a déclaré le dirigeant ukrainien, qui réclame notamment des munitions, dont ses soldats manquent, et davantage de système de défense aérienne face à une armée russe à l'offensive.

17h00
Hommages et chants

Manifestations pro-Ukraine en Europe après deux ans de guerre

"Russie hors d'Ukraine!": des milliers de personnes ont manifesté samedi en Europe leur soutien à l'Ukraine le jour du deuxième anniversaire de l'invasion russe, même si une très faible proportion de l'opinion croit à une victoire de Kiev.

En Allemagne, quelque 5 000 personnes, selon la police, se sont rassemblées à Berlin en portant des drapeaux ukrainiens ou des calicots où l'on pouvait lire "Défendez l'Ukraine" ou "Armez l'Ukraine, maintenant".

Les manifestants étaient autant à Cologne. Plusieurs milliers d'autres ont été recensés à Francfort, Munich et Stuttgart notamment. 

"Notre place à tous dans ce combat pour la liberté est aux côtés de nos amis ukrainiens", a déclaré lors du rassemblement de Berlin le maire de la ville, Kai Wegner.

berlin manif

Des personnes tiennent un immense drapeau ukrainien lors d'une manifestation à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion russe de l'Ukraine devant l'ambassade de Russie à Berlin, le samedi 24 février 2024. 

AP Photo/Markus Schreiber

La Porte de Brandebourg, qui du temps de la guerre froide longeait le mur ayant scindé la métropole en deux, doit être illuminée en soirée aux couleurs jaune et bleu de l'Ukraine.

"L'Occident doit faire davantage pour soutenir l'Ukraine", dit à l'AFP Achem Lobreuer, un ingénieur de 58 ans venu manifester à Francfort. 

"Si nous avons davantage d'armes, nous pourrons nous protéger et aussi récupérer les territoires conquis" par la Russie dans l'est de l'Ukraine, renchérit Maksym Godovnikov, une Ukrainienne de 38 ans.

"Poutine assassin!" 

En France, des milliers de personnes ont aussi défilé pour marquer leur soutien à Kiev, parfois aux cris de "Poutine assassin !" ou "Russie hors d'Ukraine !".

A Paris, Lille (nord), Rouen (ouest), Nice ou Toulouse (sud), des Ukrainiens, des Français, souvent enroulés dans le drapeau jaune et bleu de l'Ukraine, se sont rassemblés pour dire leur solidarité mais aussi leur inquiétude au moment où les forces de Kiev, en manque d'armes et de munitions, sont dans une position très difficile face aux troupes russes.

En Grande-Bretagne également, plusieurs milliers de personnes se sont élancées depuis Hyde Park pour manifester jusqu’à Trafalgar Square dans une marée de drapeaux ukrainiens.

En Suède, plusieurs milliers de personnes se sont également réunies à Stockholm sous le mot d'ordre "La Russie hors d'Ukraine". "Il est important que nous montrions notre soutien pour l'Ukraine et leur combat difficile", dit à l'AFP Anders Engström, 61 ans.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Belgrade, où plusieurs centaines de Serbes et de citoyens russes, ayant choisi l'exil après le déclenchement de la guerre en Ukraine, se sont joints à un rassemblement conduit par l'ambassadeur d'Ukraine.

En Italie, quelques centaines de personnes ont participé à Milan (nord) à une manifestation baptisée "Victoire pour la paix" à l’initiative d’associations pro-ukrainiennes. En Grèce, quatre cent personnes se sont retrouvées dans le centre d’Athènes.

15h59
Symbole

La cheffe de la diplomatie allemande en Ukraine pour l'anniversaire de l'invasion

La cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock est à Odessa, dans le sud de l'Ukraine, samedi à l'occasion de l'anniversaire de l'invasion russe.  

"C'est un moment d'émotion, nous entrons dans un pays en guerre", a-t-elle dit avant d'entrer en Ukraine depuis la Moldavie voisine en compagnie de son homologue ukrainien Dmytro Kouleba. 

15h28
"Poutine prétend être puissant"

Les dirigeants "vraiment puissants n'assassinent pas leurs opposants", dit Trudeau à Poutine

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau a semblé samedi accuser le président russe Vladimir Poutine d'assassinat en évoquant la mort en prison de l'opposant Alexeï Navalny.

"Poutine prétend être puissant, mais les dirigeants vraiment puissants n'assassinent pas leurs opposants", a-t-il dit à Kiev, lors d'une conférence de presse avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion russe.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
15h14
Ukraine-Canada

L'Ukraine et le Canada signent un accord bilatéral de sécurité

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont annoncé avoir signé samedi un accord bilatéral de sécurité, le jour anniversaire de l'invasion russe et dans la foulée d'un accord similaire conclu par Kiev avec l'Italie.

Cet "accord de coopération sécuritaire nouveau et historique" prévoit le versement d'environ 2,2 milliards de dollars d'aide financière et militaire à Kiev en 2024, d'après un communiqué du bureau de Justin Trudeau, en visite en Ukraine.

15h03
Ukraine-Italie

L'Ukraine et l'Italie signent un accord bilatéral de sécurité

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi avoir signé un accord bilatéral de sécurité avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni, en déplacement à Kiev pour le deuxième anniversaire de l'invasion russe.

"Ce document jette les bases solides d'un partenariat de sécurité sur le long terme entre l'Ukraine et l'Italie", s'est réjoui le dirigeant ukrainien, dont le pays a récemment conclu des accords similaires avec plusieurs pays européens, dont l'Allemagne ou la France.

12h17
la couronne parle

Le roi Charles salue la "détermination et la force" des Ukrainiens face à la guerre.

Le roi Charles III a rendu hommage samedi à la "détermination et la force du peuple ukrainien", dans un message à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion par la Russie, publié par le palais de Buckingham.

"La détermination et la force du peuple ukrainien continuent à être source d'inspiration, alors que l'attaque non-provoquée sur leur terre, leur vie et leurs moyens entre dans une troisième année tragique", a déclaré le souverain, se félicitant du soutien apporté par le Royaume-Uni et les autres pays occidentaux à Kiev.

11h59

"Nous attendons leur retour" : la guerre en Ukraine dans les yeux des Moscovites

Dans les rues de la capitale russe, des Moscovites affichent leur exaltation: "Beaucoup de mes amis ont envoyé leurs fils" à l'armée, relève Nadejda, une enseignante de 64 ans, "et nous les félicitons tous et attendons leur retour".
Les détracteurs de l'"opération militaire spéciale", euphémisme imposé par le Kremlin s'agissant de l'invasion, risquent de lourdes peines de prison ferme, font pour leur part preuve de prudence, à l'exemple de Konstantin, un professeur de théâtre: "On est tellement coupé de la vérité, qu'il est difficile de prendre des décisions".

Quant aux sanctions qui ont coupé la Russie du monde occidental et ont dans un premier temps secoué l'économie russe, le Kremlin n'a cessé de s'en moquer, tout en les contournant. Ces mesures n'ont pas empêché l'industrie de défense de démultiplier sa production, faisant pencher le rapport de force en faveur des Russes.

La nouvelle salve de sanctions occidentales annoncées ces derniers jours est censée y remédier mais les responsables russes les ont balayées. Le numéro deux du Conseil de sécurité russe Dmitri Medvedev a juré vengeance et de faire "souffrir" les "ennemis" occidentaux.

11h04
accords bilatéraux

Vers un accord Italie-Ukraine à l'issue du G7 ?

Le G7, qui se réuni en sommet ce samedi, avait décidé en juillet 2023 la signature de contrats bilatéraux de sécurité avec l'Ukraine. À l'issue de la réunion, qui devrait durer une heure et demie, une déclaration conjointe sur l'Ukraine devrait être adoptée, selon des sources diplomatiques italiennes. Après Londres en janvier, Kiev a signé ce genre d'accord avec l'Allemagne et la France. 25 autres États se sont joints à cette initiative, comme la Pologne.

Giorgia Meloni et Volodymyr Zelensky doivent, à leur tour, signer un accord de ce type samedi. "Aujourd'hui nous signerons nos garanties de sécurité. Nous estimons que l'Ukraine combat aussi pour notre liberté et aussi pour notre intérêt national", a expliqué Giorgia Meloni à la presse, en marge de son déplacement à Kiev.

Concrètement, ces accords de sécurité peuvent porter sur l'octroi d'équipements militaires, interopérables avec ceux de l'Otan, la formation des forces ukrainiennes et le renforcement de l'industrie de défense de l'Ukraine.

10h33
triste anniversaire

Volodymyr Zelensky accueille ses alliés occidentaux à Kiev.

"Nous vaincrons", proclame le président ukrainien Volodymyr Zelensky, depuis l'aéroport militaire de Gostomel, près de Kiev. "Nous nous battons pour cela. Depuis 730 jours dans notre vie. Et nous vaincrons, au meilleur jour de notre vie", a-t-il lancé. "Aucun d’entre nous ne permettra à l’Ukraine de disparaître."

Au jour anniversaire de l'invasion russe, qui dure depuis deux ans, des dirigeants occidentaux ont fait le déplacement à Kiev. Dans une vidéo diffusée samedi par la présidence, ils apparaissent aux côtés du président ukrainien. 

Tweet URL
11h34
difficultés

La 3e année de guerre qui s'annonce difficile et décisive pour Kiev.

Ce samedi 24 février marque les deux ans de l'invasion russe de l'Ukraine. C'est donc une troisième année de guerre qui s'ouvre. Après avoir tenu tête à l'armée russe, les troupes ukrainiennes sont en grandes difficultés. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
10h30
"coût humain horrible"

Deux ans après le début de la guerre, le "coût humain horrible" déploré par la communauté internationale.

Les trois quarts des enfants et des jeunes âgés de 14 à 34 ans déclarent avoir besoin d’un soutien psychologique, selon l'UNICEF, rapporte l'ONU ce dimanche. Dans le même temps, le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Turk, déplore le "coût humain horrible" de deux ans de guerre.
 

Tweet URL
09h54
arrestations

Arrestations à Moscou à un rassemblement d'épouses de soldats russes mobilisés en Ukraine (média indépendant).

La police russe a procédé samedi à plusieurs arrestations, notamment de journalistes, lors d'un rassemblement de femmes de soldats russes mobilisés réclamant leur retour d'Ukraine, pays qui marque le 2e anniversaire de l'offensive russe, ont rapporté deux médias russes indépendants.

Des vidéos des médias Sota et SOTAvision montrant des policiers interpellant plusieurs personnes, dont deux portant un gilet jaune barré du mot "presse", venus couvrir cette réunion hebdomadaire du mouvement "Pout Domoï" (Chemin vers la maison, en russe) près de la flamme du saroldat inconnu à l'ombre du Kremlin. Selon SOTAvison, deux de ses reporters font partis des détenus.

Qui anime ce direct ?

avec agences
Les faits

Samedi 24 février 2024, l'Ukraine entre affaiblie dans sa troisième année de guerre face à l'invasion russe. L'aide de ses alliés se tarie, pendant que la machine militaire russe est montée en puissance.

Lorsque Vladimir Poutine a annoncé que les troupes russes pénétraient sur le territoire ukrainien à l'aube du 24 février 2022, le président russe croyait qu'elles pourraient prendre Kiev en quelques jours. Mais la résistance ukrainienne les ont contraintes à d'humiliantes retraites.

En 2023, c'est l'Ukraine qui a connu une déconvenue d'ampleur. L'échec de sa grande contre-offensive estivale, si bien que l'armée russe, forte d'une économie tournée vers l'effort de guerre, s'est retrouvée en position de force. Les militaires ukrainiens se plaignent alors de la faiblesse de leurs effectifs ainsi que du manque d'obus et d'équipements de défense antiaérienne.

La présence en nombre samedi en Ukraine de dirigeants occidentaux, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en tête, pour afficher leur soutien, ne masque pas cet état de fait. L'aide américaine est bloquée par les rivaux républicains du président démocrate Joe Biden, et celle des Européens a pris du retard.