Direct démarré à 07h50

DIRECT : en Russie, un projet de loi sur la confiscation des biens pour de "fausses informations" sur l'armée, en préparation

Un projet de loi autorisant la confiscation de l'argent et des biens des personnes qui diffusent "délibérément de fausses informations" sur les forces armées du pays est en préparation auprès des législateurs russes, a déclaré samedi un haut député.

Partager
Image
Des voitures passent devant le bâtiment de la Douma d’État, Chambre basse du Parlement russe à Moscou, Russie, le mercredi 22 novembre 2023.

Des voitures passent devant le bâtiment de la Douma d’État, Chambre basse du Parlement russe à Moscou, Russie, le mercredi 22 novembre 2023.

(AP Photo/Alexander Zemlianichenko)
2
nouvelle(s) publication(s)
10h00

La Russie va envisager une loi sur la confiscation des biens pour les « fausses informations » sur l'armée

Les législateurs russes ont préparé un projet de loi autorisant la confiscation de l'argent et des biens des personnes qui diffusent "délibérément de fausses informations" sur les forces armées du pays, a déclaré samedi un haut député.

Viatcheslav Volodine, président de la Douma d'Etat, a déclaré que cette mesure s'appliquerait également aux personnes reconnues coupables de ce qu'il a décrit comme d'autres formes de trahison. Il s'agissait notamment de "discréditer" les forces armées, d'appeler à des sanctions contre la Russie ou d'inciter à des activités extrémistes.

"Tous ceux qui tentent de détruire la Russie, qui la trahissent, doivent subir une punition méritée et compenser les dommages infligés au pays, au prix de leurs propres biens", a écrit Volodine sur Telegram.

Il a déclaré que le projet de loi serait présenté lundi à la Douma d'Etat, la chambre basse du Parlement.

Depuis l’envoi de son armée en Ukraine en février 2022, la Russie a intensifié la répression de longue date contre toutes les formes de dissidence politique. En vertu des lois adoptées en mars de la même année, le discrédit sur les forces armées ou la diffusion de fausses informations à leur sujet sont déjà passibles de lourdes peines de prison.

23h16

Zaporijjia: des mines à nouveau autour de la centrale (AIEA)

Des mines ont été replacées autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, a assuré vendredi soir l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Aux mains des forces de Moscou depuis mars 2022, la centrale, la plus grande d'Europe, a été touchée à plusieurs reprises par des coupures de courant liées aux combats et l'armée russe accuse régulièrement l'Ukraine de la menacer.

"Des mines ont été replacées le long du périmètre de la ZNPP (acronyme anglais de la centrale nucléaire de Zaporijjia, ndlr) a indiqué dans un communiqué l'AIEA, basée à Vienne.

Les mines avaient été retirées en novembre, mais elles ont été réinstallées, ce qui est "incompatible avec les exigences de sécurité de l'AIEA", selon ce communiqué.

Elles sont "dans une zone (...) interdite aux employés qui font fonctionner la centrale", entre les clôtures intérieure et extérieure de l'installation, selon l'AIEA.

L'agence n'a toujours pas accès à plusieurs parties de la centrale, s'est plaint l'AIEA.

Moscou avait invoqué au début du mois des raisons de sécurité pour limiter ces accès.

Les tensions entre Moscou et Kiev sur le sujet sont récurrentes, et l'AIEA fait office de médiatrice, tout en s'assurant de la sécurité du site aux côtés des Russes.

La centrale de Zaporijjia se situe à Energodar, le long du fleuve Dniepr qui fait office de ligne de front naturelle entre Russes et Ukrainiens. Le site se trouve aussi à 50 km à vol d'oiseau au sud-ouest de la ville même de Zaporijjia.

Qui anime ce direct ?