Direct terminé à 21h30 TU.
Direct démarré à 06h50

DIRECT : Gaza doit être "démilitarisée" et "déradicalisée", selon Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu : "Ça sera une longue guerre". Annonçant une intensification des bombardements à Gaza, il a prévenu que la paix ne serait obtenue selon lui, que si la bande de Gaza est  "démilitarisée" et "déradicalisée".

Partager
Image
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, porte un gilet de protection et un casque alors qu'il reçoit un briefing de sécurité avec des commandants et des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le lundi 25 décembre 2023.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, porte un gilet de protection et un casque alors qu'il reçoit un briefing de sécurité avec des commandants et des soldats dans le nord de la bande de Gaza, le lundi 25 décembre 2023.

(Avi Ohayon/GPO/Handout via AP)
14
nouvelle(s) publication(s)
20h53
Houthis

L'armée américaine détruit une salve de drones et de missiles venue du Yémen.

Le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a annoncé la destruction de douze missiles et cinq drones tirés par les rebelles Houthis depuis le Yémen. 

Différents moyens militaires, dont des avions, ont "abattu 12 drones d'attaque, 3 missiles balistiques anti-navires et 2 missiles de croisière dans le sud de la mer Rouge, tirés par les Houthis." Aucun dégât ni blessé n'est à déplorer.

Tweet URL
20h24
Diplomatie

Paris "gravement préoccupée" par l'annonce d'intensification des combats à Gaza.

La France est "gravement préoccupée par l'annonce des autorités israéliennes d'une intensification et d'une prolongation des combats à Gaza", a affirmé le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Paris "réitère avec force son appel à une trêve immédiate conduisant à un cessez-le-feu", a ajouté le Quai d'Orsay, déplorant "les bombardements systématiques (qui) ont encore fait de très nombreuses victimes civiles ces derniers jours".

  • (Re)voir : Guerre Israël/Hamas : Netanyahu, l'inflexible
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Elle salue la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée vendredi et appelle Israël à "faciliter l'acheminement de l'aide dans l'ensemble de la bande de Gaza et à prendre des mesures urgentes pour garantir un accès humanitaire complet, sûr et sans entraves. Le recours à l'ensemble des voies d'accès et de circulation doit être facilité, y compris à travers la mise en service intégrale et urgente du point de passage de Kerem Shalom."

18h29
Danger en mer Rouge

Les Houthis revendiquent une attaque en mer Rouge et vers Israël.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran, affirment avoir lancé un missile sur un navire en mer Rouge et mené une attaque de drone en direction d'Israël.

Les rebelles, qui se disent solidaires du Hamas palestinien dans sa guerre contre Israël, ont assuré, dans un communiqué, avoir "mené une opération ciblée contre un navire commercial" identifié comme étant le MSC UNITED, et avoir lancé des "drones contre des cibles militaires" dans le sud d'Israël.

Tweet URL
18h14
Urgence

L'ONU nomme une ministre néerlandaise pour coordonner l'aide humanitaire à Gaza.

Les Nations unies (ONU) ont annoncé la nomination de la ministre néerlandaise sortante, Sigrid Kaag, au poste de coordinatrice de la réponse humanitaire et de la reconstruction à Gaza, après une résolution du Conseil de sécurité sur l'aide dans le territoire palestinien bombardé et assiégé par Israël.

Sigrid Kaag "facilitera, coordonnera, contrôlera et vérifiera les envois d'aide humanitaire à Gaza" et aura aussi pour tâche de mettre "en place un mécanisme des Nations unies pour accélérer les envois d'aide humanitaire à Gaza par l'intermédiaire d'États non parties au conflit", a précisé le porte-parole du secrétaire général, Antonio Guterres, dans un communiqué.

  • (Re)voir : Bande de Gaza : l'aide humanitaire insuffisante
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
17h37

Les corps de 80 Palestiniens restitués à Gaza.

Les corps de 80 Palestiniens tués ont été restitués par Israël, via la Croix-Rouge, passage de Kerem Shalom, aux autorités locales. Ces dernières les ont enterrés dans une fosse commune creusée sur un terrain qui sert de cimetière de fortune dans la région de Rafah.

Selon des sources au ministère de la Santé du Hamas, ces corps ont été récupérés ces derniers jours par l'armée israélienne dans des morgues d'hôpitaux et des tombes collectives et emmenés en Israël. Les Israéliens veulent ainsi s'assurer qu'aucun corps d'otage parmi ceux que le Hamas a enlevés le 7 octobre ne figure parmi ces dépouilles, selon la même source.

L'armée israélienne n'a, pour l'heure, pas commenté. 

  • (Re)voir : Le Hamas diffuse une vidéo de trois otages israéliens en vie
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
16h21

La guerre durera "encore de nombreux mois", prévient l'armée israélienne.

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, a affirmé que la guerre d'Israël contre le Hamas palestinien dans la bande de Gaza "durera encore de nombreux mois".

"Les objectifs de cette guerre ne sont pas faciles à atteindre. La guerre durera encore de nombreux mois", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse, après avoir rencontré des soldats dans la bande de Gaza.

Tweet URL
15h31
Tirs à la frontière libanaise

Neuf soldats israéliens blessés par des tirs du Hezbollah, selon Israël.

"Le Hezbollah a attaqué l'église orthodoxe grecque de Sainte-Marie d'Iqrit, dans le nord d'Israël, a affirmé l'armée dans un communiqué. Un missile antichar en provenance du Liban a frappé directement l'église, blessant un civil. Cette attaque constitue non seulement une violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, mais aussi une atteinte à la liberté de culte."

Tweet URL

L'armée a également annoncé que neuf soldats ont été blessés, dont un sérieusement, par un nouveau tir du Hezbollah en portant secours au civil blessé dans l'église.

La résolution 1701, adoptée pour mettre fin à la guerre entre Israël et le Hezbollah en 2006, stipule que seules l'armée libanaise et la Force intérimaire des Nations unies (ONU) au Liban (Finul) soient déployées entre la frontière et le fleuve Litani.

Le Hezbollah a de son côté revendiqué plusieurs tirs sur des positions militaires dans le nord d'Israël et affirmé avoir notamment visé une caserne avec des "missiles de type Burkan".

Les habitants d'Iqrit ont été chassés de leurs terres par l'armée israélienne peu après la fondation de l’État d'Israël en 1948. L'église touchée par le missile selon l'armée, ainsi qu'un cimetière, sont les seuls vestiges qui restent du village que l'armée israélienne a détruit le soir de Noël en 1951 pour empêcher le retour de ses habitants après une décision de la Cour suprême israélienne.

14h12
Violation du droit humanitaire

L'ONU "profondément inquiète" des bombardements continus à Gaza.

"Nous sommes profondément inquiets des bombardements continus sur le centre de Gaza par les forces israéliennes. (...) Toutes les attaques doivent strictement respecter les principes du droit humanitaire international, notamment la distinction (entre civils et militaires, NDLR), la proportionnalité et la précaution, a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, Seif Magango, dans un communiqué. Il est particulièrement préoccupant que ces derniers bombardements intenses surviennent après que les forces israéliennes ont ordonné aux habitants du sud de Gaza de se déplacer vers le centre de Gaza et vers Tal al-Sultan à Rafah".

Tweet URL
14h01
Pas d'internet

Nouvelle coupure des télécommunications à Gaza.

La compagnie palestinienne des télécommunications, Paltel, annonce une nouvelle coupure des télécommunications dans la bande de Gaza, la quatrième depuis le début de la guerre le 7 octobre.

"Nous regrettons d'annoncer une interruption totale des services de télécommunications fixes et d'internet (..) dans la bande de Gaza en raison de la poursuite de l'agression", a écrit la compagnie dans un communiqué. Elle a ajouté que ses équipes techniques "travaillent pour rétablir les services malgré la dangerosité des conditions sur le terrain."

Tweet URL
12h46

le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 20.915 morts

Le ministère de la Santé du Hamas palestinien a annoncé mardi que les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza avaient fait 20.915 morts depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

Ce bilan comprend 241 personnes tuées lors des 24 dernières heures, a précisé le ministère, qui a également fait état de plus de 54.918 blessés depuis le 7 octobre.

13h30

Deux Palestiniens tués par l'armée israélienne en Cisjordanie (ministère)

Deux Palestiniens ont été tués mardi par des tirs de l'armée israélienne lors d'une incursion dans un camp de réfugiés de la région de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

Les deux Palestiniens, âgés respectivement de 17 et 31 ans, ont été tués par des tirs de soldats israéliens lors d'une opération militaire dans le camp de réfugiés de Fawwar au sud de Hébron, selon le ministère palestinien.

L'armée israélienne a affirme que "lors d'une opération de lutte antiterroriste à Fawwar, des assaillants ont lancé des pierres, des blocs et des cocktails Molotov, et ont tiré des feux d'artifice sur les forces de sécurité israéliennes".

Les soldats "ont répondu avec des moyens de dispersion des émeutes et des tirs réels. Des impacts ont été identifiés", a-t-elle ajouté.

Plus de 300 Palestiniens de Cisjordanie occupée ont été tués par des soldats, et dans certains cas par des colons israéliens, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre, selon un décompte du gouvernement palestinien.

12h00

Cisjordanie: l'armée israélienne arrête une députée palestinienne

La députée palestinienne Khalida Jarrar, l'une des figures du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a été arrêtée mardi par l'armée israélienne à Ramallah en Cisjordanie occupée, a indiqué son mari.

Khalida Jarrar, 60 ans, a été arrêtée par des soldats de l'armée israélienne qui ont fait irruption dans la maison familiale à Ramallah "en défonçant la porte, à cinq heures du matin", a affirmé Ghassan Jarrar.

Députée au Parlement palestinien suspendu depuis 2007, Khalida Jarrar avait été libérée en septembre 2021 après avoir purgé une peine de deux ans dans une prison israélienne.

Elle avait été arrêtée en octobre 2019 dans la foulée de la mort d'une Israélienne de 17 ans, tuée dans une attaque en Cisjordanie occupée imputée par l'armée israélienne au FPLP, mouvement d'obédience marxiste considéré comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Dans un communiqué le FPLP a affirmé que l'armée israélienne "a mené mardi matin une vaste campagne d'arrestations parmi les dirigeants et membres du FPLP en Cisjordanie occupée".

"Ces arrestations ne briseront pas la volonté de notre peuple", a ajouté le groupe.

L'armée israélienne a confirmé dans un communiqué avoir arrêté Khalida Jarrar, la présentant comme "la cheffe du FPLP" en Cisjordanie affirmant qu'elle était "recherchée pour terrorisme". 

D'autres "hauts responsables" du groupe ont également été arrêtés mardi matin, a ajouté le FPLP.

L'armée israélienne a multiplié les campagnes d'arrestations en Cisjordanie depuis le 7 octobre et le début de la guerre dans la bande de Gaza, déclenchée après une attaque sanglante d'une ampleur sans précédent du Hamas sur le sol israélien qui a fait environ 1.140 morts, majoritairement des civils, selon les chiffres publiés par les autorités israéliennes.

Selon le Club des Prisonniers, une association qui défend les droits des détenus palestiniens, quelque 4.700 Palestiniens ont été arrêtés en Cisjordanie depuis le 7 octobre.

L'offensive israélienne menée en représailles à l'attaque du Hamas a fait plus de 20.600 morts, en majorité des femmes, adolescents et enfants, selon le dernier bilan publié par le ministère de la Santé du Hamas.

06h30

Israël intensifie son offensive à Gaza, qu'il veut "démilitariser" et "déradicaliser"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé que la paix ne sera obtenue que si Gaza est "démilitarisée" et "déradicalisée", après avoir annoncé une intensification des combats contre le Hamas dans le territoire palestinien.

Malgré les appels internationaux à faire taire les armes, aucun répit n'est en vue après plus de deux mois de guerre contre le mouvement islamiste palestinien, qui avait déclenché une attaque sans précédent sur le sol israélien le 7 octobre.

"Nous n'arrêtons pas, (...) nous intensifions les combats dans les jours à venir. Ça sera une longue guerre", a martelé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, après s'être rendu à Gaza.

Dans les colonnes du Wall Street Journal, il a également posé trois "pré-requis" pour parvenir à la paix.

"Le Hamas doit être détruit, Gaza doit être démilitarisée et la société palestinienne doit être déradicalisée", a-t-il détaillé dans sa tribune. 

Empêcher la contrebande d'armes "nécessitera d'établir une zone de sécurité temporaire sur le périmètre de Gaza", a encore estimé Benjamin Netanyahu, qui exclut de confier l'administration future de ce territoire à l'Autorité palestinienne, qu'il accuse de "financer et glorifier le terrorisme" en Cisjordanie.

"Dans un avenir proche, Israël devra conserver la responsabilité principale de la sécurité à Gaza", d'où il s'était retiré unilatéralement en 2005 après 38 ans d'occupation, a-t-il répété.

Selon le quotidien israélien Haaretz, Benjamin Netanyahu s'est également déclaré prêt à encourager la migration volontaire des Palestiniens hors de Gaza.

"Notre problème n'est pas de savoir s'il faut autoriser une sortie, mais s'il y aura des pays qui seront prêts à absorber une sortie", a-t-il déclaré devant les élus du Likoud, son parti, selon Haaretz.

22h30

Gaza: témoignages "déchirants" après le bombardement d'un camp de réfugiés (OMS)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait état de témoignages "déchirants" recueillis lundi par ses équipes dans un hôpital de la bande de Gaza où se trouvent des victimes du bombardement du camp de réfugiés d'al-Maghazi.

"L'équipe de l'OMS a entendu des récits déchirants du personnel médical et des victimes sur les souffrances infligées par les explosions", a déclaré le chef de l'organisation onusienne Tedros Adhanom Ghebreyesus sur X (ex-Twitter).

"Un enfant a perdu toute sa famille dans la frappe sur le camp. Une infirmière de l'hôpital a connu la même perte, la totalité de sa famille a été tuée", a-t-il ajouté.

Selon le ministère de la Santé du Hamas, au moins 70 personnes ont été tuées dans une frappe dimanche soir sur le camp de réfugiés d'al-Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza. L'armée israélienne a dit "vérifier l'incident".

Il n'était pas possible de vérifier ce chiffre de source indépendante.

Nombre de corps sans vie, dans des sacs mortuaires blancs, étaient alignés au sol à l'hôpital al-Aqsa à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, avant des funérailles.

L'hôpital a indiqué avoir reçu une centaine de blessés après le bombardement, selon le chef de l'OMS.

"Le nombre de patients pris en charge par l'hôpital dépasse de très loin ses capacités en termes de lits et de personnel", a-t-il souligné. "Beaucoup ne survivront pas à l'attente".

"Cette dernière frappe sur une communauté de Gaza montre bien pourquoi il faut un cessez-le-feu tout de suite", a-t-il encore écrit.

Sean Casey, membre de la mission de l'OMS, a expliqué avoir assisté aux soins prodigués à un garçon de 9 ans grièvement blessé et prénommé Ahmed.

"Il était traité simplement par sédation pour soulager ses souffrances avant de mourir", a-t-il décrit dans une vidéo tournée dans l'hôpital, semblant retenir des larmes. 

"Il traversait la rue devant l'abri où sa famille se trouvait, et le bâtiment à côté de lui a été frappé", a-t-il dit. "Il a été touché par des éclats, par des débris, son tissu cérébral a été touché".

"Personne ne peut rien faire pour lui. Comme dans tant de cas ici, il n'y a pas les capacités pour prendre en charge des cas neurologiques complexes, des cas de traumatismes complexes", a-t-il déploré.

"Les salles d'opérations travaillent 24 heures sur 24. La salle des urgences est bien, bien au-dessus de ses capacités", a encore raconté ce responsable de l'OMS.

"Cette situation est inacceptable", a-t-il souligné avec colère. "Cela doit s'arrêter".

Qui anime ce direct ?