Direct démarré le 6 mars 2024 à 6H20

DIRECT : Il faut "mettre en échec la Russie" sans lui "faire la guerre", selon Paris

Il faut "mettre en échec la Russie" sans lui "faire la guerre", a estimé le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné dans un entretien sur la chaîne de télévision française LCI. Le chef de la diplomatie s'exprimait après les déclarations d'Emmanuel Macron, qui a jugé "nécessaire" de bousculer les alliés de l'Ukraine. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
Ukraine

Un militaire ukrainien se tient dans une tranchée sur la ligne de front, près de Bakhmout, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le dimanche 3 mars 2024. @AP Photo/Efrem Lukatsky.

17
nouvelle(s) publication(s)
20H50

Une responsable de l'occupation russe chargée des élections tuée dans une explosion

Une responsable collaborant avec les autorités russes et chargée de l'organisation des élections a été tuée mercredi dans l'explosion de sa voiture à Berdiansk, en territoire ukrainien occupé par la Russie, selon Moscou.

Depuis le début de l'offensive de la Russie en Ukraine il y a deux ans, nombre de fonctionnaires qu'elle a mis en place dans les territoires qu'elle contrôle ont été la cible d'attentats.

Celui dont a fait état le comité d'enquête russe survient à une semaine de l'élection présidentielle russe des 15-17 mars, qui se tiendra aussi dans les territoires occupés.

"Dans la matinée du 6 mars, un engin explosif de fabrication artisanale a été placé sous le véhicule d'un membre de la commission électorale du district", a déclaré le comité d'enquête dans un communiqué.

"La victime a succombé à ses blessures dans un établissement médical", ajoute le texte.

Le chef de la région de Zaporijjia, Evgueni Balitski, nommé par Moscou, a accusé les autorités ukrainiennes d'être responsables de l'attaque et déclaré qu'il s'agissait d'une tentative d'"intimidation" de la part de Kiev à l'approche des élections russes.

"Ils espèrent empêcher l'expression légitime de notre volonté, ce qui est impossible", a-t-il ajouté dans une déclaration sur les médias sociaux.

Le service de renseignement militaire ukrainien GUR a confirmé que "Svitlana Samoilenko, qui a organisé les pseudo-élections de Poutine dans les territoires occupés de la région de Zaporijjia, a été éliminée", mais n'a pas revendiqué l'attaque.

En 2022, la Russie a déclaré annexer la région de Zaporijjia, où se trouve la ville portuaire de Berdiansk, ainsi que les territoires de Donetsk, Lougansk et Kherson, bien qu'elle n'en ait pas le contrôle militaire total.

Le vote aura également lieu dans la péninsule de Crimée, que la Russie avait annexée en 2014 à la suite d'un référendum largement dénoncé dans le monde comme un simulacre.

20H35

Les frappes russes sur Odessa soulignent "le besoin urgent" d'aide militaire pour l'Ukraine (Maison Blanche)

Les frappes russes sur Odessa mercredi rappellent "le besoin urgent" d'aide militaire pour l'Ukraine, et en particulier "de systèmes de défense anti-aérienne", a commenté mercredi un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

L'exécutif américain juge qu'il est trop tôt pour dire si ces frappes, qui ont fait cinq morts, visaient le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en déplacement dans la ville portuaire du sud de l'Ukraine avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

20H30

Des divergences sur l'Ukraine empêchent une réunion entre Prague et Bratislava

Le gouvernement tchèque a annoncé mercredi qu'il renonçait à tenir des réunions conjointes avec le cabinet slovaque dans les mois à venir, en raison de divergences sur l'aide à l'Ukraine.

Membres de l'UE et de l'OTAN, qui appartenaient au même pays jusqu'en 1993, République tchèque et Slovaquie ont fourni à l'Ukraine une aide humanitaire et militaire substantielle après l'invasion russe en février 2022.

Mais la Slovaquie a suspendu son assistance militaire depuis que Robert Fico est devenu Premier ministre en octobre 2023.

Ces derniers mois, il a aussi émis des remarques qui ont détérioré les liens avec l'Ukraine, en remettant en question sa souveraineté et appelant à la paix avec la Russie.

"Nous sommes convaincus qu'il n'est pas nécessaire pour le moment de tenir une réunion conjointe des deux gouvernements", a déclaré le Premier ministre tchèque Petr Fiala aux journalistes. 

Les gouvernements devaient se rencontrer en République tchèque au printemps, suite à l'accord conclu entre Petr Fiala et Robert Fico en novembre dernier.

La dernière réunion commune a eu lieu en avril 2023, alors qu'Eduard Heger était Premier ministre centriste de Slovaquie. 

M. Fiala a ajouté que même si les deux gouvernements avaient de nombreux sujets à discuter, "nous ne pouvons pas cacher qu'il existe des divergences d'opinions substentielles sur certaines questions cruciales de politique étrangère".

La querelle au sujet de l'Ukraine était pratiquement palpable la semaine dernière lorsque les premiers ministres tchèque, hongrois, polonais et slovaque se sont rencontrés à Prague pour un sommet du groupe de Visegrad composé des ex-membres communistes de l'UE et de l'OTAN d'Europe centrale.

Tandis que M. Fiala et le Polonais Donald Tusk promouvaient une aide accrue à l'Ukraine, M. Fico et le Hongrois Viktor Orban insistaient sur le fait que leurs pays s'abstiendraient de toute aide militaire.

Le revirement politique de la Slovaquie a également affecté l'influente conférence sur la sécurité Globsec, organisée chaque année à Bratislava et critiquée par le gouvernement Fico. 

Ses organisateurs ont annoncé mardi qu'ils déplaceraient cette année l'édition à Prague après 18 ans passés dans la capitale slovaque.

Le président de Globsec, Robert Vass, a salué Prague dans un communiqué comme "un lieu idéal pour faciliter le dialogue international et amplifier la voix constructive de l'Europe centrale".

18h00

La Russie dit que la frappe sur Odessa a touché une base de drones navals

La Russie a revendiqué un tir de missile mercredi sur la ville portuaire ukrainienne d'Odessa pendant une visite du président Volodymyr Zelensky et du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, affirmant avoir touché une base de drones.

La frappe a touché un "hangar dans une zone portuaire commerciale d'Odessa dans lequel des drones navals étaient préparés pour le combat par les forces armées ukrainiennes", a affirmé le ministère russe de la Défense sur les réseaux sociaux.

 

16H40

Berlin soutient l'initiative tchèque d'achat de munitions pour l'Ukraine

Berlin soutient l'initiative tchèque d'acheter des munitions produites en dehors de l'Europe pour l'Ukraine et contribuera pour un montant d'au moins 100 millions d'euros, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit.

Questionné lors d'un point presse régulier, M. Hebestreit n'a pas chiffré précisément la somme que compte apporter l'Allemagne, parlant d'un "montant en millions à trois chiffres" se situant donc entre une centaine et quelques centaines de millions d'euros.

Il a qualifié de "très bonne" cette initiative destinée à pallier la pénurie actuelle d'obus d'artillerie en Ukraine et les difficultés de l'industrie de défense européenne pour augmenter rapidement sa production.

L'idée est d'acheter les munitions à des pays tiers pour les réexpédier vers Kiev.

L'Allemagne est "depuis un certain temps déjà en discussions très intensives avec le gouvernement tchèque" à ce sujet, selon M. Hebestreit qui a précisé que les achats concernaient des obus d'artillerie de calibre 155 mm, utilisés dans les équipements militaires occidentaux fournis aux Ukrainiens.

Selon le président tchèque Petr Pavel, quelque 800.000 munitions pourraient être envoyées en Ukraine "en quelques semaines" si les financements nécessaires (1,5 milliard de dollars, selon le Financial Times) étaient réunis.

Longtemps réservé, M. Macron avait annoncé la semaine dernière que son pays participerait à cette initiative mais sans chiffrer sa contribution, contrairement à d'autres Etats comme les Pays-Bas qui ont promis 100 millions d'euros. 

Selon le Premier ministre tchèque Petr Fiala, une quinzaine de pays seraient à ce stade prêts à participer à cette initiative.

Jeudi, les ministres français des Affaires étrangères et des Armées et leurs homologues d'autres pays alliés de l'Ukraine se réuniront en visioconférence pour renforcer leur soutien à l'Ukraine et devraient notamment se pencher sur l'initiative tchèque.

16h04

Des frappes russes lors du déplacement de Zelensky et du Premier ministre grec à Odessa

L'armée russe a effectué mercredi des frappes sur Odessa au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis étaient en déplacement dans ce grand port du sud de l'Ukraine.

"À la toute fin (de la visite, ndlr), nous avons entendu le son des sirènes antiaériennes et des explosions tout près de nous. Nous n'avons pas eu le temps de nous mettre à l'abri", a déclaré M. Mitsotakis à l'issue des bombardements, évoquant "une expérience impressionnante".

"(Les Russes) ne se soucient pas de l'endroit où ils frappent", a déploré de son côté M. Zelensky, précisant qu'"il y a des morts et des blessés", sans autres détails.

L'Ukraine avait déjà été visée par des attaques russes dans la nuit de mardi à mercredi. La défense antiaérienne a dit avoir détruit 38 des 42 drones explosifs lancés par la Russie sur une dizaine de régions où ils ont fait au moins sept blessés.

De leur côté, les Ukrainiens intensifient leurs actions à l'arrière des lignes russes avec l'assassinat présumé mercredi en zone occupée, à Berdiansk, d'une responsable chargée par les autorités russes des élections, morte dans l'explosion de sa voiture, et une attaque de drone sur un dépôt pétrolier dans la région russe de Koursk, frontalière de l'Ukraine.

Selon les enquêteurs, "un engin explosif artisanal a été placé sous le véhicule" de cette membre de la commission électorale locale. Lorsqu'elle "est montée dans la voiture (...) l'engin a explosé", ont-ils ajouté dans un communiqué.

Le dirigeant local de l'occupation russe dans cette région du sud de l'Ukraine, Evguéni Balitski, a dénoncé sur Telegram "un acte terroriste" et "une tentative d'intimidation" à une semaine de l'élection présidentielle russe des 15-17 mars, qui se déroulera aussi dans les territoires occupés.

 

15H10

Ukraine : cinq civils tués en sautant sur une mine en zone occupée par la Russie

Cinq civils ont été tués mercredi lorsque leur véhicule a sauté sur une mine dans l'est de l'Ukraine occupé par la Russie, ont annoncé les autorités d'occupation locales.

"Un minibus qui se rendait à un cimetière a explosé sur une mine dans la localité de Donetsky. Huit civils se trouvaient dans le véhicule. Cinq personnes ont été tuées", a indiqué sur Telegram Léonid Passetchnik, à la tête de la région de Lougansk, annexée par la Russie.

15H10

L'opposant Garry Kasparov placé sur la liste des "terroristes et extrémistes" par Moscou

La Russie a placé l'opposant en exil et ancien champion d'échecs Garry Kasparov sur sa liste des personnes déclarées "terroristes et extrémistes", selon une notice du service russe des renseignements financiers consultée mercredi par l'AFP.

Né en 1963 en Azerbaïdjan soviétique, Garry Kasparov a été l'un des plus grands joueurs d'échecs de l'histoire avant de devenir un opposant farouche à Vladimir Poutine. 

En 2013, craignant des poursuites judiciaires, il a quitté la Russie et vit désormais aux Etats-Unis, d'où il continue à dénoncer le pouvoir russe et sa campagne militaire en Ukraine.

En 2022, Garry Kasparov avait déjà été désigné en Russie "agent de l'étranger", un label infamant massivement utilisé contre les opposants, journalistes et militants des droits de l'homme et qui les astreint à de lourdes procédures administratives en Russie.

La plupart des opposants d'envergure restés en Russie sont emprisonnés. Les autres ont fini par s'exiler.

Garry Kasparov est célèbre pour son long duel dans les années 1980 avec une autre légende soviétique des échecs, Anatoli Karpov, qui a quant à lui par la suite soutenu Vladimir Poutine et est devenu député dans le parti du président russe.

 

14H50

Ukraine: une responsable de l'occupation russe chargée des élections tuée dans une explosion

Une responsable collaborant avec les autorités russes et chargée des élections a été tuée mercredi dans l'explosion de sa voiture à Berdiansk, en territoire ukrainien occupé par Moscou, ont annoncé les autorités d'occupation locales.

Selon les enquêteurs, "un engin explosif artisanal a été placé sous le véhicule" de cette membre de la commission électorale locale.

"Lorsque la femme est montée dans la voiture (...) l'engin a explosé", ont-ils ajouté dans un communiqué.

Le responsable local de l'occupation russe dans cette région du Sud de l'Ukraine, Evguéni Balitski, a dénoncé sur Telegram "un acte terroriste" et "une tentative d'intimidation" à une semaine de l'élection présidentielle russe des 15-17 mars, qui se tiendra aussi dans les territoires occupés.

Plusieurs responsables de l'occupation russe ou collaborateurs en Ukraine et en Crimée annexée ont été tués ou blessés dans des attaques et attentats imputés à Kiev depuis deux ans.

Des attentats ou tentatives d'assassinat ont également eu lieu en Russie à l'encontre de militants soutenant l'attaque contre l'Ukraine.

14h26

Russie: un journaliste condamné à sept ans de prison pour avoir critiqué l'assaut en Ukraine

Un journaliste et blogueur russe, Roman Ivanov, a été condamné mercredi à sept ans de prison pour avoir publié des messages critiquant l'assaut contre l'Ukraine sur les réseaux sociaux, un nouvel exemple de la répression qui sévit en Russie.

Le tribunal de Korolev, une petite ville à six kilomètres au nord-est de Moscou, a reconnu M. Ivanov, 51 ans, coupable de "diffusion de fausses informations" sur l'armée russe dans trois messages parus sur le réseau social russe VKontakte et sur Telegram.

Une des publications concernait notamment les évènements dans la ville ukrainienne de Boutcha où des corps de civils tués avaient été découverts en avril 2022, Kiev accusant l'armée russe de ces massacres, ce que Moscou a toujours nié.

Juste après l'annonce du verdict, ses soutiens, présents dans les couloirs du tribunal, scandaient : "Roma (diminutif de Roman, ndlr), nous sommes avec toi. Tu n'es pas seul !", selon une journaliste de l'AFP sur place.

Sa mère, Alla Ivanova, interrogée par la presse, a rapidement dénoncé une accusation "fabriquée" de toutes pièces. "Il luttait pour les gens, les aidait", a-t-elle dit.

Au cours de son procès, Roman Ivanov, arrêté en avril 2023, a plaidé non coupable, estimant que son procès s'inscrivait dans le cadre de la "répression" des voix critiques du Kremlin.

"Je veux demander pardon à tous les Ukrainiens à qui notre pays a causé du chagrin", a-t-il aussi déclaré face aux juges. Et d'ajouter : "Le journalisme n'existe plus en Russie".

Travaillant auparavant en tant que journaliste sportif sur une chaîne de télévision d'État, il avait créé en 2019 sa propre chaîne YouTube, "Korolev Honnête", sur laquelle il dénonçait la corruption de la mairie locale, les fraudes électorales et des problèmes liés à l'environnement. 

"Pour moi, l'une des plus graves conséquences de ce procès, c'est que les gens à Korolev resteront sans mon aide pendant longtemps", a-t-il regretté.

En raison de ses prises de position, il avait été limogé de la chaîne de télévision d'État en 2021.

Ces derniers mois, il travaillait pour un journal en ligne indépendant, RusNews, dont l'une des journalistes, Maria Ponomarenko, a aussi été condamnée, en 2023, à six ans de prison pour la publication sur Instagram d'un message critiquant l'assaut russe en Ukraine.

Depuis deux ans, près de 20.000 personnes ont été arrêtées en Russie pour avoir exprimé leur opposition au conflit en Ukraine, selon l'ONG spécialisée OVD-Info.

14H20

Russie: un dépôt de pétrole en feu après une attaque de drones ukrainiens

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, doit de son côté rencontrer le président russe Vladimir Poutine à Sotchi, dans le Sud de la Russie, pour la première fois depuis octobre 2022.

Depuis plusieurs mois, une partie de la stratégie militaire de Kiev consiste à attaquer les lignes arrières de son adversaire, loin du front, un moyen de dérégler la logistique de l'armée russe qui approvisionne ses troupes en munitions et en carburant via les régions frontalières.

"Une attaque de drone ukrainien dans le district de Jeleznogorskiï a provoqué aujourd'hui un incendie dans un dépôt de carburant et de lubrifiants", a indiqué mercredi sur Telegram le gouverneur de la région russe de Koursk, Roman Starovoït.

"Un réservoir de carburant est en feu, il n'y a pas de victimes", a-t-il ajouté.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent au moins une cuve endommagée d'où jaillissent d'imposantes flammes et de la fumée noire.

Quelques minutes plus tard, M. Starovoït a affirmé qu'un "deuxième drone ukrainien" a "touché" le dépôt pétrolier, assurant que là encore, l'attaque n'avait "pas fait de victimes".

Selon l'agence russe TASS, le dépôt appartient au groupe minier Varitchev qui fait partie de l'entreprise sidérurgique Metalloinvest, fondée par l'oligarque Alicher Ousmanov.

13H00

Ioulia Navalnaïa appelle les Russes à s'opposer à Poutine lors de la présidentielle

Ioulia Navalnaïa a appelé mercredi les Russes à exprimer leur opposition à Vladimir Poutine le 17 mars, troisième et dernier jour de l'élection présidentielle qui doit voir l'actuel maître du Kremlin être réélu en l'absence de véritables candidats d'opposition.

"Vous pouvez voter pour n'importe quel candidat à l'exception de Poutine, vous pouvez +gâcher+ votre bulletin de vote, vous pouvez écrire +Navalny+ en grosses lettres", a exhorté la veuve en exil de l'opposant Alexeï Navalny, dont les funérailles la semaine dernière à Moscou ont rassemblé plusieurs milliers de personnes.

"Nous devons nous rendre au bureau de vote le même jour et à la même heure, le 17 mars à midi", a-t-elle demandé dans une vidéo, qualifiant le prochain scrutin de "mascarade".

Ioulia Navalnaïa, comme ses deux enfants et une partie des alliés et collaborateurs de son mari, vit à l'étranger pour échapper à la répression du pouvoir.

"Nous pouvons venir voir et constater que nous sommes nombreux et forts" contre "la guerre, la corruption et le non-droit", a-t-elle encore fait valoir face caméra, le regard droit et déterminé.

Son mari, Alexeï Navalny, avait lancé cette idée début février dans l'une de ses dernières prises de parole avant sa mort, estimant depuis sa prison que "cela pourrait être une démonstration puissante de l'état d'esprit du pays".

Selon Ioulia Navalnaïa, qui a promis de poursuivre le combat de son mari, "c'est une action très simple et sûre. Elle ne peut pas être interdite" par les autorités, a-t-elle dit.

Car les manifestations classiques contre le pouvoir sont sévèrement réprimées en Russie.

11H48
Situation "précaire" à Zaporijjia

L'AIEA met en garde la Russie contre tout redémarrage de la centrale de Zaporijjia

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a mis en garde mercredi la Russie contre tout redémarrage précipité de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par les forces de Moscou dans le sud de l'Ukraine.
Rafael Grossi est en visite en Russie, où il doit rencontrer le président Vladimir Poutine pour la première fois depuis 2022 et évoquer notamment la situation "précaire" de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe.

zaporijjia

La centrale nucléaire de Zaporijjia, après l'effondrement du barrage, à Energodar, en Ukraine, le mardi 27 juin 2023. @Photo AP/Libkos.

Contrôlée par les troupes russes depuis mars 2022, la centrale a été visée par de multiples bombardements et coupée du réseau électrique à maintes reprises. Les deux camps s'accusent mutuellement de vouloir y provoquer une catastrophe.
 

9H54
Attaque de drones ukrainiens

Russie : un dépôt de pétrole en feu

Un dépôt pétrolier dans la région russe de Koursk, frontalière de l'Ukraine, était en flammes mercredi à la suite d'une attaque de drones ukrainiens, un type d'opération devenu de plus en plus fréquent après deux ans de guerre.

De son côté, l'armée de l'air ukrainienne a dit avoir détruit dans la nuit 38 des 42 drones explosifs lancés par la Russie lors d'une attaque sur une dizaine de régions d'Ukraine qui a fait au moins sept blessés.

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, doit de son côté rencontrer le président russe Vladimir Poutine à Sotchi, dans le Sud de la Russie, pour la première fois depuis octobre 2022.
 

9H10
Crimes de guerre

Le Kremlin "ne reconnaît pas" les mandats d'arrêts de la CPI à l'encontre de deux commandants russes

Le Kremlin a affirmé mercredi "ne pas reconnaître" les mandats d'arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) à l'encontre de deux haut gradés russes qui sont accusés de crimes de guerre liés à des bombardements en Ukraine.

"Nous ne sommes pas partie prenante au statut" de Rome, le traité fondateur de la CPI, a souligné auprès des journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous ne reconnaissons pas" les mandats d'arrêts de cette juridiction, a-t-il ajouté.

Ukraine

Incendie d'une gare ferroviaire après une attaque russe dans la région de Donetsk, en Ukraine, le dimanche 25 février 2024. @Photo AP/Alex Babenko.

Qui anime ce direct ?

AFP