Direct démarré à 06h50

DIRECT : Israël continue ses frappes sur Gaza, Emmanuel Macron réitère son appel pour un cessez-le-feu

Lors d'un entretien téléphonique mercredi 27 décembre, le président français Emmanuel Macron a réitéré sa demande en faveur d'un "cessez-le-feu durable" à Gaza auprès du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. L'Elysée a ajouté que la France entend mener des actions humanitaires dans le territoire palestinien "dans les prochains jours". Ce jeudi 28 décembre, l'armée israélienne continue ses opérations sur le centre de la bande de Gaza malgré une situation critique pour les civils.

Partager
Image
Une Palestinienne déplacée par les bombardements israéliens sur la bande de Gaza est assise devant une maison détruite à Rafah, le mercredi 27 décembre 2023.

Une Palestinienne déplacée par les bombardements israéliens sur la bande de Gaza est assise devant une maison détruite à Rafah, le mercredi 27 décembre 2023.

(AP Photo/Hatem Ali)
10
nouvelle(s) publication(s)
21h02
Israël/Syrie

Israël frappe près de la capitale syrienne, selon les médias d'Etat

Une frappe israélienne a visé les alentours de Damas, la capitale syrienne, ont annoncé les médias d'Etat, dans un contexte marqué par le conflit entre Israël et le Hamas.

"Notre défense aérienne intercepte des cibles hostiles dans les environs de Damas", a écrit l'agence officielle syrienne Sana. "Une attaque israélienne a visé les environs de la capitale Damas", a complété la télévision d'Etat.

Israël commente rarement les frappes visant la Syrie mais il a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne permettrait pas à son ennemi juré, l'Iran, qui soutient le gouvernement du président Bachar al-Assad, d'étendre sa présence dans ce pays.

Bachar al-Assad accueille à Damas le président iranien Ebrahim Raïssi

Bachar al-Assad accueille à Damas le président iranien Ebrahim Raïssi le 3 mai 2023.

© AP Photo/Omar Sanadiki
20h45
prise en charge de blessés

La France accueille deux premiers enfants palestiniens blessés

La France a accueilli deux enfants palestiniens blessés, qui ont été pris en charge dans des services hospitaliers pédiatriques, selon un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

Paris prévoit "une nouvelle opération d'accueil d'enfants palestiniens blessés ou gravement malades dès la semaine prochaine", affirme le Quai d'Orsay, "conformément aux engagements du président de la République" Emmanuel Macron.

"La France est extrêmement préoccupée par la situation humanitaire à Gaza et continue de se mobiliser pour venir en aide à la population civile", rappelle le ministère en réitérant son "appel à la mise en place d'une trêve humanitaire, qui doit pouvoir mener à un cessez-le-feu pérenne, pour permettre le passage de l'aide humanitaire et l'évacuation des blessés".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
20h03
LIBAN

Le Hezbollah accuse Israël d'avoir "piraté" des caméras de vidéosurveillance au Liban

Le Hezbollah, puissant mouvement libanais soutenu par l'Iran, a accusé Israël d'avoir piraté les caméras de vidéosurveillance installées dans les maisons et les magasins du sud du Liban, appelant les habitants à déconnecter ces appareils d'Internet.

"L'ennemi a récemment piraté des caméras civiles connectées à Internet et installées devant les maisons, les magasins et les institutions dans les villages de la ligne de front", affirme le Hezbollah dans un communiqué.

Le mouvement chiite, allié du Hamas, accuse Israël d'utiliser les images pour cibler ses combattants. Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, la frontière entre le Liban et Israël est le théâtre quotidien d'échanges de tirs entre l'armée israélienne et le Hezbollah.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
18h30
médiation

Une délégation du Hamas en Egypte pour parler cessez-le-feu

Une délégation du Hamas doit se rendre au Caire pour lui faire part de ses "observations" au sujet d'un plan égyptien prévoyant à terme un cessez-le-feu mettant fin à la guerre avec Israël à Gaza, a indiqué un responsable du mouvement.

Le plan en question a été présenté la semaine dernière à des responsables du Hamas et du Jihad islamique, qui participe lui aussi aux combats contre l'armée israélienne dans la bande de Gaza, lors de visites de chefs des deux mouvements au Caire.

Selon des sources proches du Hamas, le plan égyptien, en trois étape, prévoit dans sa dernière mouture des trêves renouvelables, une libération échelonnée de dizaines d'otages retenus par le Hamas en échange de prisonniers palestiniens incarcérés par Israël, pour aboutir à terme à un cessez-le-feu mettant fin aux hostilités déclenchées le 7 octobre après l'attaque sanglante menée par le mouvement islamiste sur le sol israélien.

  • Voir aussi : Guerre Israël-Hamas : des "progrès" sur un accord concernant les otages
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
11h30

Nouvelles frappes sur Gaza, où la faim s'aggrave selon l'ONU

L'armée israélienne a de nouveau bombardé jeudi la bande de Gaza, poursuivant sans répit son offensive contre le Hamas dans le territoire palestinien assiégé où "la faim et le désespoir" s'aggravent, selon l'ONU, après plus de deux mois et demi de guerre.

Des tirs d'artillerie ont frappé pendant la nuit plusieurs endroits du territoire, dont Khan Younès, la grande ville du sud de Gaza où sont réfugiés de nombreux civils ayant fui la guerre plus au nord.

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mercredi que 21.110 personnes, en majorité des civils, dont 6.300 femmes et 8.800 enfants, avaient été tuées à Gaza depuis le début des opérations militaires israéliennes.

L'armée a annoncé jeudi poursuivre ses opérations à Khan Younès, qu'elle considère comme un important bastion du Hamas, et dans les camps de réfugiés du centre du territoire, qui abritent aussi de nombreux déplacés.

Dans cette région, le ministère de la Santé du Hamas a fait état de frappes mortelles dans la nuit à Nousseirat et Deir el-Balah. 

L'armée a diffusé des images de ses soldats progressant dans des tunnels creusés, selon elle, par le Hamas à proximité de l'hôpital pédiatrique al-Rantissi, dans l'ouest de la ville de Gaza. 

La population de Gaza est en "grand danger" et "souffre de terribles blessures, de faim aiguë, et d'un risque grave de maladies", a averti mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), présente sur le terrain.

"Des personnes affamées ont bloqué notre convoi dans l'espoir de trouver à manger", a rapporté l'organisation, affirmant que "la faim et le désespoir" s'aggravent dans le territoire, soumis par Israël à un siège total depuis le 9 octobre.

10h10

Cisjordanie: un Palestinien tué par l'armée israélienne, des cambistes perquisitionnés

Un Palestinien a été tué jeudi à l'aube lors d'une incursion de l'armée israélienne à Ramallah, en Cisjordanie, au cours de laquelle des bureaux de change accusés par Israël de transférer de l'argent au Hamas ont été perquisitionnés, selon l'agence officielle palestinienne.

Un jeune Palestinien, Hazem Qattawi, a été tué et 14 autres blessés, dont quatre par balle, lors d’affrontements qui ont éclaté avec les soldats israéliens, a précisé l'agence Wafa.

Trois autres Palestiniens ont été arrêtés par l'armée "à leurs domiciles", selon la même source.

L'armée israélienne a en outre perquisitionné plusieurs bureaux de change et "saisi dix millions de shekels" (2,8 millions de dollars) dans différentes villes de Cisjordanie occupée, selon la même source.

Le ministère de la Défense israélien a indiqué que l'opération contre les bureaux de change avait été lancée après que le ministre Yoav Gallant "a signé un ordre les classant comme des organisations terroristes", les accusant de transférer des fonds au Hamas et au Jihad islamique, les deux principaux groupes armés palestiniens.

L'armée israélienne a de son côté indiqué dans un communiqué que ses forces avaient mené en Cisjordanie "une vaste opération pour confisquer les fonds terroristes du Hamas" au cours de laquelle elle ont "saisi des millions de shekels et arrêté 21 personnes recherchées pour possession de fonds terroristes".

Ces perquisitions ont été menées en pleine guerre entre Israël et ces groupes dans la bande de Gaza, lancée après l'attaque sanglante du 7 octobre qui a entraîné la mort d’environ 1.140 personnes du côté israélien, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir des chiffres officiels israéliens.

En représailles, Israël, qui a juré "d'anéantir" le Hamas, mène des bombardements et une offensive terrestre dans le petit territoire où plus de 21.110 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées, selon le dernier bilan du gouvernement du Hamas.

10h00

L'ONU demande à Israël de mettre fin aux "homicides illégaux" en Cisjordanie

L'ONU demande jeudi à Israël de "mettre fin aux homicides illégaux" au sein de la population palestinienne en Cisjordanie occupée, dénonçant une détérioration rapide des droits humains dans cette zone.

"Le recours à des tactiques militaires et aux armes dans des contextes de maintien de l'ordre, l'utilisation d'une force non nécessaire et disproportionnée et l'application de restrictions de mouvement élargies, arbitraires et discriminatoires affectant les Palestiniens, sont extrêmement préoccupants", a déclaré le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, dans un communiqué.

05h00

Frappes sur le centre de Gaza, crainte d'une "expansion" du conflit

L'armée israélienne concentre jeudi ses opérations sur le centre de la bande de Gaza malgré une situation critique pour les civils, des appels pour un cessez-le-feu et une possible "expansion" des opérations à la frontière avec le Liban.

Outre la bande de Gaza, les forces israéliennes multiplient dans la nuit les raids dans des grandes villes de Cisjordanie occupée, notamment à Jénine et à Ramallah, où siège l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, selon l'agence officielle Wafa.

L'état-major de l'armée a mis en garde contre une intensification des tirs le long de la frontière avec le Liban, pays d'où opère le Hezbollah, mouvement qui fait partie comme le Hamas palestinien de "l'axe de la résistance", un regroupement de groupes armés proche de l'Iran et hostiles à Israël.

Près de la frontière libanaise, dans le Golan annexé par Israël, un drone s'est abîmé dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué à l'AFP l'armée israélienne après qu'une nébuleuse de combattants issus de groupes armés pro-Iran a revendiqué une attaque sur ce secteur.

D'ailleurs, l'Iran a menacé mercredi Israël "d'actions directes et d'autres menées par le front de la résistance", après la mort lundi dans une frappe en Syrie, qu'il impute à Israël, de Razi Moussavi, un de ses hauts-gradés.

Et le chef d'état-major de l'armée israélienne Herzi Halevi a indiqué que les forces israéliennes "sont dans un état de niveau de préparation très élevé pour une expansion des combats dans le nord", où les affrontements entre Israël et le Hezbollah sont quasi-quotidiens depuis le début des combats à Gaza.

00h00

Macron réitère sa demande d'un "cessez-le-feu durable" à Gaza

Emmanuel Macron a réitéré mercredi, lors d'un entretien téléphonique avec Benjamin Netanyahu, sa demande en faveur d'un "cessez-le-feu durable" à Gaza, a indiqué l'Elysée, ajoutant que la France entend mener des actions humanitaires "dans les prochains jours" dans le territoire palestinien.

Lors de cet échange téléphonique avec le Premier ministre israélien, le président français a souligné la "nécessité d'oeuvrer à un cessez-le-feu durable, avec l'aide de tous les partenaires régionaux et internationaux" à Gaza, selon le communiqué de l'Elysée. "À ce titre, la France oeuvrera dans les prochains jours, en lien avec la Jordanie, pour mener des opérations humanitaires" dans le territoire palestinien.

Emmanuel Macron a fait part à Benjamin Netanyahu de "sa plus vive préoccupation face au très lourd bilan civil et à la situation d'urgence humanitaire absolue à laquelle était confrontée la population civile de Gaza", a ajouté l'Elysée.

Le président français a de nouveau "insisté sur l'importance pour Israël de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de mettre un terme aux violences commises par certains colons contre les civils palestiniens" en Cisjordanie occupée, "ainsi qu'à tout nouveau projet de colonisation" dans ce territoire.

La semaine dernière, la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna avait déclaré que la France allait "prendre des mesures à titre national contre certains colons israéliens extrémistes".

Et elle avait fait part de sa crainte d'une régionalisation du conflit à l'heure d'une recrudescence des tensions à la frontière libano-israélienne et en mer Rouge où les rebelles Houthis menacent le trafic maritime en "soutien" à Gaza.

Lors de leur entretien téléphonique, M. Netanyahu a "remercié" la France pour sa "défense de la liberté de navigation" et "pour sa volonté d'aider à restaurer la sécurité le long de la frontière d'Israël avec le Liban", ont indiqué ses services à Jérusalem.

Le Premier ministre israélien a aussi "mis à jour" Emmanuel Macron sur les derniers développements de la guerre à Gaza et sur les "efforts pour ramener les otages".  

20h00

La population de Gaza en "grand danger", martèle l'OMS

La population de la bande de Gaza est en "grand danger", a martelé mercredi le chef de l'Organisation mondial de la santé (OMS), soulignant que la faim et le désespoir s’aggravaient dans le territoire palestinien ravagé par la guerre.

L'OMS a indiqué avoir pu livrer du matériel à deux hôpitaux mardi, dans le nord et le sud du territoire, alors que 21 des 36 hôpitaux de la bande de Gaza ne fonctionnent plus du tout.

Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé la communauté internationale à prendre "des mesures urgentes pour atténuer le grave danger qui pèse sur la population de Gaza et compromet les capacités des humanitaires à aider une population souffrant de terribles blessures, de faim aiguë, et d'un risque grave de maladies".

Dans un communiqué, l'organisation onusienne a souligné que son équipe sur place avait fait état mardi d'un besoin en nourriture qui "continue d'être aigu" dans toute la bande de Gaza. "Des personnes affamées ont bloqué notre convoi dans l'espoir de trouver à manger", a rapporté l'OMS. 

"La capacité de l'OMS à fournir des médicaments, des fournitures médicales, et du carburant aux hôpitaux est de plus en plus contrainte par la faim et le désespoir des gens qui se trouvent dans les hôpitaux en question, ou lui sont en train de s'y rendre", a ajouté l'organisation.

"La sécurité de nos équipes et la poursuite des opérations dépendent de la livraison de davantage de nourriture à Gaza, immédiatement", a souligné M. Tedros.

La résolution adoptée la semaine derrière au Conseil de sécurité de l'ONU, qui a réclamé la livraison "immédiate" et "à grande échelle" d'aide humanitaire à Gaza, a "suscité un espoir" d'amélioration, a-t-il relevé.

"Cependant, les constatations de l'OMS sur le terrain montrent que la résolution n'a tragiquement pas eu d'effet à ce stade", a-t-il ajouté.

"Ce dont nous avons un besoin urgent, immédiatement, c'est d'un cessez-le-feu pour épargner aux civils la continuation de la violence, et commencer le long chemin vers la paix et la reconstruction".

Qui anime ce direct ?