Direct terminé le 13 octobre 2023 à 22h30
Direct démarré le 13 octobre 2023 à 5H00

DIRECT : Israël ordonne l'évacuation vers le sud de tous les civils de Gaza, le Hamas refuse

Israël ordonne l'évacuation sous 24 heures vers le sud de "tous les civils" de la ville de Gaza. Une mesure condamnée par l'ONU et rejetée par le Hamas. Depuis le début des hostilités, déclenchées le 7 octobre par une attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien, près de 1.200 Israéliens ont été tués et 1.537 Palestiniens sont morts dans la bande de Gaza, selon les autorités locales. Les horaires sont affichés en temps universel.

Partager
Image
gaza

Des Palestiniens quittent leurs maisons après les frappes aériennes israéliennes dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 octobre 2023. @AP Photo/Hatem Ali.

55
nouvelle(s) publication(s)
20h21
Diplomatie

L'évacuation de Gaza "catégoriquement" rejetée par l'Arabie saoudite

L'Arabie saoudite déclare rejetter "catégoriquement" tout déplacement de la population de Gaza, condamnant le bombardement de "civils sans défense", sa critique la plus vive émise à l'égard d'Israël depuis l'attaque lancée par le Hamas. Ryad "déclare son rejet catégorique des appels au déplacement forcé de la population palestiniennes de Gaza, et sa condamnation du bombardement continu de civils sans défense" dans ce territoire, indique le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué.

20h06
Diplomatie

L'experte de l'ONU en populations déplacées "horrifiée" par l'ordre donné à Gaza

L'experte de l'ONU en populations déplacées s'est déclarée "horrifiée" par l'ordre d'évacuation donné par l'armée israélienne à la population du nord de la bande de Gaza, qui constitue selon elle un crime contre l'humanité. "Nous sommes horrifiés à l'idée qu'un million de Palestiniens rejoignent les 423 000 personnes qui ont déjà été chassées de leurs maisons par la violence de la semaine passée", déclare Paula Gaviria Betancur, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits humains des personnes déplacées dans leur propre pays, dans un communiqué.

Il est inconcevable que plus de la moitié de la population de Gaza puisse traverser une zone en guerre active sans conséquences humanitaires dévastatrices, a fortiori alors qu'elles sont privées des biens et services de première nécessité.

Paula Gaviria Betancur, rapporteuse spéciale de l'ONU sur les droits humains des personnes déplacées

 

"Les déplacements forcés de populations constituent un crime contre l'humanité, et la punition collective est interdite par la législation humanitaire internationale", déclare l'experte colombienne. Elle appelle Israël a revenir sur sa décision.

19h47
Diplomatie

"La crise humanitaire" à Gaza est "une priorité" pour Biden

Joe Biden assure que "c'était aussi une priorité (pour lui) de répondre en urgence à la crise humanitaire à Gaza", au septième jour de la guerre entre Israël et le Hamas. "Mes équipes dans la région travaillent, en communication avec les gouvernements d'Israël, d'Egypte, de Jordanie, d'autres nations arabes et des Nations unies, pour augmenter le soutien" humanitaire, a encore dit le président américain, qui est en déplacement à Philadelphie (est) pour des annonces économiques. Ill ajoute que "nous ne pouvons pas perdre de vue le fait que l'écrasante majorité des Palestiniens n'ont rien à voir avec le Hamas."

19h44
Conflit armé

le bilan à Gaza monte à 1900 morts, avec 614 enfants

Le nombre de morts dans la bande de Gaza est monté à 1 900, indique le ministère palestinien de la Santé du Hamas, après la multiplication des bombardements israéliens sur ce territoire palestinien contrôlé par le mouvement islamiste.

Ces frappes incessantes "ont coûté la vie à 1.900 martyrs incluant 614 enfants et 370 femmes", précise-t-il dans un communiqu. Il ajoute que 7 696 personnes ont été blessées, six jours après l'attaque sans précédent du Hamas contre Israël.

19h30
Conflit armé

Les ONG demandent des corridors humanitaires

Plusieurs organisations d'aide humanitaire internationale demandent la mise en place de corridors humanitaires dans la bande de Gaza, au septième jour de la guerre entre Israël et le Hamas. "Nous redoutons une catastrophe humanitaire sans précédent", alerte Ivan Karakashian, responsable de plaidoyer de l'ONG Norwegian Refugee Council (NRC).

Israël soumet la bande de Gaza à un "siège complet" depuis le 9 octobre, en représailles à l'offensive de grande ampleur du mouvement islamiste palestinien Hamas sur le pays, qui a causé deux jours plus tôt la mort de plus de 1.300 personnes en Israël.

"Pas d'électricité, pas d'eau, pas de gaz, tout est fermé", avait alors annoncé le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant. Depuis lors, l'armée israélienne a semé la désolation sur la bande de Gaza en déversant plusieurs milliers de tonnes d'explosifs sur ce territoire de 365 km2. Près de 1 800 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza.

19h11
Diplomatie

"Même les guerres ont des règles", avertit le chef de l'ONU

"Même les guerres ont des règles", a lancé le secrétaire général de l'ONU avant un Conseil de sécurité sur la situation en Israël et à Gaza, réclamant la protection des civils qui ne doivent pas non plus être "utilisés comme boucliers".

"La situation à Gaza a atteint un plus bas dangereux", déclare à la presse Antonio Guterres, décrivant un "système de santé au bord de l'effondrement", des "morgues débordées" et "une crise de l'eau" dans l'enclave palestinienne en état de siège.

19h02
Conflit armé

Netanyahu affirme que "ce n'est que le début" de l'opération sur Gaza

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, déclare ce soir que les frappes en cours sur la bande de Gaza où elles ont déjà fait 1 700 morts ne sont "que le début" de la riposte de l'armée israélienne à l'attaque sanglante du Hamas le 7 octobre.

"Nos ennemis n'ont que commencé à payer le prix. Je ne peux pas divulguer de quoi est fait la suite, mais je vous dit c'est juste le début", ajoute Benjamin Netanyahu lors d'un discours à la nation, prononcé en plein Shabbat, le repos hebdomadaire des juifs, une exception dans l'histoire d'Israël.

18h45
Conflit armé

Un journaliste de Reuters meurt dans le sud du Liban

Un journaliste vidéo de Reuters a été tué dans le sud du Liban, indique l'agence de presse, alors qu'il couvrait des échanges de tirs à la frontière israélo-libanaise. "Nous sommes profondément attristés d'apprendre que notre vidéaste, Issam Abdallah, a été tué", indique le communiqué de Reuters. Il faisait partie d'une équipe de Reuters dans le sud du Liban qui fournissait un signal vidéo en direct, ajoute l'agence.

18h15
Conflit armé

Combien d'étrangers sont victimes de l'offensive du Hamas en Israël ?

De nombreux étrangers ont été tués, pris en otage ou ont disparu depuis l'attaque le 7 octobre du mouvement islamiste Hamas contre Israël qui a fait au moins 1 300 morts côté israélien. Dans la bande de Gaza, les autorités sanitaires ont fait état de près de 1 800 morts dans les frappes israéliennes en représailles.

  • États-Unis : au moins 27 morts et des otages.
  • Thaïlande : 21 morts et 16 otages.
  • France : 15 morts et des disparus.
  • Népal : 10 morts et un disparu. 
  • Argentine : sept morts et 15 disparus. 
  • Ukraine : sept morts et neuf disparus. 
  • Royaume-Uni : quatre morts et des disparus. 
  • Russie : quatre morts et six disparus. 
  • Autriche : trois morts et deux disparus. 
  • Biélorussie : trois morts et un disparu. 
  • Chine : trois morts et deux disparus. 
  • Canada : trois morts et quatre disparus. 
  • Philippines : trois morts et trois disparus. 
  • Brésil : trois morts.
  • Pérou : deux morts et trois disparus.
  • Roumanie : deux morts.
  • Portugal : un mort et quatre disparus. 
  • Chili : un mort et un disparu. 
  • Turquie : un mort et un disparu. 
  • Espagne : un mort et un disparu. 
  • Colombie : un mort et un disparu.
  • Cambodge : un mort.
  • Australie : un mort.
  • Azerbaïdjan : un mort.
  • Irlande : un mort.
  • Suisse : un mort. 
  • Allemagne : plusieurs otages.
  • Mexique : deux otages. 
17h14
Diplomatie

Le chef de l'ONU appelle à "éviter une catastrophe humanitaire"

Le secrétaire général de l'ONU est en "contact constant" avec les autorités israéliennes "pour les appeler à éviter une catastrophe humanitaire", déclare son porte-parole Stéphane Dujarric, en référence à l'ordre d'évacuation d'une partie de la bande de Gaza.

"Le secrétaire général et son équipe ont passé du temps au téléphone. Il est en contact constant avec les autorités israéliennes pour les appeler à éviter une catastrophe humanitaire", a-t-il déclaré, répétant l'appel à "annuler" l'ordre d'évacuation d'environ 1,1 million d'habitants du nord de la bande de Gaza vers le sud de l'enclave palestinienne.

16h50
Conflit armé

Le premier vol d'évacuation de citoyens américains en route pour l'Europe

Le premier vol spécialement affrété pour évacuer des citoyens américains a quitté Israël en route pour l'Europe, dit un porte-parole de la Maison Blanche, sans donner de précision sur la destination. Il indique que d'autres vols suivraient.

16h44
Conflit armé

L'armée israélienne a mené des incursions au sol à Gaza "dans les dernières 24 heures"

Les forces terrestres israéliennes ont mené des incursions au sol dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures, annonce l'armée, avant une offensive terrestre attendue dans ce territoire palestinien densément peuplé.

"Au cours des dernières 24 heures, les forces de l'armée israélienne ont mené des raids localisés à l'intérieur du territoire de la bande de Gaza" pour rechercher des "terroristes" et de "l'armement", précise un communiqué. Durant ces opérations, des efforts ont également été déployés "pour retrouver des personnes disparues", ajoute l'armée.

Les soldats ont également "démantelé des cellules terroristes et des infrastructures", notamment "une cellule du Hamas qui a tiré des missiles antichars en direction du territoire israélien", selon le communiqué.

16h32
Diplomatie

"L'Europe se tient aux côtés d'Israël", dit Von der Leyen à Netanyahu

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen déclare au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu que l'Europe se tenait "aux côtés d'Israël", qui a "le droit de se défendre" face aux "atrocités commises par le Hamas". "C'est l'attaque la plus abominable contre des Juifs depuis l'Holocauste", dit-elle à Tel-Aviv, après s'être rendue au kibboutz de Kfar Aza, où des combattants du mouvement palestinien Hamas ont tué des dizaines de civils.

Nous pensions que cela ne pourrait jamais se reproduire, mais c'est pourtant ce qui s'est passé. Face à cette tragédie indicible, il n'y a qu'une seule réponse possible: l'Europe se tient aux côtés d'Israël. Et Israël a le droit de se défendre.

Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne

"Nous devons appeler par leur nom les atrocités commises par le Hamas. C'est du terrorisme. C'est un acte de guerre", souligne-t-elle. Elle affirme que "le Hamas est seul responsable de ce qui se passe". "Je sais que la réaction d'Israël montrera qu'il s'agit d'une démocratie", estime Mme von der Leyen, qui s'est rendue en Israël avec la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

16h02
Conflit armé

Des journalistes blessés au sud du Liban dans un bombardement israélien

Plusieurs journalistes ont été blessés lors d'un bombardement israélien sur le sud du Liban, selon un correspondant de l'AFP sur place. Des roquettes sont tombées sur un secteur où se trouvait un groupe de journalistes d'au moins trois médias différents, dans le village frontalier de Alma el-Chaab.

15h57
Rapatriement

Les vols d'évacuations d'Israël de Swiss suspendus "jusqu'à nouvel ordre"

Swiss a suspendu "jusqu'à nouvel ordre" ses vols spéciaux d'évacuation à destination d'Israël pour des raisons de sécurité, a indiqué la compagnie aérienne helvétique dans un communiqué. Swiss, qui a déjà effectué plusieurs vols de rapatriement de ressortissants suisses cette semaine, a justifié sa décision par l'arrivée à échéance samedi de l'"ultimatum" lancé par l'armée israélienne aux habitants de Gaza, les enjoignant à tous aller se réfugier dans le sud du territoire. 

"Dès lors, il faut s’attendre à l’offensive terrestre israélienne annoncée. Le risque d’une nouvelle escalade entre les différentes parties au conflit augmentant fortement, la fiabilité et la sécurité des vols avec nos équipages et nos passagers sont de plus en plus menacées", explique la compagnie, qui estime que le maintien des deux vols prévus samedi n'est pas justifiable.

"Nous avons décidé, le cœur lourd, d’annuler les vols prévus. Nous voulions aussi éviter de devoir le faire demain à la dernière minute et que nos passagers se retrouvent ainsi bloqués à l’aéroport de Tel-Aviv et exposés à des risques encore plus grands", explique Oliver Buchhofer, le directeur opérations de la compagnie.

Qui anime ce direct ?

AFP